Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Productivité

Productivité

Entreprises ; Etats ; Hommes

Toute l'actu traitée par Objectifeco dans le domaine de la productivité à la recherche de l'excellence.

Comment réfléchir à produire plus, plus vite ou en consommant moins de temps et d'énergie, les logiciels et stratégies en vogue, les dernières recherches, les témoignages d'expérience...

5 startups qui ont l'ambition de changer notre quotidien

Audience de l'article : 2879 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Les investisseurs sont toujours à la recherche de licornes à plusieurs milliards de dollars. Maintenant, avec Uber et Snapchat on arrive à des dizaines de milliards, nous commençons à entrer dans une nouvelle ère.
Non seulement les valorisations atteintes peuvent désormais être énormes, mais ces start up proposent des technologies ou des procédés qui vont révolutionner notre quotidien, notre façon de vivre et notre rapport à la réalité.
Objectif Eco fait le point sur 5 sociétés qui risquent de dézinguer les tendances macro sur le long terme. Cette liste est non exhaustive mais elle nous donne un aperçu de ce qui risque de nous attendre demain.

1.   Skully

20140814Skully1

Voici le premier casque intelligent connecté. Une campagne de financement participative a permis de lever 10 fois plus de fonds qu'il n'était nécessaire pour commercialiser ce casque de moto futuriste.
Cette start up avaient besoin de 250.000 dollars pour mettre sur le marché leur casque de moto high-tech. Ils en ont récolté dix fois plus ! Les fondateurs de ce projet sur la plateforme de financement participatif indiegogo ont frappé un grand coup en clôturant leur appel de fond, le 9 octobre 2014, avec presque 2,45 millions de dollars en caisse. Il faut dire que cet accessoire semble particulièrement alléchant.

Le casque Skully AR-1 affiche à l'intérieur de sa visière des informations à son porteur, par l'intermédiaire d'un mini écran semblable à celui qui équipe les Google Glass.
Dans le casque AR-1 cet affichage permet de consulter sa vitesse, des indications de direction (le casque intègre une puce GPS), mais aussi voir ce qui se passe derrière lui.

Et tout cela sans quitter la route des yeux. En effet, les images d'une petite caméra fixée à l'arrière du casque qui filme à 180° sont affichées à la manière d'un petit rétroviseur numérique à l'intérieur de la visière. A cela s'ajoute une connectivité sans fil bluetooth qui permet de répondre à un appel téléphonique, d'écouter de la musique, ou de parler avec un passager. Toute cette électronique est alimentée par deux batteries qui assurent, selon ses concepteurs, le fonctionnement du casque durant au moins 9 heures. Et naturellement, toute cette électronique est conçue pour résister à la pluie. Cet accessoire qui pèse un peu moins de 1,8 kilo, est commercialisé au tarif de 1500 dollars environ. Il est en vente depuis le mois de juillet 2015.

2.   Blablacar

blabla

Moins d’un an après une levée de fond record de 100 millions de dollars, Blablacar a acheté le 15 avril 2015, son principal concurrent mondial, l’allemand Carpooling. Fondée en 2001, cette plateforme était la pionnière du covoiturage outre-Rhin, avec cinq millions de membres. Grâce à ce rachat et celui de la startup hongroise Autohop, annoncé le même jour, Blablacar devient leader incontesté sur le marché mondial du covoiturage, avec 20 millions d’utilisateurs dans 19 pays.
Depuis sa fondation en 2004, sous le nom covoiturage.fr, l’entreprise a connu une croissance fulgurante. Rachetée à son fondateur Vincent Caron par Frédéric Mazzella en 2006, Covoiturage.fr devient leader en France dès 2008 et s’étend à l’Espagne dès l'année suivante, sous le nom de Comuto. Dans ces deux pays, une large communauté d'usagers va alors se développer, permettant à l'entreprise d'y rendre ses services payants.

La stratégie de Blablacar pourrait se résumer ainsi : se distinguer de la concurrence par la qualité de son service, atteindre une masse critique d'utilisateurs, puis s'octroyer progressivement une commission sur les trajets, une fois le service adopté par une large communauté. Le tout, grâce à l'instauration du paiement en ligne obligatoire.
Un mode de transaction que Frédéric Mazzella, lui, justifie par la volonté d'améliorer la fiabilité et les garanties du système. Il aurait notamment permis de faire chuter le taux de désistements de 35 % à 4 %, permettant ainsi de dédommager les conducteurs en cas d'absence des passagers.

En 2011, covoiturage.fr s'exporte en Grande Bretagne. Dans la foulée, il se rebaptise Blablacar, un mot facilement prononçable dans toutes les langues. S'en suit, en 2012, son implantation en Italie, en Pologne, au Portugal, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Belgique, suivis de l’Allemagne en 2013. Blablacar revendique dès lors 5 millions de membres dans 10 pays.

En 2014, la plateforme lève 100 millions de dollars et s'étend à la Turquie, la Russie et à l'Ukraine. En cette année 2015, alors que son nombre d'utilisateurs a bondi à 20 millions, elle annonce son intention d'installation en Inde puis, en avril, au Mexique.
Densément peuplés, avec des infrastructures ferroviaires peu développées, mais de plus en plus connectés, ces deux pays pourraient être les nouveaux eldorados de l'entreprise française qui souhaite se développer "partout où il y a des routes et des smartphones", selon les mots de son président.

3.   Andela.co

andela2

Brilliance est distribué dans le monde entier. L'éducation, est souvent un domaine limité à ceux qui peuvent se le permettre.
Jeremy Johnson fondateur de Andela.co est l'archétype d'un nouveau paradigme pour l'éducation, et pas n'importe laquelle. Johnson croit que la puissance économique de l'Afrique est largement sous-estimé. Il est prêt à partir de cette croyance et investir de son temps, de l'argent.
Andela est un programme unique qui rassemble les étudiants africains diplômés (indépendamment de l'âge ou des revenus) et qui les mettent en relation avec les principaux développeurs (qui eux leur enseignent le codage).
Mais ça ne s'arrête pas là, puisqu'Andela prend en charge le coût de la formation des élèves. Et, une fois que les étudiants sont diplômés, ils font partie d'une main-d'œuvre qui sert une liste florissante des entreprises américaines qui embauchent des développeurs dans le cadre de projets importants.

4.   Oculus

oculus-2-630-watermark

En développement depuis plus de deux ans, le casque Oculus Rift arrivera sur un marché convoité par les grands noms de la high-tech.

Les fans de la première heure peuvent commencer à trouver le temps long. Cela fait bientôt trois ans que l'Oculus Rift a été propulsé sur le devant de la scène en récoltant, en moins de 24 heures, 2,4 millions de dollars sur Kickstarter. Oculus VR vient de doucher

Les espoirs de ceux qui espéraient s'offrir le casque de réalité virtuelle pour Noël, puisque la sortie interviendra finalement au premier trimestre 2016.
L'annonce a au moins le mérite de mettre fin aux rumeurs, dont les plus optimistes voyaient l'Oculus Rift arriver au printemps 2015 et les plus pessimistes en 2017. Les responsables d'Oculus VR s'étaient jusqu'ici contentés d'estimations.
Cela signifie aussi que l'Oculus Rift va arriver sur un marché où la concurrence se presse. S'il faisait office de précurseur à ses débuts, les grands noms de la high-tech ont depuis développé leurs propres technologies, conscients du potentiel de la réalité virtuelle.

La société Oculus VR a elle-même été acquise par Facebook l'année dernière pour 2 milliards de dollars.

L'Oculus Rift pourrait être devancé par HTC Vive, qui devrait être prêt pour les fêtes de fin d'année. Le constructeur de smartphone taïwanais HTC le développe en partenariat avec l'éditeur Valve, connu pour sa plateforme Steam qui domine le marché des ventes numériques de jeux PC.
Sony, un autre poids lourd du jeu vidéo, prépare son «Project Morpheus» pour plonger les joueurs de sa console PlayStation 4 dans une immersion totale. L'entreprise japonaise devrait sortir son casque après celui de Facebook, durant la première moitié de l'année 2016.

Oculus devrait dévoiler dans les semaines qui viennent tous les détails techniques de son produit ainsi que de nouveaux jeux vidéo disponibles. La société demeure silencieuse sur le prix de vente de l'Oculus Rift. En attendant, Oculus VR et Samsung proposent déjà le Gear VR. Ce casque, sur lequel on fixe un smartphone Galaxy Note 4 ou Galaxy S6, donne une première expérience de réalité virtuelle, pour 199 euros.
Oculus qu'initialement destiné à la 3D Gaming World, le potentiel d'immersion virtuelle est pratiquement infinie. Les autres possibilités d'utilisation comprennent l'exploration, le divertissement et l'éducation.

5.   Magic Leap

magic leap

Google, aux côtés d'autres investisseurs comme Qualcomm ou le studio de cinéma Legendary Pictures, vient d'injecter 542 millions d'euros dans la start-up Magic Leap, fondée en mai 2010 par Rony Abovitz. Il s'agit d'une des plus importantes levées de fond de l'année. Magic Leap développe une technologie mystérieuse de réalité augmentée par "affichage par champ lumineux" (digital light field) permettant un rendu naturel des images, pour une immersion totale.
Le fondateur de Magic Leap est Rony Abovitz, un ingénieur bio-médical qui a déjà connu un certain succès dans la robotique chirurgicale avec Mako Surgical. Dans le New York Times, cet inventeur excentrique (et volontiers lyrique, lorsqu'il décrit ses projets) décrit Magic Leap comme "une sculpture de lumière en 3D projetée sur la rétine" avec une résolution proche de celle de l'œil humain. Et cette résolution pourrait bien être l'innovation qui fera la différence avec les prototypes existants (comme celui de Nvidia).

Des composantes matérielles et logicielles :

Magic Leap travaillerait à la fois sur une solution matérielle et logicielle. Côté hardware, une technologie portable, doublée d’une interface capable de créer des images dynamiques en 3D avec lesquelles les utilisateurs pourraient interagir.
lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Franck LEBLANC jeudi, 20 août 2015 18:11 Posté par Psytrader

    Hi again...


    BlaBlaCar : pour la Russie, l'Ukraine et le Mexique, j'imaginerai facilement qu'il pourrait y avoir des "problèmatiques" diverses sur LE TERRAIN : pays instables avec forte criminalité / ghettos / clivages divers...

    genre : je voyage "armé" avec  4 personnes dans le 4x4 d'un "conducteur" certifié BlaBla Car, lui-même armé ( normes BBC ) et nous suivons des itinéraires validés par BBC pour un % de sécurité collective minimum.....

    ciao )