Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
svane

svane

Tous les commentaires de ce membre (56 publications)

Backlash a raison, le point bas du Dow ajusté pour l'inflation était en 1982 et non pas en 1974, le dollar ayant perdu près de 70% de sa valeur durant les années 1970. Un graphe montrant les cours ajustés montrerait une histoire bien différente, celui qui aurait acheté en 1974 pour revendre en 1982 aurait perdu beaucoup d'argent.

 

Cela se vérifie aussi avec les PER: PER/Cape le 1er janvier 1974: 13,53, et le 1er janvier 1982: 7,39. Le marché était presque moitié moins cher en 1982 qu'en 1974...

 

De là à dire que le DOW suit nécessairement des cycles baissiers de 16 ans, c'est une autre histoire. Ce qui est certain, c'est qu'en 2009, les indices étaient très loin d'avoir touché des valuations aussi basses que lors des précédentes crises, et notamment 1982. Donc soit on assiste à un changement de paradigme durable, avec des valuations beaucoup plus haute que par le passe depuis les années 1990, ou alors la grande purge avec un point bas historique et des PER moyen de 6-7 est encore à venir.

 

PE/CAPE janvier1982: 7,39

PE/CAPE janvier 2003: 31,43

PE/CAPE janvier 2009: 15,17

 

Notez qu'à chaque point bas (2003,2009) le PER est coupé en deux, lors d'une troisième crise aurions-nous un PER de 7 comme en 1982 et 1932? Partant d'un PE/CAPE actuel de 27, ce serait un carnage sans nom!

Il y aura un "signal haussier" une fois que cet ETF aura cassé à la hausse la résistance oblique baissière de son triangle. Il y aura "confirmation" de ce signal haussier après un test réussi de cette ROB comme support. Pour l'instant, FXI est toujours dans son triangle, faisant des hauts plus bas et des bas plus hauts. On est loin d'un signal quequ'il soit. Le MACD mensuel est toujours sous son signal, et s'apprête peut-être à foire un non-croisement aux conséquences très bears.

Le raisonnement eliottiste semble partir du présupposé que FXI est entré dans ce triangle par le bas, et devrait donc en sortir par le haut. Mais on peut tracer ce triangle plus loin, et considérer qu'il y est entré par le haut, en partant des plus hauts de 2008, et devrait donc en sortir par le bas.

 

Il est, de toute façon, prématuré de parler d'un "signal de hausse", et encore plus, d'une "confirmation". Vous auriez peut-être raison, mais cela relève plus de la divination, des jeux d'hasard ou de la voyance que de l'analyse technique.

Sur votre graphe, les cycles sont de 12 à 42 ans, cela ne permet donc pas de savoir si ce cycle est terminé ou pas, l'avant dernier cycle ayant été de 14 ans, soit la durée actuelle.

On avait vu en 2008 les commodities, notamment le pétrole, rentrer dans la dernière phase parabolique en debut d'année, alors que les equities avaient déjà bien entamé leur correction. Force est de constater que depuis 2011, les deux actifs évoluent en sens contraire. Cela va-t-il durer? Les MP vont-elles enfin rattraper les actions et retourner aux sommets? Ou les actions vont-elles rejoindre le sud économique que leurs indiquent les MP?

 

La seule chose qui me semble certains, c'est que les MP auront besoin d'un rebond des marchés émergents pour repartir de l'avant.

 

La comparaison du rally actuel avec les précédents cycles boursiers est pour moi bancale, car nous n'avons actuellement pas du tout le même nveau de valorisation que lors des précédents "fin de bear" ou "début de marché haussier long terme".

 

En 1982 (démarrage du précédent bull séculaire), le PE Shiller du SP500 était à 7.

En 1950 (l'avant dernier), il était à 10

En 1933 à 6 et en 1920 à 5 !

http://www.multpl.com/shiller-pe/

Le Schiller PE est actuellement à 26.3, soit au niveau non pas des "fin des marchés bears", mais à celui des "fin de bull", avec l'exception de 2000, et 1929 à peine plus haut.

Au pire du creux de 2009, le PE Shiller n'était tombé qu'à 15... soit la moyenne historique du PER, et plus du double des points bas précédents.

 

Cela ne veut pas dire que les marchés ne peuvent pas continuer de monter. Mais un nouveau cycle de hausse de 20 ans à partir de niveaux de valorisation aussi élevés me paraît strictement impossible, entre 1982 et 1999, le PE s'était multiplié par 6, ce qui nous donnerait un PE de 150 en 2030 !!!!

La période de 1905-1929 montre qu'après une longue phase de latéralisation, on peut avoir un marché haussier très puissant mais très court (5 ans), ou après le breakout et un nouveau hight le marché non seulement retrace toute la hausse, mais fait un bas plus bas que le creux du précédent bear market de 20 ans!

 

Donc, prudence.

Ne faudrait-il pas avoir une lecture contrarienne de ces données?

Par exemple, la sous-exposition aux marchés émergents des zinzinz n'est-elle pas un fort signal d'achat, puisqu'à chaque fois que leur allocation était aussi basse (et pendant aussi longtemps), une hausse fulgurante s'en était suivi ? (en plus, avec une divergence positive de l'allocation en même temps qu'un potentiel double bottom sur les prix).

 

Et une exposition aussi élevée aux banques n'a-t-elle pas dans le passé été un signal de top des marchés? Comparez 2006-2007 avec 2012-2013?

 

Et donc, cela nous inciterait-il pas à un straddle totalement contrarien, long émergents short actions développés, soit le contraire de ce qu'il fallait faire en 2012 (et que certains très bons comme J.C. Parets de "Allstarcharts" avait fait en shortant l'Amérique Latine et achetant l'Europe ?

 

Le seul élément troublant, c'est que les zinzins sont tout aussi sous-exposés aux commodities qu'aux obligations, qui normalement devraient évoluer en sens contraire.

Juste quelques remarques par ailleurs tout à fait agnostiques sur la suite des événements:

 

1.) Les sommets du sentiment bullish — comme le montrent très bien les graphes que vous avez postés — ne se manifestent rarement ou même jamais sur les plus hauts juste avant la chute, mais plusieurs mois avant: on constate toujours une divergence entre le sentiment AAII et les cours du SP avant qu'un sommet soit en place. Par exemple, en 2011 comme en 2012, le plus haut du sentiment bullish avait été atteint en janvier, alors que le plus haut des cours n'arriva qu'en avril-mai ( et la véritable chute en ce qui concerne 2011 qu'en juillet-août). A ce moment, le bullish percentage avait déjà nettement chuté, de 65% à 40% de bulls en 2011, et de 55% à 35% de bulls en 2012.

 

2.) La comparaison de Tom Demark est extrêmemnt biaisée, dans la mesure où l'échelle utilisée n'est pas du tout la même en 1929 qu'en 2013: en 1929 on a un range entre 200 et près de 400 points (soit près de 100% de variation), alors qu'en 2013 ce range est entre 12000 et moins de 16 000 points (soit moins de 33% de variation). On constate en revanche une similitude entre les trois sommets avant le dernier rallye en 1929 et les trois sommets actuels. Mais si le DOW devait suivre la même évolution aujourd'hui (un ultime rallye "après-moi le déluge" de 20-30%) on verra, l'hiver ou le printemps prochain, un DOW bien au dela des 18000 points, un SP500 bien au-delà des 2000 points et un CAC bien au delà des 5000 points.....

 

Celà étant dit, cela me démange de plus en plus de shorter à tout va dés l'ouverture demain lundi.... Même dans le scénario "génocide de bears" évoqué plus hauts, les shorts seront très largement gagnants à horizon MT, si on a la capacité de supporter des MV latentes de 20% ou beaucoup plus selon le levier choisi....

Je ne vois pas où est le problème: les taux sont toujours dans leur canal baissier multi-décennal, et toujours bien plus bas qu'en 2011, 2007 et 2000. Donc, on attend que les taux tapent la résistance et on achête les bonds via un tracker comme TLT, et on shorte les marchés boursiers. Si par chance les taux venaient à casser cette résistance — ce qui est peu probable vu le pessimimse exacerbé concernant les obligations US — on inverse la position sur les bonds mais on garde les shorts actions (en cas de sortie haussière et rally des taux, il y aura bien disruption et donc problème pour le marché actions.

Le problème, c'est qu'alors que les bonds et les actions sont négativement correlée sur le MT, ils sont positivement correlés pour le LT.
Ce ration est passionnant, merci pour l'info ! On voit, en effet, non seulement la corrélation parfaite jusuqi'l y a peu avec le SP500, mais surtout comment il a dévancé les mouvements de ce dernier, particulièrement en 2011.

Cependant, depuis fin 2011, la corrélation ne fonctionne plus: suivant le ratio cuivre/or, le SP500 devrait être à 1100 points environ....

Donc le breakout près des plus bas du cuivre va t-il provoquer un breakout sur les plus hauts historiques des actions? Ou le SP500 devrait-il d'abord corriger pour retablir la corrélation avec le cuivre?
Il y a maintenant des ETF actifs étonnants, notamment certains qui basculent entre actions et obligations ou vix en fonction d'un algorythme.

Ce qui est vraiment bluffant, c'est le ETF VTQ. Il y a de 60%-97.5% de SP500 et de 2,5%-40% de VXX. Il y a en plus un stop-loss intégré. Regardez la performance depuis septembre 2010:

https://www.google.com/finance?q=NYSEARCA%3AVQT&ei=ov9uUai_LIXFwAPh2AE

Il fait un peu moins biens que le SP500 (31% au lieu de 39%), mais avec nettement moins de volatilité. Observez comment en l'été 2011, alors que le SP500 crashe, VQT reste stable en juillet puis s'envole en juillet ! L'ETF est peut-être trop jeune pour un jugement définitif, mais on dirait qu'il sous-performe légèrement pendant les hausses, mais sur-performe très nettement pendant les baisses.


Attention, le gold pourrait bien chuter à 1300$ où il rencontrera ses 38% fibonacci et son support oblique long terme. Il faut donc bien surveiller le support des 1525 points, si par aventure il cassait, on aura un point d'entrée de rêve pour charger en or à 1300$.
«DébutPrécédent123456SuivantFin»