Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Vincent Benard

Vincent Benard

Vincent Bénard est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et  de la crise financière de 2007-2008 (subprimes). Grand défenseur du libéralisme économique, Vincent décortique tous les errements des Etats providence !

promospeciale

Economie: les scénarios noirs se rapprochent

Audience de l'article : 2135 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Les mauvaises nouvelles s'enchainant aux mauvaises nouvelles, les scénarios les plus noirs sont en train de devenir les plus probables. La situation budgétaire des pays développés est critique. La plupart d'entre eux se sont lancés dans des plans plus ou moins rigoureux de la dernière chance visant à tenter de réduire drastiquement les déficits publics, sous peine de subir un emballement critique de leur dette. D'autre, inexplicablement, prêchent toujours plus de relance, alors que le premier "stimulus", à l'évidence, est un échec grave.

 

Mais tous les scénarios de rétablissement de l'équilibre des comptes publics supposent un retour progressif à la normale, "normale" signifiant, pour les états, des flux réguliers de rentrées fiscales sans événement contraire pour provoquer à nouveau un brusque creusement des déficits.

 

Or, dans la situation actuelle, de très nombreux événements contraires sont susceptibles de constituer des étincelles qui provoqueront de nouveaux départs d'incendie. J'évoque depuis quelques mois, et pas plus tard que vendredi dernier, des éléments conjoncturels facteurs d'instabilité qui peuvent déclencher ces incendies, qui pourraient être fatal. En voici d'autres...

 

Quelques nouvelles raisons de craindre l'avenir proche :

 

 

USA - Sur les 50 états de l'Union Américaine, 46 cumulent des déficits de 112 milliards de dollars à  la fin de l'année fiscale 2010, qui pour eux s'achève fin juin, soit en gros 8 à 10% de leurs budgets totaux. Pire encore, les plans de retraites de leurs fonctionnaires totalement non provisionnés, et qui font apparaître parfois des privilèges délirants (autres exemples), à côté desquels les factures de nos énarques paraissent presque mièvres, promettent d'empirer rapidement la situation. 

 

 

Or, chez eux comme chez nous, l'égoïsme des syndicats et des socialistes qui vivent de leur clientèle retarde l'inévitable, à savoir la renégociation de toutes ces obligations sociales non provisionnées. Manifestations, menaces, chantage au vote (les élections sont en novembre prochain), tout y passe. Le socialisme corporatiste ne perd pas l'occasion de démontrer qu'il est avant tout un égoïsme, où la classe de nouveaux exploiteurs bureaucratiques prétend continuer à tondre l'ouvrier, l'artisan, et tous ceux qui vivent de la réussite privée, pour continuer à bénéficier de situations privilégiées impossibles à étendre à tous.

 

 

A de rares exceptions près, les gouverneurs de ces états tergiversent, refusent d'affronter vent debout leurs syndicats. Les sénateurs des états concernés tentent de négocier un "bailout" (sauvetage) de l'état fédéral en échange du vote des lois proposées par l'administration Obama, comme si celui ci avait de quoi le leur offrir. 

 

 

Les USA entrent en zone de tempête avec un leadership totalement déficient, et une classe politique dévoyée. Ce n'est pas une bonne nouvelle.

 

 

-----

 

 

Espagne  - Le mois de Juillet va être particulièrement suivi par les marchés, parce que l'Espagne, le premier "gros pays" de l'UE à menacer de tomber, va devoir trouver plus de 21 Milliards d'Euros, dont 8,5Mds de renouvellement d'échéances et 13Mds de nouveaux emprunts (déficit courant) pour passer son mois. Pas moins de 5 adjudications de tranches obligataires sont prévues, à court, moyen ou long terme. 

 

 

Passera, passera pas ? Nul doute que seul Jean Claude Trichet, avec sa planche à billets électroniques magique, a la réponse.

 

 

-----

 

 

Hongrie - Hors de la zone Euro, la petite Hongrie ne dispose pas de la planche magique de Jean Claude, et personne ne voudrait de la dette en Forint si la banque centrale Hongroise se mettait à singer sa grande soeur de Francfort. La Hongrie vient donc de rater une adjudication pour la deuxième fois. 

 

 

Je ne voudrais pas être créancier de l'état Hongrois. 

 

 

------

 

 

 

Je suppose que si je prenais le temps de faire un tour du côté de l'économie grecque ou portugaise, je trouverai d'autres raisons de m'inquiéter.

 

Pronostic: Les états vont tout faire pour retarder la reconnaissance de l'état de faillite de l'un d'entre eux le plus longtemps possible, jusqu'à ce que les banques aient reconstitué des fonds propres suffisants pour amortir le choc. Bref, au lieu d'une résolution de faillites en cascade telle que celles proposée par maints économistes, sur la base d'échanges de dettes contre capital, une sorte de "sauvetage permanent" des grosses institutions bancaires capable d'entretenir l'illusion d'une solvabilité des états va âtre organisé, à base d'impression monétaire.

 

Problème:  Ce scénario suppose, pour avoir la plus petite chance de réussite, qu'aucun nouvel "événement adverse" de grande ampleur, aucun "Lehman Bis", ne submerge les capacités de camouflage des gouvernements. Nous venons de voir trois raisons de croire que ces événements adverses sont de moins en moins évitables. Quand bien même l'Espagne passerait juillet sans encombre, quelles tuiles peuvent encore affaiblir les finances des gouvernements déjà exsangues dans les mois qui suivront ?

 

L'incertitude créée par l'instabilité créera tôt ou tard, et plus probablement tôt, un nouvel épisode "à la Lehman" qui enverra de nouveau par le fond les recettes fiscales des états déjà au plus mal. La question est de savoir quel sera cet événement, et quand il se produira.

 

Un nouvel effet ciseau sur les recettes fiscales doublé d'un appel de garantie massif pour "sauver" des banques et répondre à des demandes d'indemnisations sociales croissantes provoquera une peur croissante des prêteurs. D'abord, les taux d'intérêt remonteront, puis, faute de pouvoir payer les intérêts de la dette, le défaut de paiement ne sera pas évitable. 

 

Ce jour là, le piège mortel de la dette publique sera refermé.

 

Naturellement, certains espèrent que la monétisation à outrance des dettes par les banques centrales permettra d'empêcher cette spirale fâcheuse. Mais créer des signes monétaires sans la moindre contrepartie en production de crée pas de richesse et ne fera que détruire du pouvoir d'achat tout en poussant à la hausse les taux d'intérêts demandés par des créanciers en monnaie dévaluée, le tout dans un contexte de dette nominale en croissance exponentielle : Voie sans issue !

 

Rebondir après la faillite

 

Aujourd'hui, tout en espérant me tromper, je ne crois plus une telle faillite de quelques états évitables, et par contagion, la France risque d'en faire partie. Mais d'une faillite peut naître une renaissance, si un changement de paradigme politique fort se produit. Comme celui exposé il y a peu ici même. Une très grande liberté d'entreprendre, une monnaie assainie (l'or...), et des fiscalités enfin non confiscatoires doivent être promulguées rapidement, sans attendre la chute.

 

 

 

Vincent BENARD

 

 

 

 

Poster un commentaire