Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

Baroin Ouin ouin ouin

Audience de l'article : 4153 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions


Bon, je ne résiste pas à vous parler du déficit budgétaire. Vous connaissez peut-être les célèbres expressions anglo-saxonnes du type "better than expected" (meilleures qu'attendues en VF) utilisées par les marchés à chaque parution de statistiques pour justifier un p'tit coup de spéculation à la hausse ou la baisse. 

Une bien mauvaise nouvelle que celle concernant le déficit qui est "worst than expected" c'est-à -pire que prévu en VF. Elle vient de me tomber là en direct, sur mon écran d'ordinateur.

 

Et franchement sachez-le c'est une SUR-PRI-SEUUuu!

Enfin pour les experts, parce que nous au bistrot éco d'en bas on avait vu le coup venir. Mes clients à la banque rament depuis 6 mois, François et Bernard mes copains serveurs du troquet sont désœuvrés et attendent le chaland.

C'est vrai que la météo pourrie de cet été n'a pas aidé les affaires mais même en données corrigées des variations saisonnières nous on voit bien que la croissance déraille. Croissance croissance c'est vite dit d'ailleurs. C'est sûr qu'elle redevient négative celle là de croissance. D'ailleurs c'est simple, j'ai de plus en plus de clients quadra ou quinqua virés pardon, excusez-moi on est plus viré aujourd'hui, ni même licenciés. Non c'est beaucoup plus raffiné. De nos jours mes chers clients profitent d'un "plan de sauvegarde de l'emploi". Ne rigolez pas c'est sérieux. Quand on licencie quelqu'un c'est pour lui faire profiter d'un super bon plan de sauvegarde de l'emploi. On n'a pas dit qu'on parlait du sien d'emploi, hein... mauvaise langue va!

 

Enfin tout çà pour vous dire qu'il y en a un qu'on va entendre couiner dans les semaines qui viennent et c'est notre barouin ouin... Ne vous moquez pas, moi je l'admire ce type. D'abord c'est un chiraquien, et moi Chirac j'ai un faible pour lui. C'est sous son règne qu'on a gagné la coupe du monde de foot et ça ça compte. Ensuite il n'a pas eu une vie facile ce garçon. Il a perdu son père (bizarrement) sa sœur (bizarrement) et aujourd'hui il est au poste le plus difficile qui soit c'est-à-dire responsable du déficit budgétaire en pleine période de croissance négative avec comme objectif de faire croire que tout va bien pour ne pas affoler le peuple d'un côté (nous) et les agences de notations de l'autre. Ben j'vous en foutrais moi du grand écart, essayez, je vous regarde! C'est un artiste ce gars. Il est en train de nous expliquer que ça baisse parce que ça rentre moins mais que c'est pas grave ça sortira pas plus au total parce que y a des endroits ou ça rentrera un peu plus surtout qu'on va dépenser un peu moins sur certaines choses bien que ce ne sera pas suffisant pour compenser les rentrées totales en moins et les sorties supplémentaires imprévues...

 

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=9502be52f41148b1f85c1d606e7cb909

 

Le plus drôle c'est qu'ils nous bassinent avec une règle d'or (enfin pas lui, son chef, non pas le Premier Ministre, son N+2 le Président de la France SA). Vous savez celle qui consiste à écrire dans la constitution qu'on n'a plus le droit de faire de déficit! J'en rigole encore. Quand je vois ouin-ouin creuser ses trous de façon méthodique je suis sceptique.

 

Enfin si vous n'avez rien compris c'est pas grave. De toute façon, nous ici au bistrot d'en bas on a bien compris l'essentiel. Hein Bernard? Hein François? Et c'est quoi l'essentiel? Ho c'est assez simple en fait.

 

1/ on dépense beaucoup plus que ce qu'on gagne

2/ nos boulots partent en Asie

3/ pour les boulots qui ne partent pas en Asie ils remplacent les gens par les machines

4/ on doit payer tous les mois des retraites et des aides sociales avec des sous qu'on emprunte.

 

Les conclusions du bistro éco? Accrochez-vous!

1/ bientôt fini le découvert (quand banquier pas content, lui toujours couper le robinet)

2/ bientôt fini les retraites payées avec l'argent que l'on n'a pas

3/ bientôt fini les aides sociales

 

Nous au bistrot d'en bas on est inquiet, on l'aimait bien notre système de protection, nos retraites, notre Chirac.... mais bon nous vu d'ici on a la désagréable impression que ça va partir en vrille tout çà, tout fout le camp même la santé de notre Chirac, allez Bernard, sers moi un café, tout ce qui est pris n'est plus à prendre! Tu ne veux pas plutôt un Ricard avant qu'ils augmentent les taxes ces enfoirés me glisse François à l'oreille....

 

Charles SANNAT

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Poster un commentaire

3 commentaires

  • Lien vers le commentaire yves jeudi, 01 septembre 2011 05:27 Posté par yves

    France SA est bien dirigé et n'a eu que 159 trimestres dans le rouge sur les 40 dernières années. Les conseils d'administration sont satisfaits et réélisent une équipe dirigeante ayant la même stratégie depuis 40 ans. D'ailleurs ça marche bien, les actionnaires prêtent encore à cette France SA pour 4% d'intérêts ou moins = 3% mangés par l'inflation et 1% mangé par les impôts qui nourrissent la SA. Brefs, un modèle de croissance solide. Au fait, est ce que quelqu'un pourrait publier la croissance réélle depuis 40 ans NET d'inflation et dettes ? Je pense qu'on pourrait voir ce que ressentent les gars du bistrot ... pas de croissance depuis 40 ans en France et on le voit tous les jours, surtout ceux qui ont la chance de voyager en Asie pour comparer.