Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Warren Buffett et vous

Audience de l'article : 1958 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(12 Votes) - Note : 4.00
Partagez cet article avec vos connaissances

Warren Buffett s’est offert il y a quelques semaines la totalité des actions du chemin de fer Burlington Northern Santa Fe. Évidemment, il n’en fallait pas plus pour que les titres des autres sociétés de chemins de fer connaissent une poussée à la hausse. C’était d’ailleurs la troisième fois que le secteur s’appréciait à la suite d’un investissement important du vieux renard d’Omaha. Ce phénomène est facilement compréhensible, car Buffett est probablement l’investisseur le plus suivi et le plus imité de la planète. Après tout, si l’industrie du rail est un bon placement pour Buffett, pourquoi ne le serait-elle pas pour vous et moi ?

Eh bien, peut-être parce que nous sommes dans une position financière bien différente de celle de Buffett ! Celui-ci à des dizaines de milliards à investir, l’univers des placements potentiels pouvant avoir un impact significatif sur son portefeuille est donc forcément très limité. Cet univers est essentiellement composé d’entreprises matures ayant une croissance annuelle décente, mais tout de même modeste. L’objectif de Buffett est probablement de faire un rendement de 10 à 15% annuellement tout en prenant le minimum de risques. Le potentiel de croissance limité de ces titres fait en sorte qu’il faut faire particulièrement attention au prix payé. Acheter après le pdg de Berkshire implique souvent de payer une prime qui diminue le rendement que l’ont peut espérer de notre investissement.

Faut-il conclure qu’il est inutile pour quelqu’un cherchant à faire beaucoup d’argent à la Bourse de s’inspirer de Warren Buffett ? Non ! Les nombreux disciples de Buffett ne font pas erreur sur l’homme. Ils font erreur sur l’époque. Ce n’est pas le Buffett de 2009 qu’il faut chercher à imiter mais plutôt celui de 1955 ! Voici un extrait de sa biographie (The snowball, p. 194) démontrant que ses cibles d’investissement à cette époque étaient bien différentes de celles d’aujourd’hui :

L’une de ses sources d’idées favorites était les Pink Sheets, un hebdomadaire imprimé sur des feuilles roses qui contenait des informations sur des sociétés si petites qu’elles n’étaient pas transigées sur une place boursière. Une autre de ses sources était le National Quotation Book qui était publié tous les six mois et qui décrivait des sociétés si minuscules qu’elles n’étaient pas admises sur les Pink Sheets. Aucune compagnie n’était trop petite et aucun détail n’était trop obscur pour échapper à son attention.

Pour avoir un succès hors de l’ordinaire, il faut être capable de sortir des sentiers battus. Buffett l’a compris il y a longtemps. Bien entendu, investir dans de petites capitalisations obscures demande beaucoup de recherche et n’est pas à la portée de tous. Se constituer un portefeuille de blue chips solides demeure probablement l’approche la plus sensée pour la majorité des gens. Par contre, il ne faut pas se bercer d’illusions et s’imaginer que nous marchons ainsi dans les traces de l’oracle d’Omaha. S’il était à notre place, ce n’est pas dans les Pfizer et les Jonhson & Jonhson de ce monde que Buffett investirait…

 

Philippe RANCOURT

 

Article original :

 

http://www.entrepreneurboursier.com/2009/12/17/warren-buffett-et-vous/

Poster un commentaire