Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

promospeciale

ÉLOGE DE LA FOLIE

Audience de l'article : 2048 lectures
Nombre de commentaires : 6 réactions
Je vous soumets une affaire qui permet, sans que le doute soit permis, d'être admiratif face à la folie fiscale.

A condition toutefois que, tel Néron, on oublie les conséquences de la destruction pour n'en savourer que l'émotion et la perfection. En résumé, si on est un fumier de lapin de jaloux, qui, pour masquer sa médiocrité, souhaite la mort de ceux qui font l'avenir du monde économique, les entrepreneurs qui réussissent.

Cette affaire obéit aux mêmes ressorts que toutes les autres, la parano fiscale.

J'en rappelle le principe :

- En chaque entrepreneur, l'Etat considère qu'un fraudeur fiscal est actif. Au nom de l'équité, les contrôleurs fiscaux sont chargés de le débusquer.

- Ce délire s'avère totalement faux, mais il est cru par le plus grand nombre et doit donc impérativement se vérifier.

- Les contrôleurs fiscaux multiplient les contrôles fructueux, pour valider la théorie. Pour cela ils inventent, à chaque contrôle, des fraudes inexistantes.

- Cette façon de faire tétanise les entrepreneurs qui craignent et haïssent le fisc.

- Cette haine du fisc par les entrepreneurs, parfaitement justifiée, permet au fisc de prétendre que si les entrepreneurs le haïssent, c'est parce qu'ils sont des fraudeurs.

La boucle est bouclée, la parano s'autoalimente, C.Q.F.D.

C'est le cycle infernal de l'enfant battu parce qu'il n'est pas sage, qui n'est pas sage parce que la violence le déstabilise. Ou encore de l'allemand de l'Est qui rêvait de liberté, la Stasi l'en privait en prétendant que ce rêve nuisait à l'Etat, jusqu'à enfermer tous les Allemands pour traitrise au simple fait qu'ils cherchaient à être libres, tous ces prisonniers rapportant la preuve que l'Etat était en danger.

Le grand art du fisc français est la fabrication de la fausse fraude, la fraude inexistante, c'est sa marque de fabrique, sa spécificité, son moteur, son côté inventif de l'horreur.

Je vous laisse savourer le dossier suivant : link , il est un très bon exemple de cette dérive mortelle. Vous comprendrez en le lisant comment le fisc manipule la justice, globalement consentante.

Bien cordialement. H. Dumas 
Poster un commentaire

6 commentaires

  • Lien vers le commentaire alex6 vendredi, 08 février 2013 00:18 Posté par alex6

    Merci Henri pour votre reponse.
    Pour moi le liberalisme est plus une philosophie du droit, dont les consequences en termes de respect des droits encadrent ce qui peut ou  pas etre fait en economie.
    Mais l'application est plus globale et ne se limite pas qu'a l'aspect economique.
    Notamment, le strict controle du perimetre d'action de l'etat via une bonne constitution, devrait permettre d'eviter la necessaire traque fiscale actuelle. Cette oppression ne s'arretera que par le haut, a savoir quand l'etat devra etre reduit par la force des choses.
    Les victimes du systeme en revanche, ont extremement peu de chances de parvenir a changer le systeme. Tout au plus, a gagner des combats personnels. C'est tout le mal que je vous souhaite.

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas jeudi, 07 février 2013 08:44 Posté par Henri Dumas

    Bonjour Alex6,

    Le libéralisme est un fonctionnement idéal de l'économie qui ne peut exister que si tous les membres du groupe ont pour souci premier l'économie.

    Ce n'est pas le cas. Ce constat ne permet pas d'imposer le libéralisme par la force, évidemment.

    Donc, le respect des autres nous obligeant à reconnaître la disparité, l'acceptation de cette disparité nous entraine dans une lutte de tous les jours pour convaincre de la nécessité du libéralisme, au moins en économie.

    Tout cela n'a pas un rapport direct avec la fiscalité.

    Celle-ci pourrait pratiquement ne pas exister, ou être très légère, dans une société libérale, il n'empêche que les revenus seraient alors grevés des frais nécessaires à assurer ce qui l'est aujourd'hui par la fiscalité (éducation, santé, etc..) Ce serait peut-être mieux, ce serait peut-être moins bien, les dérives sont si constantes en tout.

    Mon combat est plus prosaïque.

    De tout temps les collecteurs d'impôts ont abusé de leur situation. Les moyens qui leurs sont donnés ont tôt fait de les transformer en molosses qui mordent tout ce qui passe à leur portée.

    De la même manière que l'on peut tomber dans une dictature policière, on peut tomber dans une dictature fiscale.

    Nous avons, pour l'instant, échappé à la dictature policière, nous pourrions échapper à la dictature fiscale, c'est le sens de mon combat.

    Bien cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire alex6 mercredi, 06 février 2013 21:26 Posté par alex6

    Merci Henri.
    Ne melangez-vous pas votre combat personnel, parfaitement legitime et que j'espere vraiment que vous gagnerez, avec un combat plus general contre le fisc et l'etat?
    Je sais que vous connaissez parfaitement l'histoire du liberalisme, il me semble que jamais aucun peuple n'est parvenu a vaincre l'etat et a instaurer la liberte, et un individu encore moins. C'est toujours une cause exogene au systeme etatique qui peut signer sa fin.
    Dans le cas de la France, ce sera la dette qui viendra a bout du tout-etat. Et par voie de consequence,  on peut esperer que Bercy tombera aussi.

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas mercredi, 06 février 2013 08:49 Posté par Henri Dumas

    Bonjour,
    Merci pour votre fidélité.
    Rassurez vous, je n'éprouve aucune dépendance pour le combat que je mène et je n'oblige personne à le partager.
    Je préfèrerais des billets plus légers, plus fantaisistes, voir plus profonds.
    Mais je crois que ce combat est essentiel, et... je pense le gagner. Et oui...
    J'accepte l'idée que l'intelligence collective puisse, tout comme l'intelligence individuelle, se tromper, le reconnaître et ainsi progresser. 
    Très cordialement. H. Dumas 

  • Lien vers le commentaire alex6 mardi, 05 février 2013 21:32 Posté par alex6

    @Henri,
    En toute amitie, ne pouvez-vous pas faire un break par rapport a tout ca?
    Ca n'est evidemment pas pour moi puisque je vous lis avec plaisir mais j'ai le sentiment que vous vous laissez litteralement bouffer par ce combat qui a mon sens est un combat de Don Quichotte.