Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

promospeciale

Les privilèges des lèche-cul

Audience de l'article : 977 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Mirabeau, dans son étude sur les lettres de cachet (1778) adopte la théorie des privilèges naturels.

Sa position est symbolique de la pensée qui permit la révolution de 1789. Le peuple s’est alors révolté pour le pain et contre l’impôt, il est descendu violemment dans la rue, mais en arrière-plan étaient les intellectuels qui réclamaient la liberté. Sans eux il n’y aurait eu qu’une émeute, avec eux il y eut la révolution.

Les penseurs de l’époque étaient, pour leur majorité, arrivés à la conclusion que les injustices naturelles liées à la liberté, et à son expression pratique la propriété, sont plus supportables et plus constructives que celles qui sont liées au droit de la force, représenté alors par le roi se prétendant l’Etat. Ils étaient libéraux. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen en est la preuve absolue.

En préalable, confirmons que l’Etat n’existe pas. Ce n’est que le nom donné à la force captée exclusivement par quelques-uns à leur profit, quelque soit l’excuse avancée.

Aux questionnements sur le sujet j’ai déjà répondu que la problématique n’est pas de savoir s’il faut un peu ou beaucoup d’Etat, pas plus qu’il n’est utile de savoir s’il faut un peu ou beaucoup de père Noël. La réalité est que pas plus que de père Noël il n’est d’Etat.

Avant Mirabeau, en 1576, Etienne de La Boétie s’étonnait de la servitude volontaire des hommes face au pouvoir de la force, à la dictature.

Un sujet très actuel. Pourquoi les hommes sont-ils majoritairement soumis ?

Tout simplement parce que la soumission est plus confortable. Elle vous place du côté du pouvoir. Pour peu que vous ayez des prédispositions à lécher le cul des puissants, une fois soumis vous pouvez grimper dans la hiérarchie de la force et disposer vous-même de cette force. Ceux qui prétendent représenter l’Etat n’existent que par le nombre des soumis s’inclinant devant eux, partageant la force avec eux.

Remarquons que la conclusion qui s’impose est que ce sont les soumis le véritable danger, ce sont eux les bolcheviques, les nazis, les fascistes, etc… Seul, le déposte n’est rien.

A son stade ultime le soumis va devenir délateur, c’est son destin, il ne peut y échapper. Là, attention, le danger se précise, la violence qui tue n’est pas loin.

Voyez les notaires, les banquiers, anciennement vos confidents, qui se sont soumis et qui aujourd’hui ont l’ordre de vous dénoncer. Tout à fait récents et dans la même situation : Airbnb, Le bon coin, etc… demain Facebook, Instagram, etc…

Il est donc plus simple et plus rapide d’être soumis que libre.

Sauf que la soumission n’a pas de limite et se retourne inévitablement un jour contre le soumis, qui trouvera plus soumis que lui pour le dénoncer et prendre sa place.

Il n’est pas douteux que ceux qui se prétendent aujourd’hui l’Etat sont des despotes, attaquent nos libertés fondamentales, n’ont peut-être aucune lucidité de leur condition mais ce n’est pas sûr.

Ils sont prêts à tout, y compris à agiter la folie écologique pour entraver nos libertés qu’ils craignent, qu’ils voient comme un obstacle à leur pouvoir, dont le développement par le net les panique.

S’il fallait une preuve à la folie écologique, il suffirait de se pencher sur le scandale des éoliennes qui ne font pas d’électricité, défigurent le pays, sont exclusivement un outil de propagande et de rémunérations plus que limites.

Tout cela nous mène au diesel, à la manifestation du 17 Novembre.

Comment ces hommes de l’Etat peuvent-ils nous foutre sur le dos les prétendues conséquences maléfiques des moteurs diésel qu’ils nous ont imposés à force de discours et d’avantages fiscaux, alors que nous roulions préalablement tous avec des moteurs à essence ?

S’ils avaient un peu de pudeur, ils nous changeraient gracieusement tous nos moteurs, comme le font les constructeurs lorsqu’ils se trompent.

Au lieu de cela ils nous taxent, bon… en même temps, où trouveraient-ils les fonds pour nous dédommager : dans nos propres poches !!!

A juste titre certains français rechignent et prétendent manifester. Je n’irai pas.

Je n’irai pas car je ne sens pas derrière l’idée de manifester un engagement construit sur la liberté, la revalorisation du mérite, la lutte contre la soumission, contre le scandale des atteintes profondes à notre droit de circuler librement

Je ne vois qu’un discours de soumis, étonnés de devoir l’être un peu plus, souhaitant juste que la soumission soit davantage partagée, en réalité supportée par d’autres qu’eux.

Je ne sens pas, comme pour ceux qui luttent contre la Sécurité Sociale (bonjour Claude), une vraie réflexion sur la liberté d’entreprendre, de casser la soumission, de retrouver la liberté, la concurrence, d’être résistant et courageux.

Je ne vois pas l’intérêt de discourir du coût du mazout face au scandale que constitue la volte-face des tenants du pouvoir et à l’escroquerie de l’écologie politique.

Il manque la dimension à l’intention. Ce n’est qu’une petite émeute conjoncturelle de soumis passifs. Le combat à mener pour retrouver la liberté vaut mieux que ça et supposerait un accompagnement des intellectuels.

Or, force est de constater que la pensée dominante actuelle est à un peu plus de soumission, notamment à travers l’écologie, et à encore moins de liberté. Je ne peux y souscrire.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire midahuen steave vendredi, 16 novembre 2018 07:37 Posté par steelskeel

    Je ne peux que souscrire a ce raisonnement.
    Ce qui m'a toujours le plus heurté dans cet enfumage écolo, c'est ceci: pourquoi on ne fait pas un environnement entrepreunarial pour favoriser l'emergence de "Tesla" à la francaise?
    Les politocards, ils comment d'abord par tabasser puis racketter, mais ne proposent aucune solution pérenne et intelligente pour le futur. Je prefere ,de loin, avoir affaire à un mafieux italien, au moins c'est simple et cartes sur table.
    Cette affaire de gilets jaune est bel et bien une affaire de soumis.
    Plutôt de remettre en cause l'origine de leur problèmes qui sont les grandes orientations de politiques économiques, en directe provenance de bruxelles, les gens sont là à bêler sur l'essence et le mazout: un détail d'un probleme plus grand...

  • Lien vers le commentaire hftrade mercredi, 14 novembre 2018 14:49 Posté par hftrade

    Concernant les chaudieres, moteurs diesel, on force a remplacer meme si ca fonctionne parfaitement. c'est de la consommation forcée. c'est un step au-dessus de l'obscolescnce programmée


    L'industrie auto allemande bat de l'aile (les valos sont tres faibles), alors pourquoi pas forcer carrement a remplacer son vehicule ? l'industrie auto francaise elle ne produisait plus grand chose par rapport au passé

    Tout ceci alors que le pouvoir d'achat des francais est deja raboté par les taxes etc

    La pollution est un pretexte.

    tout ceci alors que les normes euro (on est a euro VI) changent toutes les x années deja .

    notez aussi les bullshit jobs, ca devient ahurissant actuellement. c'est de l'emploi artificiel Dans la meme veine de nombreux pays occidentaux ont engagé des fonctionnaires pour reduire les stats du chomage, voir levolution du nombre de fonctionnaires francais

    Comment parler d'un pays libre pour la france quand claude reichman, a ete condamné a 11 mois de prison pour avoir denoncé la secu