Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Gwendoline Philippe : chapeau

Audience de l'article : 1562 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Cette vidéo est essentielle.

https://youtu.be/_HhAbSB8-_Q

Cette jeune femme est intelligente, courageuse.

Elle engage un combat perdu d’avance dans l’état actuel de l’opinion publique.

Sa carrière est impressionnante, son intégrité ne fait aucun doute, sa sincérité non plus.

Je ne connais rien au Karaté, mais je connais beaucoup en ce qui concerne la résistance à un pouvoir pervers, corrompu.

Que lui dire ?

D’abord qu’elle se trompe. Elle n’est pas face à un pouvoir politique qui interfèrerait dans sa carrière, elle est face au pouvoir administratif qui, ici comme ailleurs, finit par croire que c’est lui qui fait et défait les compétiteurs. Les politiques, que maladroitement elle accuse, sont dans la même situation qu’elle, dépendant totalement du pouvoir administratif.

L’opinion publique est soumise à l’administration qui fait étalage de compétences en tout, usurpées pour la plus grande part, irréelles, simples fanfaronnades.

L’administration a convaincu la population — et elle-même –, que notre société lui doit tout. Elle est dans la position de la tique qui prétendrait que le chien est sa création puisqu’elle peut le rendre malade quand elle veut.

Alors qu’elle doit tout à la liberté d’entreprendre qui a suivi la dernière guerre mondiale, à la mondialisation de l’économie dont elle n’est qu’un parasite, à la richesse que cette mondialisation a permise. Elle s’est contentée de piller les acteurs de cet élan de progrès au motif d’une meilleure répartition, en réalité pour organiser son pouvoir.

Cette administration perd de vue l’humanité de ses champions et pense qu’elle trouvera toujours des champions qui se soumettront, l’opinion publique est totalement inconsciente de cette situation.

Gwendoline va être mise au banc de son sport, personne ne la défendra. Dans ces conditions elle va perdre l’assurance qui lui est nécessaire pour performer, elle va se laisser fatalement entrainer dans la polémique qu’engagera l’administration — donc la fédération de son sport — elle y perdra son énergie, son équilibre face aux fausses accusations, aux fausses analyses, aux fausses croyances qui altèrent la vérité.

Et pourtant, elle a raison. Totalement raison.

Peut-elle espérer que l’opinion publique actuellement secouée dans sa croyance en l’administration publique change de paradigme ? Qu’elle se débarrasse de ses élites administratives et fasse confiance à ses champions, en toute chose ?

Pour moi, qui vit le même drame qu’elle, pour nombre de ceux qui lisent ce blog et sont dans la même situation, je crains que cette mutation, si elle arrive, arrive trop tard. Pour elle aussi.

Une seule solution, changer de pays.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire