Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Passion, pouvoir et soumission.

Audience de l'article : 354 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Hier, je participais à une séance en plein air de notre ineffable justice, celle que l’on va “remettre à plat”.

Réduits à l’égalité d’apparence, dépourvus de leur estrade, des apparats de leurs palais, de leurs robes et de leur rituel, les magistrats sont peu de chose.

J’aime bien quand la théorie rejoint la pratique, quand l’ordinaire s’impose à l’utopie.

Il s’agissait d’une visite sur place dans le cadre de la préemption d’un terrain destiné à la construction. Il y avait le préempteur, les préemptés et la magistrate.

Aussi évidemment le terrain. Mais lui n’avait pas le droit à la parole. Préférerait-il rester terrain ou est-il heureux de devenir ville ?

Les berges de la Seine se préfèrent-elles en Paris ou auraient-elles été plus heureuses vierges de tout pont, de toute construction ? Il n’est qu’une certitude : tout avant était terrain et il est probable que tout après redeviendra terrain, le reste est peu de chose à l’échelle du temps, juste vanité du moment.

Donc hier il y avait lors de cette réunion toutes les caricatures de la société.

D’un côté la passion

Elle habitait les préemptés. Ils se dessaisissaient de leur patrimoine. D’un bien issu du temps, hérité pour la plupart, donc marque matérielle de leur filiation, de leur appartenance, repère de leur réalité. Certains l’assument, d’autre feignent l’indifférence, mais tous sont imprégnés par la passion liée à ce type de situation.

Elle m’habitait, puisque sur le site je suis porteur depuis quinze ans d’un projet qui ne peut continuer à vivre que par passion, que le pouvoir local cherche à neutraliser, pour des raisons que j’ignore mais qui me paraissent au moins ordinaires si ce n’est bassement vulgaires.

D’un autre côté le pouvoir

Il se nomme l’Etat — c’est pompeux — mais il n’est que celui des hommes qui prétendent le représenter. Ici un organisme mandaté qui exécute pour le compte de la collectivité locale, là encore en réalité pour celui de ceux qui prétendent la représenter, qui se sont auto-proclamés urbanistes un lundi matin lendemain de leur dimanche d’élection.

Qui, depuis ce jour, considèrent que le territoire de la ville leur appartient. Qui pour justifier cette énormité font appel à “l’intérêt collectif”, en fait à l’égalitarisme bien ordonné, c’est à dire organisé à leur profit exclusif et à celui de leurs amis.

L’Etat donc prenait la forme d’un représentant de Bercy, muet et rasant les murs, d’une discrétion égale à sa puissance.

Puis, d’un représentant de l’organisme préempteur, haut fonctionnaire ou “déguisé en”, silhouette fragile enserrée dans des vêtements étriqués donnant l’apparence de la modestie “au service de”, allant et venant téléphone collé à l’oreille, suroccupé, mais redoutable d’intelligence et de lucidité, donc parfaitement conscient de son pouvoir et du dol en cours contre les propriétaires, de sa position d’exécutant.

Enfin, toujours côté pouvoir, un avocat arrogant car se sachant du bon côté, heureux d’avoir sans doute de bons honoraires, agressif gratuitement et manipulateur pervers pour se faire mousser. Vendu en quelque sorte… aucun intérêt.

Du côté de la soumission

Une pauvre magistrate, en fin de carrière, petit bout de bonne femme, habillée en soixante-huitarde, un peu négligée, croyante sans doute en tout ce qui passe, égalitarisme, écologie. Peut-être végane, dans tous les cas envieuse de tout, frustrée.

Et, évidemment, soumise au pouvoir. Totalement incompétente du sujet, incapable de se repérer dans l’espace. Laissant voir au fond d’elle, ou n’arrivant pas à dissimuler complètement, une bonté naturelle que l’on imagine mise à mal par le contact journalier de son métier avec les dérives humaines.

Tentant d’écraser définitivement cette lueur de bonté par une soumission aux croyances, notamment à celles qui entourent son activité. De ce fait une magistrate zélée immergée dans l’horreur de l’injustice liée au pouvoir, devenue la servante de ce pouvoir au mépris de la vertu qu’elle prétend représenter : la justice.

Bref une magistrate ordinaire. Hélas, ici, pour un sujet extraordinaire…

Ainsi va la vie

Les jours se suivent et se ressemblent. Le pouvoir est entre les mains de gens indélicats ou faibles, il ne va nulle part, il n’a aucune idée.

Il ne lui reste pour exister qu’à humilier et contraindre ceux qui sont porteurs d’idées, d’énergie, de valeurs naturelles, qui ont permis, au fil des siècles et malgré les harcèlements dont ils sont toujours l’objet,  l’éclosion de l’humanité dans laquelle nous vivons.

Assister à ce spectacle, en première ligne, est intéressant si l’on fait abstraction des conséquences inévitables…

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire