Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
H16

H16

Je suis naturellement grand, beau, j’ai le teint buriné par le soleil et le sourire enjôleur et des mocassins à gland, un très gros zizi et une absence totale de lucidité sur mes qualités et mes défauts !

J'ai un blog sur lequel j'aime enquiquiner le monde : Petites chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition...

        BOUTIQUE DE
                H16
 H16

Le livre de H16 sur Amazon : cliquez ici

promospeciale

Nuit Debout : le témoignage d’un CRS

Audience de l'article : 1479 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Intéressant témoignage, il y a quelques jours, d’un certain Etienne, gradé dans une Compagnie Républicaine de Sécurité, et qui détaillait ses impressions lors de l’émission « Carrément Brunet » sur l’antenne de RMC.

L’émission est assez longue, mais l’intervention du policier peut s’écouter à partir de 22’47 :




Si l’on peut toujours discuter les éléments mis en avant dans le témoignage, il reste quelques faits saillants d’ailleurs facilement corroborés par ce qu’on a pu observer ces derniers jours, à commencer par la mansuétude particulièrement large dont ont fait preuve ces CRS envers les manifestants de la place de la République, à Paris. Mansuétude d’autant plus forte qu’elle correspond à l’absence d’ordres d’intervenir en provenance de leur hiérarchie et, par logique, de la part des politiciens pourtant en charge de l’ordre dans le pays (rappelons que nous sommes sous état d’urgence, apparemment) :

« On regarde les gens tout casser, uriner partout… On n’a pas formellement ordre de ne pas bouger, c’est que les ordres ne viennent pas. On est là, mais on ne peut pas intervenir. »

Comme par hasard, le policier explique en outre que les manifestants sont, à tous égards, les mêmes que ceux qu’on trouvait déjà, embourbés dans les pâtures reconverties en zones d’exactions diverses de Notre-Dame-Des-Landes, à protester contre le projet d’aéroport :

« C’est le même public, vous avez juste deux ou trois bobos qui se greffent pour fumer des joints… Les gens veulent faire une ZAD sur la place. Ils demandent des pissotières, et puis après ce sera des tentes, des mecs monteront des cabanes. »

Oh, que va-t-il imaginer là ! Parions au contraire que tout rentrera dans l’ordre citoyen et festif, avec des échanges de bons procédés et un nettoyage en règle des cochonneries laissées sur place, vous ne croyez pas ?

Poster un commentaire