Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Contribuables Associés

Contribuables Associés

Créée en 1990, Contribuables Associés est une association de Loi 1901, sans but lucratif (J.O. du 7 mars 1990). 

Contribuables Associés est une association qui agit pour VOUS !
Notre leitmotiv est la chasse aux gaspillages et la maîtrise de la dépense publique !
Nous luttons avec acharnement contre l'oppression fiscale, la gabegie de l'Etat, et pour une gestion économe de l'argent public, l'argent de nos impôts !

Des élus sous surveillance
Nous faisons en permanence pression sur le gouvernement, les parlementaires et les élus locaux sur le bon usage de l'argent public.

Sans nous il n'y aurait pas de contre-pouvoir et les dérives seraient pires...

Une gestion en bon père de famille
Nous sensibilisons les Français à la bonne gestion de l'argent public et encourageons un esprit d'économie dans les dépenses publiques.

Nous luttons contre la bureaucratie : pour une simplification administrative et des prélèvements obligatoires équitables, transparents et faciles à comprendre.

promospeciale

Les 6 milliards de Jérôme Cahuzac

Audience de l'article : 2087 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Il a suffi de 6 mois pour que la politique du gouvernement apparaisse au grand jour pour ce qu’elle est : une politique privilégiant les hausses d’impôts afin de financer les dépenses publiques. Loin de vouloir faire des économies, le gouvernement, à travers Jérôme Cahuzac, ministre délégué au budget, a annoncé que la levée d’impôt de 2014 devra fournir 6 milliards d’euros de plus pour combler le manque à gagner prévu et maintenir son niveau de dépense.

Jérôme Cahuzac s’est illustré en trois dates par des propos indéniables puisqu’ils ont été enregistrés, diffusés, analysés. Et le résultat est incontournable. En septembre 2012, Jérôme Cahuzac avait  affirmé haut et fort sur Europe 1 que : « l’effort fiscal nous le demandons en 2013il n’y aura pas d’effort fiscal demandé ensuite  car le président de la République s’est engagé à la stabilité fiscale. » Promis, juré ! Voyons donc ce qu’il en fut de cette promesse.

Cinquante jours pour dire tout et son contraire

6 janvier 2013. Débat Europe 1 – Le Parisien – iTélé. Jérôme Cahuzac confirme avec force la promesse de septembre 2012: « quand je parle de stabilité fiscale, je veux dire que il n’y a pas d’augmentation d’impôts prévues, ni prévisibles, envisagées ou envisageables pour ces deux raisons que je vous ai indiquées : demander davantage serait demander trop et les agents économiques, quel qu’ils soient, ont besoin maintenant de lisibilité non pas sur le court terme, sur l’année, mais sur le moyen et le long terme. » Cahuzac a bien dit qu’il n’y aurait pas d’augmentation d’impôts.

25 février 2013, cinquante jours plus tard. Toujours dans la même émission Europe 1 – Le Parisien – iTélé, le même Jérôme Cahuzac prend le contre-pied total de ce qu’il disait en déclarant avec le même aplomb : « Ce que je tente de vous expliquer c’est qu’à partir du moment où, en 2014, nous n’aurons pas, toutes choses égales par ailleurs, 6 milliards d’euros d’impôts que nous avons eus en 2013, il faudra évidemment, en 2014, obtenir cette recette. » C’est exactement le contraire de ce qu’il avait annoncé le 6 janvier. Et d’ajouter : « Ce qui ne veut pas dire que les engagements précédents ne seraient pas pris, ce qui veut simplement dire que, à tout le moins, la stabilité fiscale impose de trouver 6 milliards d’euros de recette. » L’animateur de l’émission, Jean-Pierre Elkabbach, surpris et peut-être inquiet pour lui-même d’ailleurs, demande au ministre : « Mais où les trouverez-vous ? » A cette question précise, Jérôme Cahuzac botte en touche : « Ça, ça se déterminera dans la loi de finances initiale à l’automne prochain. » Autrement dit, les mesures d’augmentation de l’impôt et des prélèvements ne seront dévoilées que dans huit mois, ce qui engage les contribuables à la vigilance. Au moins ils sont prévenus.

Pas d’impôt nouveaux, juste des prélèvements obligatoires stables…

Surtout, il ne faut pas parler d’augmentation d’impôt ! Les éléments de langage fournis par Matignon et l’Elysée interdisent l’usage de cette expression. Les ministres, en particulier Jérôme Cahuzac, sont donc priés de faire avaler la couleuvre en donnant des explications détournées. En voici un exemple lorsque Jérôme Cahuzac, toujours au micro d’Europe 1, s’est livré à une explication comptable : « En 2013, il y a eu cinq à six milliards d’impôts levés qui ne le seront pas en 2014, car ils ne pouvaient l’être qu’une seule année. » Puis il ajoute : « Si nous ne faisons rien de plus en matière de fiscalité, il y aurait cinq à six milliards d’euros d’impôts de moins en 2014, » en avouant que « la situation financière de la France ne permet pas de nous priver de ces milliards d’euros de recettes. » Et, Jérôme Cahuzac n’étant pas un homme d’Etat mais juste un politicien, il lâche cette phrase lourde de conséquence : « ce ne sont pas des impôts nouveaux, c’est un prélèvement obligatoire stable ! ». S’il y a une différence dans les mots, l’effet sur les contribuables est bien le même : une ponction sur les revenus qui diminuera le pouvoir d’achat.

Quel que soit les mots ou les expressions que Jérôme Cahuzac pourrait employer, il ne peut pas cacher la réalité : l’Etat a besoin d’argent pour financer son train de vie et ses dépenses. Aucune économie d’envergure est envisagée et n’est d’ailleurs envisageable tout simplement parce même si le montant des aides sociales ou des indemnités chômage, par exemple, était diminué, les nombre de demandeurs, du fait de la crise, est malheureusement en constante augmentation. De ce fait, la baisse des dépenses sociales serait compensée par la hausse du nombre de bénéficiaires des allocations et indemnités : au final c’est toujours la même somme d’argent qu’il faut dépenser.

La structure même du modèle social français empêche de faire des économies et ne débouche que sur l’augmentation des impôts et des prélèvements obligatoires. La crise économique se double, en France, d’une crise structurelle dans laquelle les contribuables se retrouvent piégés.

6 milliards d’euros en moins : une aubaine !

La réalité doit être expliquée aux français. Il manquera 6 milliards en 2014 ? Ce pourrait donc être l’occasion de faire vraies économies, tout le monde peut le comprendre. Au lieu de chercher à lever 6 milliards d’euros d’impôts en plus en 2014, l’Etat devrait plutôt adapter ses dépenses de manière à faire sans ces 6 milliards d’euros. Cela veut dire rationaliser les politiques publiques et tailler dans les dépenses sociales. Faire mieux ou autant avec moins, voilà un exercice qui révèlerait des hommes politiques responsables. Jérôme Cahuzac a manqué l’occasion d’en être un.

Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Erdomo lundi, 04 mars 2013 07:54 Posté par erdomo

    Si l'on a vraiment l'inventaire des Biens de ces hommes politiques, On saurra où chercher l'argent nécessaire à couvrir leurs responsabilités ?