Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Macron : COVID et bitcoin

Audience de l'article : 976 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Ainsi donc, COVID a attrapé Macron. Aïe, fallait pas.

Si le jeune Macron est très malade, les crocodiles qui l’entourent vont le bouffer ne laissant que sa carcasse aux vautours communs.

Si le jeune Macron n’est pas malade, COVID se réduit à pas grand-chose, un truc qui flingue les vieillards et les malades d’autre chose, ne justifiant alors aucunement l’arrêt de la vie qui frappe la société, dont Macron est l’artisan.

Dans ce cas, les complotistes marquent un point, lourd de conséquences.

Et pendant ce temps-là le bitcoin crève le plafond.

Le bitcoin, vous savez, c’est cette monnaie virtuelle, qui n’appartient qu’à ceux qui la détiennent, dont on prétend que la masse prédéfinie ne peut pas et ne pourra jamais être augmentée, interdisant de fait toute fausse monnaie.

Vous voyez la problématique.

D’un côté des hommes de l’Etat qui fabriquent de la fausse monnaie tout en crachant sur le capital pour acheter les voix des naïfs; de ceux qui veulent croire que l’économie est secondaire, que leurs caprices sont l’essentiel.

Ils existent depuis la nuit des temps, ce sont eux dont le parcours finit toujours par une guerre ou une révolution tant les distances qu’ils prennent avec la vérité deviennent à un moment irrattrapables autrement.

Les hommes de l’Etat agitent cette abstraction “l’Etat” pour le simple plaisir de posséder le pouvoir sur une masse prisonnière artificiellement d’un espace défini par des frontières, dont les frontaliers vivent tous les jours le ridicule.

Anciennement, ils accédaient au pouvoir par la force. Par le miracle de la démocratie, ils y accèdent aujourd’hui par la séduction dont la carte majeure est la vénalité.

Il reste une vérité immuable, l’économie, comme le reste, ne vit que par l’augmentation de son capital, par l’accumulation et la transmission, finalement comme la génétique ou le savoir. Comme la vie quoi.

L’économie dépend de l’échange, qui n’est possible qu’avec la monnaie, qui le rend périlleux si elle est instable.

Or, pour séduire, les hommes de l’Etat n’hésitent pas à déstabiliser la monnaie, d’une part en fabriquant de la fausse monnaie, d’autre part en pillant le capital.

Ils se heurtent à la mondialisation qui a généré des entités économiques plus puissantes que la plupart des États, elles ont besoin d’une stabilité économique, donc d’une monnaie sure et d’un capital puissant.

D’où le bitcoin qui monte et Zuckerberg qui se fait flinguer parce qu’il veut à son tour créer une monnaie virtuelle stable, qui détruirait l’arme de séduction des hommes de l’Etat : le trafic de la monnaie, qu’ils considèrent comme leur prérogative.

Nous en sommes là, les couteaux sont sur la table.

Pas de paix possible entre les hommes de l’économie et les hommes de l’Etat, leur accès au pouvoir et son organisation sont incompatibles.

La population, qui n’y comprend rien, est sollicitée par les deux ennemis.

Si elle prend le parti des hommes de l’Etat c’est la faillite et la misère.

Si elle prend le parti des hommes de l’économie c’est la guerre et la misère.

Le pire est donc certain.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire