Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Alerte rouge ! Taxer les dépôts des particuliers va devenir réalité en septembre 2016 au sein de l'UE. Notre épargne est en danger !

Audience de l'article : 2625 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Ca y est, la fiction est sur le point de dépasser le stade de la réalité. L’épargne bancaire des particuliers sera bientôt taxée, et cela se déroule juste à côté de chez nous en Allemagne.

111886577


Comment une situation aussi inédite a-t-elle pu voir le jour ?

Il est important de replacer les éléments dans leur contexte. Mario Draghi a réévalué le taux de dépôt qui lie les différentes banques à la BCE. Ce ratio s’applique sur le montant des liquidités que les établissements bancaires déposent auprès de la banque centrale.

- A partir de juin 2014, le taux était devenu négatif en atteignant -0.1%.

- Mars 2016, il s’effondrait à nouveau. Il affiche désormais -0.4%.

Actuellement, les banques se retrouvent donc soumises en quelque sorte à une certaine forme de taxation. Pour réduire l’impact néfaste des taux négatifs, les groupes bancaires n’ont pas foule de solutions à leur disposition. Elles peuvent jouer sur 2 leviers principaux. L’un consiste à limiter leurs dépôts en prêtant toujours plus. L’autre consiste à répercuter les taux négatifs, tout cela en taxant les dépôts des épargnants. Une manœuvre qui vous l’aurez compris, s’avère houleuse et délicate à mettre en place. Difficile de faire accepter à l’épargnant des rendements négatifs !

D’ailleurs, jusqu’à présent, les établissements bancaires, n’ont pas encore véritablement osé compenser les pertes sèches provoquées par les taux négatifs. En France, la BPCE a été la première à prendre ses responsabilités. Depuis mars 2016, la banque a décidé de facturer les dépôts appartenant aux clients professionnels dont la trésorerie se relève significative. A l’étranger, la RBS (Royal Bank of Scotland) s’est dite également prête à facturer un panel des clients de son réseau. Elle l’a fait savoir dans une note interne adressée à sa clientèle professionnelle. Les entrepreneurs indépendants, associations, clubs ou sociétés ont été mis au parfum. Dans une hypothèse où la Banque d’Angleterre se manifestait pour imposer des taux négatifs, la RBS pourrait très bien taxer les dépôts.


Si jusque-là, l’ensemble de ces mesures touchaient les comptes des entreprises, cela ne sera plus le cas à partir de septembre 2016.


Reuters nous apprend qu’une banque allemande (la Raiffeisenbank) va imputer l’épargne de ses clients particuliers à hauteur de 0.4%.

raiffeisenbank


Certes les clients concernés sont ceux qui détiennent un capital supérieur à 100 000 €, mais cette information nous donne des perspectives peu rassurantes quant à la fiabilité du système financier européen. L’Etat des banques de l’euro zone est désastreux, et la BCE continue d’appliquer sa politique suicidaire.

Le message est fort, puisqu’il signifie que les banques seront capables de ponctionner votre épargne. Le contexte européen ne risque pas de s’améliorer. Et Mario Draghi est coincé avec l’histoire des taux négatifs.

Avec ce combo explosif, inutile d’être un devin pour déterminer que nous allons droit dans le mur.


Les français doivent-ils s’inquiéter pour leur épargne ?

epargne en danger


Ma réponse est simple. A court terme, je dirais qu’il n’y a pas grand-chose à craindre. On a la possibilité de choisir le chemin emprunté par la masse, en bêlant joyeusement. Par contre, à long terme, je pense que ce raisonnement n’est pas viable pour un sous.

Une majorité des spécialistes se veulent rassurants. Il s’agit d’effrayer au minimum chaque français, et surtout d’essayer de ne lever aucun soupçon. Mais, le rapt a débuté il y a longtemps déjà. Les banques ont reporté indirectement l’impact des taux négatifs en augmentant leurs frais de tenue de comptes et services.

Dans un avenir plus ou moins proche, l’Europe a de grandes chances de s’enfoncer dans la crise. L’idée d’un scénario noir où la taxation des dépôts de clients particuliers (quelque soit la somme) deviendrait systématique, n’est pas du tout délirante.

La banque locale allemande (Raiffeisenbank) nous donne le ton avec un futur aux nuages sombres. Dès septembre 2016, 140 clients individuels seront imposés à hauteur de 0.4% sur le montant de leurs dépôts. Une manne d’environ 40 millions d’euros en faveur de la banque (permettant ainsi de combler le gap des taux négatifs) !


La question à se poser est dorénavant la suivante : est-ce que d’autres banques européennes vont sauter le pas dans la taxation de l’épargne des particuliers ?


Il est évident qu’elles devraient le faire pour sauver leur peau, quitte à sacrifier les comptes de leurs clients. Ce constat nous amène à réfléchir sur quelle banque miser.

Un établissement situé hors zone euro reste une priorité, si l’on veut sécuriser son cash dans les meilleures conditions. Ensuite, il vous faudra une banque solide capable de supporter les caprices des politiques menées par les banques centrales, (BCE en tête). Pour aller plus loin, j’ai réalisé un dossier rassemblant les banques les plus sûres avec un bonus sur les devises alternatives à l’euro.

Il sera mis à jour régulièrement à partir du mois de septembre afin de vous offrir un maximum de visibilité.

William Finck
Poster un commentaire