Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
William Finck

William Finck

Je m'intéresse à l'économie, la finance, la santé et... les impôts !

J'ai vécu 6 mois en Colombie, expérience que j'ai relaté sur un site : www.capcolombie.com

William-Finck

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Envie de gagner gros avec un business ? Voici 3 erreurs à ne pas commettre et quelques stratégies pour rafler la mise !

Audience de l'article : 1548 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Créer son propre business est le moyen le plus efficace pour gagner de l’argent. Lorsqu’on se lance dans une telle aventure, on s’inscrit clairement dans une vision à long terme. On s’investit dans le temps, bref même si l’on est attiré par le pognon au départ, on fait aussi ça par goût du challenge, et à fortiori d’une passion qui nous anime ! Cela nous pousse à devenir meilleur, c’est toute une philosophie.

C’est là aussi que l’on commet des erreurs, parfois elles coûtent chères. De ma modeste expérience, il existe 3 pièges principaux lorsque l’on démarre une nouvelle affaire.

piege

La première, c’est d’user son énergie pour un projet qui ne rapportera d’argent dans un délai plutôt court. Il y a des entreprises qui exigent des ressources colossales, aussi bien en temps et qu’en argent ! Donc il est important, au stade initial, de ne pas se mettre dans le rouge. D’où l’idée d’abord de tester son concept, vendre immédiatement ses produits physiques ou ses formations.

La seconde illusion consiste à vouloir imiter ce qui existe déjà (souvent en moins bien) et l’appliquer sur des prospects non ciblés. C’est un travers dans lequel beaucoup d’entrepreneurs tombent. Faire de l’argent et ne pas comprendre le besoin réel qui se cache derrière dans la tête de chaque client. Un public expert n’aura pas l’utilité de conseil de novice et vice-versa. Dans le même esprit, certains pans de l’e-commerce sont saturés. Il convient alors d’exploiter les niches voire les sous niches pour se positionner en tant que leader sur un marché, et se démarquer de la concurrence.

Le troisième mirage est de se laisser influencer par la masse bien pensante. Oser des réflexions à contre courant reste primordial. Je vous l’accorde en France c’est compliqué ! Il faut affronter quotidiennement la pensée gauchiste. C’est pénible. Mais l’idée c’est de ne pas gober toutes les salades venues de l’extérieur, vous faire confiance à vous-même plus qu’à quiconque d’autre.


Comment gagner de l’argent avec un business (online) en 2017 ?

comment-gagner-de-largent

Je suis sûr que vous l’attendiez au tournant celle-là. Avant d’entamer une réponse, j’aimerai revenir sur le phénomène qui a écumé la toile au cours des dernières années. Vous connaissez sans doute la ritournelle, quitter la rat race, monter un blog, vous finirez libre financièrement et tout le tralala.

Le résultat, c’est que 9 entrepreneurs sur 10 ayant suivi cette voie là se sont plantés en beauté !

Il n’y a guère de fumée sans feu. A moins de posséder des connaissances et un savoir exportable par le biais de formations, de conseils, consulting, vous pouvez dire adieu à l’enrichissement !

Cela signifie quoi en gros ? Comment engranger les dollars ou les euros ? Et bien, tout simplement soit vous devenez expert dans un domaine et vous dégagez de la marge en vendant vos prestations de services, soit vous attaquez l’univers e-commerce dans l’industrie des produits de niches, personnalisés où vous pourrez tirer un bénéfice maximal.
Les petits entrepreneurs ne rivaliseront jamais les gros poissons avec l’argument du volume des ventes.

Au contraire, là où ils risquent de faire carton plein, c’est en se différenciant des autres intervenants, ils apportent par exemple une fonctionnalité supplémentaire à celle d’un produit classique, ils abordent un angle d’attaque différent de celui de la concurrence.

Strategie-ocean-bleu-

Il y a aussi la stratégie du parasite, il vaut mieux être un grand poisson dans un petit bocal qu’un minuscule poisson dans un gigantesque océan. Comme je l’ai précisé auparavant, explorer les sous-niches vaut le coup, ce sont parfois de véritables mines d’or.

Dans mes résolutions pour la nouvelle année, j’ai coché la case e-commerce. 2017, sera consacré au lancement de divers business ! 
Avec tout ce que je viens de vous dire, je me rends compte que j’ai oublié de parler du cas des sociétés offline, mais globalement la logique reste sensiblement similaire. Je rajouterai qu’il n’est pas nécessaire d’avoir inventé l’eau chaude pour une débuter une activité. Il suffit (en majorité) d’imiter ce qui marche déjà. A travers le monde, des milliers de business ont fait leur preuve.

Grâce aux Etats-Unis, nous disposons d’un potentiel de choix quasiment illimité comme je l’ai expliqué dans mon rapport « 80 Idées Business Made in USA pour vous lancer ».

L’année qui se profile, s’annonce passionnante. Ce sera l’occasion pour moi de vous faire vivre et partager mes avancées, succès, échecs. Je serai heureux de contribuer chaque jour un petit plus à la communauté Objectif Eco, apporter ma pierre à l’édifice avec ce souci d’excellence.

champagne

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes ! Revenez au taquet en janvier, la santé au top, le moral gonflé à bloc !

Que l'argent coule à flot !

William Finck
william-15-indicateurs
Poster un commentaire