Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Cédric Froment

Cédric Froment

Sur ce blog je fais le suivi des actions sur le point d'exploser en bourse. Je vous apprends à les repérer et à les trader.

Les petites et moyennes capitalisations sont mon terrain de jeu favoris.

Grâce à mes stratégies, je passe moins de 30 minutes chaque soir pour gérer mon portefeuille de trading.

Si vous pensez devenir millionnaire en 3 clics, ce blog n'est pas fait pour vous.

Si vous souhaitez acquérir les outils pour devenir un spéculateur efficace, ce blog est une mine d'or pour vous.



  QUI SUIS JE ?

Je m’appelle Cédric Froment et cela fait plus de 10 ans que je spécule sur les actions.

Ma passion pour le surf et mon statut de trader m'ont amené à m'expatrier sur l'Ile Maurice en famille!

froment-cédricM2

Quand je ne suis pas à l'eau ou avec ma fille, je partage avec vous mes meilleures stratégies pour investir en bourse.

promospeciale

Les 3 raisons de trader les hausses des actions

Audience de l'article : 3402 lectures
Nombre de commentaires : 5 réactions
Vous êtes-vous déjà demandé comment vous pourriez simplifier vos investissements et vos trades ?  La loi de pareto appliquée à la bourse va vous aider à franchir le cap. Voici un 1er pilier essentiel si vous spéculez sur les actions : privilégiez les trades à la hausse et en voici les 3 raisons :

1 - C’est mathématique,

les gains d’une tendance haussière

sont incomparables

à ceux d’une tendance baissière


Le calcul est vite fait : une action peut s’apprécier de +200,+500%… et bien plus. Alors qu’elle ne peut se déprécier de plus de 100% de sa valeur.

  • Il s’agit d’un biais positif pour les investisseurs. C’est bien pour cela que la majorité des opérateurs novices rencontrent peu de difficultés pour faire de l’argent pendant un marché bien haussier.
  • Quand aux traders expérimentés qui réussissent le mieux sur les actions, ils ne tradent que pendant les marchés haussiers et partent en vacances quand les choses se gâtent. Si vous étudiez les bios des meilleurs traders du siècle : Jesse Livermore, Nicolas Darvas, O’neil, Zanger, etc… ils avaient en commun cette même approche des marchés.
 

2 – Jouer les baisses

c’est faire un marathon

avec 2 boulets aux pieds


Les traders qui gagnent à long terme, appliquent à court terme des règles de bon sens. . L’une d’entre elle : éviter de shorter(VAD) une action. Pourquoi ?

  • Plus de 85% du temps les marchés ne sont pas en tendance baissière soutenue. Certes la VAD peut-être profitable, mais uniquement à de rares occasions. Car  Il faut vraiment être un trader aguerris pour trouver les rarissimes fenêtres baissières à exploiter.
* VAD : vente à découvert permettant de jouer la baisse d’un titre.

  • Vous pouvez vous retrouver à contre sens d’une hausse stratosphérique. Cela si vous êtes en VAD et qu’une annonce surprise à un impact positif sur votre action. En effet, la volatilité est historiquement supérieure en marché baissier et cela induit la présence de nombreux gaps haussiers qui peuvent être supérieurs à +50%.
Le trading est un long marathon pendant lequel il faut garder une constance sans faille. Jouer les baisse est à éviter pour le commun des traders qui souhaite terminer la course enrichi.

Et le plus important pour la fin…

 

3 – La loi de pareto

est une réalité sur les marchés


La distribution du capitalisme est flagrante sur les marchés boursiers. La loi de Pareto 80/20 met en avant qu’un minimum de titres est responsable de toute la hausse des marchés !
Le graphique ci-dessous représente les performances de 8000 titres cotés sur les bourse du NYSE, AMEX et Nasdaq et répondant à des critères de liquidité minimum entre 1983 et 2006 (24 années).

On constate d’entrée de jeu qu’une petite minorité d’actions (en bleu à droite) est responsable de la majorité des gains du marché :


leader LDM

  • 39% des titres retournèrent des performances négatives
  • 18.5% chutèrent de plus de 75% de leur valeur
  • Et moins de 20% des actions sont responsables de 90% des gains du marché! Ces titres sont appelés « leaders » de marché qui évoluent avec un fort momentum.
 

Pour faire simple, 25% des actions ont des rendements positifs

pareto bourse



En d’autres termes, investisseur peu chanceux ou trop diversifié aurait sans doute été investit majoritairement dans les 75% des titres à performances négative entre 1983 et 2007.

Commencez à appliquer dès maintenant  la loi de pareto à vos investissements et votre trading en ne tradant plus que les hausses des actions !



Cédric Froment

http://www.e-devenirtrader.com/

Poster un commentaire

5 commentaires

  • Lien vers le commentaire Cédric Froment mercredi, 14 novembre 2012 00:40 Posté par cedric froment

    Bonsoir Svane,

    avec votre réponse, je comprends mieux la logique que vous exprimiez dans votre avant dernier message. Vous tradez principalement les indices et effectivement votre approche est completement saine.

    Mon article et mon playdoyer s'adresse à des traders actions qui font du stock picking. En se concentrant exclusivement sur du trading indicielle, l'avantage mathématique lié aux forts décalages de prix...est bien moins prononcé.


  • Lien vers le commentaire svane lundi, 12 novembre 2012 21:58 Posté par svane

    Je vous remercie pour la rectification concernant le mode de calcul de la VAD, c'est moi, effectivement qui me suis trompé.

    j'ai du mal à comprendre votre phrase: " cela signifie qu'il seront AUTOMATIQUEMENT actifs dans les marchés haussiers" ?

    Le bon conseil pour les investisseurs non avertis, c'est effectivement de rester cash dans les marchés baissiers, donc durant toute la période 2000-2015 et peut-être plus.

    Car pendant ces périodes, on ne peut pas faire d'investissement long terme à moins d'être un stock-picker vraiment hors-pair. On ne peut qu'y faire que du trading, peut importe l'UT (on peut garder ses poses plusieurs mois). Mais dés lors, peut importe qu'on joue la hausse ou la baisse, il faut être vigilant, réactif, soigner ses points d'entrées et ses points de sorties (en PV comme en MV).

    Personnellement, je préfère le short, pour une simple raison: les niveaux de résistance sont beaucoup plus facilement identifiables (et solides !) que les niveaux de supports dans les marchés baissiers, et l'inverse vaut dans les marchés haussiers, où par définition, il n'y a presque pas de résistances identifiables à l'avance, puisque les cours évoluent dans un terrain inconnu et jamais encore visité.

    Donc je me porte très bien en 2012 en shortant la zone autour des 3600 points, j'ai aussi achêté les 3050 points debut mai (pour jouer un rebond vers 3450), mais  suis sorti rapidement sur un stop certes trop serré. Mais dans le cycle actuel, j'ai beaucoup plus de confiance dans les shorts sur les points hauts que dans les longs sur les points bas (j'ai une certitude quasi absolue qu'on ne dépassera pas les 3600 points voire à la rigueur les 3750-3800  points, mais le point bas pourrait se trouver à 2700, 2300, 1700 voire même beaucoup plus bas), et je pense que j'ai raison, même si je rate des PV (et pire, perd (un peu) d'argent sur les longs avec des stops trop serrés !).

  • Lien vers le commentaire Cédric Froment samedi, 10 novembre 2012 10:17 Posté par cedric froment

    Petite rectification : 5 - L'étude remonte à 1880 et non 1980... :-)

  • Lien vers le commentaire Cédric Froment vendredi, 09 novembre 2012 02:21 Posté par cedric froment

    Bonjour Svane,
    tout d'abord merci pour avoir pris le temps de poser un argumentaire détaillé.

    Voici mes réponses :

    1 - Une Vad est bornée par la somme que vous lui allouez sur le marché :

    -vous shortez 5000€ d'un titre qui vaut 5€-vous rachetez votre short à 1€...vous avez gagné 4000€.

    - vous rachetez votre short à 0.1€ vous gagné presque 5000€ : c'est le max.

    - cependant votre perte est potentiellement illimitée.Un achat n'est pas borné par les gains.
    Si vous achetez pour 1000€ d'un titre coté à 0.1€, une revente à 5€ fait 50 000€. Le risque lui est borné à 1000€ de perte maximale

    Si vous comprenez cette notion, vous comprendrez aisément l'absurdité de shorter les marchés actions sans même parler des frais de courtage que cela implique.


    2 - Les très rares fortes baisses dévastatrices sont toujours le prolongement d'un marché baissier deja entamé.
    Il faut simplement rester cash pendant les marchés baissiers, qu'ils soient soutenus ou non.Si vous voulez durer à long terme en trading c'est la meilleure des choses à faire.
    Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'opportunité en marché baissier, loin de là...


    3 - Je répète à tous les traders non avertis : en marché baissier, il faut rester cash pour toutes les raisons évoquées dans mon article.
    Cela signifie que vous serez automatiquement actif dans les marchés haussiers, qu'ils soient séculaires ou non.


    4 - Loic Abadie est connu pour etre Le Monsieur Ours Francais, pourtant il a fait le plus gros de ses gains sur des small caps en marché haussier.
    Il y a une différence entre l'étiquette qu'on nous pose sur le front et ce qui se passe en réel. Je ne parle même pas de David Renan qui a fait 50X la mise en marché haussier


    5 - Voici une étude qui remonte à 1980, et qui met en avant la statistique de ces marchés séculaires haussiers :

    http://www.e-devenirtrader.com/quand-faut-il-trader-gros-sur-les-actions/

    Tous les grands traders de ce siècle attendent, et profitent de ces phases de grace pour engranger des fortunes.



    Maintenant à moi de vous faire remarque :

    - est-ce plus sérieux de conseiller à un trader qui ne passe pas sa vie devant les marchés de :

    1 - attendre les meilleures phases de marché pour trader : c'est à dire à la hausse, et de rester cash le reste du temps?
    ou
    2 - de s'agiter dans tous les sens en tradant du short, du range, du long ?

    Attention si votre réponse est 2, je vous soupçonnerais d'être un mauvais courtier :-)

    Amicalement,

    Cédric

  • Lien vers le commentaire svane vendredi, 09 novembre 2012 00:27 Posté par svane

    Signe providentiel qu'un tel article paraisse certainement après un top majeur MT sur les indices actions?

    Chacun de vos points est en effet hautement contestable:

    1.) Vous prétendez que les gains à la hausse sont incomparablement plus élevés que à la baisse, puisqu'une action ne peut que perdre 100% alors qu'elle peut gagner 500% voire plus. Certes, mais une VAD sur une action qui perd 90% (comme Peugeot par exemple) ne rapporte pas une PV de 90% mais bien de 800%, puis'que j'achête à 10€ une action que j'ai vendu à 100€, soit un gain de 90€ par 10€ investis ( a posteriori). C'est vrai, en revanche, qu'en jouant la baisse on est victime des frais SRD, de l'érosion et du béta slippage des produits à levier etc. qui rendent le trade moins profitable...

    2.) Vous dites que plus de 85% du temps les marchés ne sont pas en tendance baissière soutenue. Vous oubliez ici deux choses: premièrement, quelque soit la tendance LT, les baisses sont toujours beaucoup plus rapides que les hausses, parler du facteur temps ne veut pas dire grand chose, le short permet des gains beaucoup plus rapides (par exemple, en 2007-2008 le marché perd en A ans et demi ce qu'il avait mis 4 ans et demi à gagner entre 2003-2007, ou à l'été 2011 le CAC perd 30% et les BX4 gagnent 100% en deux mois.... soit deux ans de hausse effacé en 2 mois !

    3.) Votre remarque est valable dans les marchés haussiers séculaires (comme 1920-1929, 1949-1966, 1982-2000) mais certainement pas dans les marchés baissiers séculaires (comme 1900-1920, 1929-1949, 1966-1982 et.... 2000- 2015 ou 2020). Il y a dans ces marchés certes des phases haussières à jouer, mais étant donné que ces marchés perdent en règle générale 75% de leur valeur depuis le pic précédent, en terme de pourcentage (et non de temps) de gain, le trade baissier y est plus gagnant.

    Il est vrai qu'horizon très long terme (plus de 30 ans), les marchés sont inexorablement haussiers, et que par exemple le SP500, ayant gagné 1400% en 18 ans de 1982 à 2000, sera toujours haussier LT s'il finit par perdre 70% depuis ses plus haut — un SP500 à 475 en 2014, par exemple, représentera toujours une hausse de 375% en 32 ans.... ce qui est pas mal !

    4.) Curieux quand même de trouver Jesse Livermore en première place de vos traders "qui ne jouent que la hausse", alors que Livermore est connu comme le plus" grand bear de Wall Street" , et qu'il est réputé d'avoir gagné 100 millions de dollars en ayant shorté le crash de 1929.....

    5.) La statistique sur la loi de Pareto peut aussi appuyer la thèse contraire... Le graphe est de plus fortement biaisé, surtout à cause de la période qu'il utilise: en partant près d'un plus bas historique sur les marchés en 1983 (avec un PER de 7 en 1982 sur le S&P) et en terminant proche d'un plus haut historique en 2006.... Ce n'est vraiment pas sérieux de choisir comme période d'analyse le plus grand et le plus long marché haussier de tous les temps......