Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Les élus et le pouvoir

Audience de l'article : 522 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Arrivé à l’âge de trois quarts de siècle on commence à avoir une vision historique du monde.

Je veux dire qu’alors vous avez vécu ce que la grande majorité n’a pas vécu, ne connait donc que par l’histoire dont l’étrange rôle est de rapporter le théâtre de la vie en l’absence des acteurs et spectateurs.

L’homme étant ce qu’il est, un gros menteur, les historiens se chamaillent autour d’une vérité qu’ils ne connaitront jamais, de la même façon que les acteurs initiaux, souvent pour les mêmes motifs et avec les mêmes arguments.

Les élus donc.

Si l’on en croit notre révolution sacrée, ils sont élus pour représenter toutes les pensées qui seraient libres. En réalité ils ne seraient que des mandataires chargés de nous permettre de vivre ensemble avec toutes nos différences.

On comprend aisément que si les communistes prennent le pouvoir, nul ne peut être s’il n’est communiste, idem pour les musulmans, les catholiques, les affairistes, les écologistes, etc… Bref, les pensées doivent être libres, mais ne jamais prendre le pouvoir au détriment des autres.

Donc nos élus, représentant tout le monde, ont un devoir moral de ne pas prendre le pouvoir, de simplement gérer le vivre ensemble.

A l’exception d’une infime minorité, ils ne fonctionnent absolument pas de la sorte.

Ils n’ont qu’une obsession c’est : exercer le pouvoir.

Leur compréhension de leur rôle est limitée par leur intelligence, elle-même ne leur permettant pas de maitriser leur pulsion de pouvoir qu’ils possèdent naturellement, qui est exacerbée par leur entourage qui ne rêve que de ramasser les miettes fructueuses de ce pouvoir.

Mais l’organisation de notre société est telle que l’élu n’est pas en situation seul d’exercer le pouvoir. Toutes nos lois, qui font suite à des siècles de pouvoirs absolus, vont dans le sens de la limite du pouvoir des élus.

Les élus sont donc obligés de s’associer, puis d’exercer le pouvoir avec l’aide de leur associé, c’est ainsi que se créent des accouplements malsains, pratiquant rapidement et systématiquement l’abus de pouvoir.

J’ai connu au début de ma vie professionnelle les élus associés aux hommes d’affaires. L’administration d’alors était discrète et au service…

Les abus de pouvoir ubuesques en découlant peuvent être imagés par l’aventure de Christian Pellerin au Cap d’Antibes. L’homme de La Défense y construisit 2.500 m² de villa sur un terrain ne pouvant accueillir que 250 m². Il dira au tribunal ” A l’époque, j’employais six mille personnes et je construisais 300 000 mètres carrés par an. Je ne me suis jamais préoccupé de l’aspect réglementaire de ces constructions.”

Ces types d’abus ont eu raison de l’association élus-hommes d’affaires.

Pas question pour les élus suivants de se contenter de leur mandat. Ils voudront aussi le pouvoir. Pour cela Mitterrand va, avec la décentralisation, leur confier les cordons de la bourse publique, ce qui leur permettra de prendre le pouvoir avec comme associés la fonction publique, les fonctionnaires, la bureaucratie.

Evidemment l’abus de pouvoir va suivre inévitablement. En ce qui concerne l’immobilier ce sera la maîtrise complète de la chaine des autorisations de construire, depuis son début l’établissement des plans d’urbanisme à sa finalité la commercialisation et l’usage des bâtiments réalisés.

Les promoteurs, déracinés du pouvoir qu’ils usurpaient, font petite mine et se plient devant les nouveaux maîtres.

Nous sommes à la fin de ce cycle, que je décris dans le domaine que je connais de l’immobilier, qui est évidemment identique dans tous les domaines de notre vie en société.

Aujourd’hui, l’alliance élus-administration est sur le point d’être sanctionnée par la population, par l’opinion publique.

Quelle alliance va la remplacer, car il est hors de question que les élus se contentent de leur mission réelle, de leur simple mandat.

Vont-ils partir à la conquête du pouvoir absolu qu’ils aiment tant en s’alliant avec les écologistes ? Avec les égalitaristes ? Avec les militaires tenants de la force, des fusils ?

Je ne le crois pas. L’économie prime tout, rien ne se fait dans la misère.

C’est donc l’alliance élus-affairistes qui va revenir au galop, au détriment des bureaucrates qui vont reprendre humblement, en apparence, leur fonction primaire.

Jusqu’au prochain tour de manège…

Et moi et moi et moi, et vous et vous et vous dans tout cela ? Bien peu de choses.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire