Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

promospeciale

Réponse à Macron (par un homme ordinaire)

Audience de l'article : 1389 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Le début de la lettre de Macron est insupportable.

Cette espèce de satisfaction nationale qui se veut partagée est ridicule, elle n’a pour but que de dévaloriser l’action des Gilets Jaunes. L’action des GJ étant la cause de la lettre elle est évidement justifiée puisque la lettre est là. Si dans sa lettre Macron prétend changer les choses, c’est bien que les choses ne vont pas bien.

Donc cette entame de lettre est non seulement ridicule mais complètement con.

Le corps de la lettre n’est pas encourageant

Il propose une de ces consultations bidon auxquelles tout acteur citoyen a au moins une fois participé. On en connait l’inanité, la perversion, l’inutilité, la frustration qui en découle. Il s’agit d’une messe moderne de communicants où les participants sont pris pour des ânes, où la conclusion est connue d’avance par les officiants.

Jouons quand même le jeu

A – Les impôts

Une seule chose à faire. Éliminer la zone de non droit des contrôles fiscaux.

Si l’on considère que la fraude fiscale est un délit, qu’elle soit traitée comme tous les délits.

C’est-à-dire que, comme l’a instauré la révolution, toute enquête doit être faite loyalement à charge et à décharge, au terme de l’enquête le prévenu est présenté à un juge libre et impartial à l’occasion d’une audience publique, le premier jugement est susceptible d’appel, jusqu’à sa condamnation définitive le prévenu est présumé innocent.

Le contraire de cette méthode était avant la révolution les lettres de cachet, aujourd’hui les Services Fiscaux sont encore sous le régime des lettres de cachet, le contrôleur fiscal après une enquête partiale édite lui-même la sanction, immédiatement exécutoire.

C’est ce vice de procédure qui rend la fiscalité opaque et destructrice de l’économie.

Que serait devenue notre société si ses tensions délictuelles pénales, crimes ou vols, étaient gérées comme pour le contrôle fiscal par une bande de cow-boys n’ayant de compte à rendre à personne.

Il faut que les français sachent que ce sont les juges et les tribunaux qui leur évitent en ces périodes de tensions sociales de devenir un pays de violence et de non droit.

Que Bercy accepte les règles du droit pénal et Bercy ne pourra plus mentir aux français et aux politiques en accusant les acteurs économiques d’une fraude fiscale que seuls des juges impartiaux et des accusés libres de se défendre devraient être à même de définir.

C’est l’introduction de la justice dans le recouvrement de l’impôt qui le stabilisera automatiquement. « C’est peut-être un détail pour M. Macron, mais pour moi ça veut dire beaucoup »

B- Les services publics

Je prose à M. Macron d’accompagner sa consultation d’une liste de ce qu’il appelle les services publics et de demander aux français de désigner ceux qu’ils considèrent comme un service public et ceux qu’ils considèrent comme un service commercial pour lequel l’Etat s’est octroyé un monopole d’acteur commercial qu’il ne sait pas assumer sans une dérive financière qui ruine le pays.

A l’issue de la consultation il n’aurait plus qu’à fermer ces services commerciaux que des professionnels prendront alors en charge dans un cadre de concurrence et d’économie saine.

C- La transition écologique

Je propose que M. Macron à ce sujet crée un centre d’information pluriel où toutes les pensées sur le sujet auraient le droit de s’exprimer et non uniquement les écologistes. Ensuite, bien informés, nous discuterons.

En réalité un temps de parole égal pour toutes les opinions sur ce sujet.

D- L’organisation politique

Je propose que tout candidat, à quelque élection que ce soit, ne puisse pas se présenter sans avoir chiffré ses promesses, de telle sorte que les électeurs sachent combien ils auront à débourser pour les payer.

Qu’un organisme de surveillance vérifie que les chiffres soient respectés pendant le mandat de l’élu et qu’en cas de dépassement il soit immédiatement viré.

CONCLUSION

Finalement, c’est assez simple, juste un peu de rigueur et d’honnêteté, moins de mensonges et d’opacité.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire alex6 lundi, 14 janvier 2019 05:32 Posté par alex6

    Je ne sais toujours pas ou vous avez vu que les GJ demandaient moins de controle fiscal, laissons de cote leur elimination totale...
    S'ils devaient acceder au pouvoir, votre situation ne s'arrangerait pas du tout et bien au contraire, la chasse au capital redoublerait d'intensite.
    Le coeur de l'ideologie qui se cache derriere les GJ est anti-capitaliste, certes anti-taxes mais anti-taxes pour eux-memes parceque les autres (les riches, les multinationales etc...) eux, ils doivent payer et plus que ce qu'ils payent aujourd'hui.
    Ca n'a peut-etre pas grande importance mais je persiste a dire que vous vous meprenez sur le mouvement que vous sembler soutenir. En desespoir de cause j'imagine...