Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Conquérir la bourse

L’equation comportementale

Audience de l'article : 1085 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Et si nous pouvions modéliser nos actions comme le résultat d’une équation à plusieurs inconnues ? L’idée manque certes de poésie et de fraîcheur , et pourtant, nous pouvons tous probablement y trouver une base de travail sur nos « dérives » comportementales.

Il y a 70 ans, la France était occupée ; à cette époque, Henri avait 19 ans et un frère jumeau. Leurs actions pendant cette période ont été bien différentes. L’un ne voulait pas faire de vague, et souhaitait vivre sa vie le mieux possible dans une situation compliquée, l’autre, révolté avait décidé de prendre les armes et de rejoindre un groupe de résistants. Un jour, le frère d’Henri est partit mener une « action commando » , il n’est jamais revenus.

Cet article n’a pas pour objet de parler d’histoire et d’entrer dans le mélo, mais j’utilise cet exemple car il est frappant : même situation, même culture, même éducation : choix totalement différents.

J’ai donc réfléchis aux « composantes actives » de nos choix. Qu’est ce qui rentre en compte dans l’équation globale de nos actions ?

Peut être vous dites-vous à cet instant précis : « Mais pourquoi se prendre ainsi la tête, c’est inutile » Si c’est le cas, je vous réponds : parfois, les personnes se noient dans leur freins comportementaux. Par exemple, un trader débutant qui gère mal sa position peut se mettre à chercher des meilleurs indicateurs, des points d’entrée plus qualifiés, alors que le problème ne vient pas du point d’entrée , mais de la gestion de position. Toutes ces recherches sont du temps perdu, il n’a pas ciblé le problème.

Avoir une vision globale, et donc simplifiée des différentes sphères de nos choix nous permet donc de s’arrêter un instant sur chacune des composantes, et de mieux cibler nos freins. Simplifier l’approche pour finalement rentrer progressivement dans la complexité, c’est comme s’échauffer avant un sprint.

Quelles sont donc les différentes composantes de l’équation ?

 Comportement = Situation + pensées + émotions

Les choses paraissent si simples ainsi ! Tellement simples qu’elles sonnent faux ! Apportons donc un peu de complexité à ceci :

1 – La situation en trading :

La situation est l’ensemble des éléments extérieurs qui dépendent ou non de vous : c’est donc très large mais peut se diviser en 2 pavés, bien distincts :

- La réalité de l’environnement, le contexte : les marchés, les broker, les plateformes : leur caractéristiques, leurs avantages et leur faiblesses … J’ai rencontré beaucoup de trader débutants qui en savaient plus que moi sur cette question ! Connaître l’environnement est très aidant, à condition que l’on ne s’occupe pas QUE de cela. Nous sommes humains, nos journées et nos actions sont limitées et l’environnement n’est qu’un facteur parmi beaucoup d’autres.

- Vos ressources : Temps, connaissances, argent, matériel, relations : Tout ce dont vous avez besoin pour construire une activité profitable. Peu font un inventaires précis des ressources disponibles car cela nous renvoie à nos propres limites, c’est dérangeant ; et pourtant, absolument nécessaire ! Analyser avec objectivité vos ressources permet ensuite d’agir pour combler les brèches ; ou pour réajuster son objectif. Ici ; le maître mot est la cohérence entre ce que l’on cherche et ce qu’on est prêt a mettre sur la table.

2- Vos pensées :

Croyances, personnalités, valeurs ou anti-valeurs, références morales (etc…..) parfois nos pensées nous portent vers les cieux et d’autres fois nous poussent dans les abîmes ; et , histoire de compliquer un peu le tout : ce n’est pas parce qu’une pensée nous fait du bien qu’elle nous aide à construire l’avenir (et vice versa…) Bref, toute la littérature du monde ne parviendra jamais à cristalliser le phénomène de la pensée.

Par contre, le modèle de l’ANC (neurocognitivism) nous offre un moyen de sortir de nos pensées automatiques pour nous ouvrir vers d’autres possibles , pour réfléchir avec plus de discernement.

Il y a 6 points d’entrée : Curiosité, acceptation de la réalité et de sa complexité, nuance dans les représentation et les avis, recul sur la situation , réflexion face à un problème et développement progressif de l’opinion personnelle. Voila des pistes de travail pour faire de nos pensées des alliées et non des freins qui vont jouer contre nous-même !

3- Vos émotions :

Que serait la vie sans émotions ? Quel en serait l’intérêt ? L’émotion est la sève de l’humanité, aussi dévastatrice qu’elle puisse parfois être, elle est aussi le carburant, la source de nos actions.

Pourquoi se lever le matin sans l’émotion ? Je vois parfois des traders qui s’emploient à nier leurs émotions lorsqu’ils travaillent : c’est de l ’énergie perdue car l’émotion « est » sans besoin de permission, dans sa toute puissance. La nier, l’enfouir lui donne encore plus de force !

Reconnaître, accepter l’émotion permet de mieux la gérer et même, de l’utiliser pour qu’elle joue « avec » nous , et non « contre » nous.

Comportement = situation + pensées + émotions

En cette fin d’article, je vais apporter une nuance à cette équation « pratique » mais finalement pas tout à fait exhaustive :

Pensées= situation + émotions + comportement

Émotion = situation + pensées + comportement

Situation = Comportement + pensée + émotion

Bref, c’est vrai dans tout les sens…

J’en reviens à l’exemple d’Henri, qui m’expliquait la relation qu’il entretenait avec son frère. Chez les jumeaux, il y a souvent un dominant. Les 2 frères avaient le même type de pensées et de ressentit de base : leur père avait fait la guerre 14/18, il leur avait inculqué la sens de la patrie et du devoir ; agriculteurs ; ils avaient aussi le sens du travail et de la terre. Tout 2 avaient honte de voir leur pays et leur famille soumis ; l’un a accepté la honte , s’est résigné face à la force et à la barbarie et s’est plongé dans le travail ; l’autre n’a pas supporter la soumission et n’avait pas d’autre choix que de se battre, et mourir.

Je ne tire aucun jugement de valeur sur l’attitude des 2 frères, je ne soulève pas ici la question du « bien » ou du « mal » , j’attire juste votre attention avec cet exemple sur l’interaction des 4 pôles qui sont au fond l’ensemble de nos vie.

En trading non plus, il n’y a pas de « bien » ou de « mal » mais seulement une cohérence entre ces 4 facteurs. Tant qu’il n’y a pas cohérence, les système de travail d’un trader ne peut pas être profitable, à moins d’automatiser un maximum le système… et encore !

Bons trades !
Poster un commentaire