Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michel de Poncins

Michel de Poncins

Ancien directeur de société, Michel de Poncins est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, et docteur en Économie.

Il est fondateur et président de l'association Catholiques pour les Libertés Économiques (CLE), qui organise régulièrement à Paris des conférences sur des sujets de société.

Il est administrateur du Cercle Renaissance

Dans ses livres, articles et conférences, il analyse principalement le dirigisme étatique qui est, à ses yeux, le phénomène économique le plus significatif de notre époque.

Michel de Poncins anime aussi deux magazines catholiques sur Internet : Tocqueville Magazine et Radio Silence. Il pourchasse le gaspillage des deniers publics, qui est pour lui une destruction pure et simple des ressources produites par les gens qui travaillent. Il a écrit un certain nombre d'ouvrages sur ce thème, donnant des exemples de dilapidations montrant les maux que cette dilapidation entraîne, ou montrant la voie d'un redressement possible.

promospeciale

LES ENFERS FISCAUX

Audience de l'article : 1842 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

 

C'est devenu une coutume dans le paysage politico-médiatique d’assister à la lutte contre les paradis fiscaux. Le plus admirable est que ce sont les gestionnaires des enfers fiscaux qui ouvertement prétendent mener ce combat. On vient de les voir en bande organisée et en grande pompe poser pour la photo officielle. Ils ne sont pas hilares, mais pourraient l'être tant leur action est comique. Ceux d'entre eux qui croient, dans un autre domaine, au véritable enfer et au vrai paradis savent que le vrai paradis gagnera. L'enfer qu'ils créent ou alimentent gagne à tous les coups et par ricochet crée les paradis. Ils se livrent à l'enfer pour leur intérêt personnel et celui de leurs partis. Cela s'analyse comme une véritable punition infligée aux peuples victimes : paupérisation et chômage en sont les fruits les plus amers.

OU SONT LES PARADIS ?

Aux dernières nouvelles il y a 270 paradis. En fait, dans ce méli-mélo général, les gestionnaires de l'enfer ont chacun leur petit paradis bien à eux. Au risque d'en oublier mentionnons Monaco pour la France. Le Luxembourg et l'Autriche sont paradisiaques par définition. Le Royaume-Uni a Jersey plus un autre dans les Caraïbes. Singapour est bien connu. Les USA sont gâtés. Dans l’État de Delaware, vous pouvez arriver avec votre valise de billets et personne ne vous demande rien.


La lutte contre les paradis fiscaux ressemble à un accès de fièvre qui retombera pour reprendre ensuite. L'explication est claire. Les créateurs ou gestionnaires de l'enfer profitent personnellement dans leur richesse propre du déchaînement des impôts ; ils n'ont donc aucun désir d'arrêter de souffler le mauvais vent ! Pour arrêter ils devraient faire des économies ce qui est parfaitement possible. Mais eux-mêmes ou leurs camarades profitent largement de la dépense publique.

En Suisse le secret bancaire est inscrit dans la constitution et celui qui le viole est sanctionné au pénal. Le secret bancaire semble absolument légitime et nécessaire comme le secret médical ou d'autres. Bien entendu dans un pays civilisé, il serait indispensable que le fisc n'ait pas le droit de briser ce secret.

LA RICHESSE POUR TOUS

Si par un miracle « républicain » la France devenait un paradis fiscal, l'effet sur le PIB serait considérable et ce serait un événement de portée mondiale, car le monde entier attend que la France se réforme.

Il faudrait un gel fiscal total pendant deux ans par exemple. Parallèlement, pour rassurer les marchés des économies massives seraient nécessaires. Dans un pays socialisé à plus de 75 % elles sont faciles à trouver.

Ce serait la richesse pour tous. Est-ce un rêve ?

Si le rêve ne se réalise pas, les créateurs de l'enfer vont poursuivre à leur profit leur sinistre besogne avec conséquence la multiplication des paradis .



MICHEL de PONCINS
Poster un commentaire