Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

Après la tempête Irène , gare au cyclone ôDette...

Audience de l'article : 3592 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions

Bon la presse US s'attendait à une grande catastrophe. Attention, la tempête Irène arrive. Les hélicoptères des médias avaient déjà le plein de carburant, les envoyés très spéciaux étaient déjà en place, tout le monde était prêt pour Katrina II le retour. Il n'en fut rien. D'ailleurs vous savez pourquoi les tempêtes tropicales portent toutes un prénom de femme? Non? C'est Bernard derrière son comptoir qui vient de me la raconter je le cite

" ben parce ce que lorsqu'elles viennent, elles sont chaudes et humides et lorsqu'elles vous quittent, elles emportent votre maison et votre voiture..." M'en veuillez pas Mesdames, nous les gars autours des comptoirs on est vite graveleux.

Bref tout ça pour vous parler non pas d'une tempête mais d'un ouragan qui nous menace et lui il s'appellera sans doute oDettes!! Quel jeux de maux !! Et oui car le mal qui ronge nos économies occidentales c'est les dettes bien sur.

La bourse de Paris a touché un plus bas il y a quelques jours à 2900 et quelques points à cause des inquiétudes sur ces fameuses dettes. C'est vrai que depuis les marchés remontent assez fortement d'ailleurs. En langage de banquier-spéculateur on appelle cela un rebond.

Le problème avec les rebonds techniques des marchés c'est le même qu'avec n'importe quelle balle. A chaque rebond la balle perd un peu plus de force à chaque fois et va de moins en moins haut. Ensuite il y a un autre phénomène très connu mis en évidence par un type qui prenait régulièrement des pommes sur la tête à savoir la gravité. Et hop le rebond se transforme en nouveau Krach. D'ailleurs tous les sportifs lecteurs de l'Equipe accoudés avec moi au comptoir de notre bistrot éco sont bien d'accord.

Les bourses montent disais-je. Elles ont baissé à cause des dettes. Ok. Jusque là tout le monde avait compris. Alors si elles remontent c'est qu'on a plus de dette me fait remarquer Bernard (torchon en main en train de nettoyer le comptoir) avec sa sagacité habituelle.

Et ben non Bernard. On a toujours nos dettes. D'ailleurs tu te souviens hier on a parlé de Baroin Ouin ouin et de son déficit qui augmente. Donc les dettes sont toujours là et elles grossissent encore tous les jours. Même qu'hier un groupe d'experts (des vrais hein, des sérieux, pas des plaisantins comme nous d'en bas) a même dit que la dette grecque était carrément hors de contrôle.

Mais alors pourquoi les marchés montent demande François? Et là tous les regards du bistrot se tournent vers moi. C'est vrai ça pourquoi ça montent encore? C'est une bonne question. Le problème avec les gens d'en bas comme nous c'est qu'on ne comprend peut être pas tout mais que le bon sens populaire en général ça pose les bonnes questions, les plus emmerdantes. Je prends donc mon air de banquier d'en-bas-de-l'agence-d'à-côté le plus sérieux possible.

Je ne vois que quelques raisons pour expliquer ça. Comme les cours ont baissé très vite ils peuvent remonter un peu. Ensuite en septembre il y a les dividendes qui sont payés par les entreprises. Mais pour les toucher faut avoir des actions, donc faut en acheter donc ça fait monter les cours. Pour finir, la fin de l'année approche et il faut gagner de l'argent en bourse pour se payer ses bonus, donc comme ils veulent tous leur bonus (et de préférence plus élevés que l'année d'avant) ils se mettent tous à acheter frénétiquement (on parle des traders et des dirigeants du CAC qui vont devoir payer 3% d'impôts en plus). Ils appellent ce phénomène des rallyes de fin d'année.

Acheter plus pour gagner plus résume François d'une formule lapidaire.

Donc si j'ai, bien compris résume Bernard, ils se font plaisir mais c'est bidon et ça rebaissera parce que les problèmes ne sont pas réglés.

Exact et la prochaine fois que le problème se posera comme il sera encore plus grand il sera plus dévastateur. Un vrai ouragan. Celui de la dette souveraine.

Faut faire quoi alors? On verra ça demain Bernard, il est 10h00 il faut que j'aille faire semblant de travailler et puis maintenant on doit vendre des téléphones portables à la banque. Tu crois quand même pas que je suis là pour te conseiller... Par contre j'ai de bons forfaits téléphoniques maintenant... t'as quoi comme téléphone? Hoo la vache ça marche encore c'est trucs là? Tu devrais passer me voir au bureau... j'ai un stock de Nokia derniers cris et d'obligations d'états bien pourries à refourguer aux pigeons.... heu pardon à nos vénérés clients j'veux dire.

 

Charles SANNAT

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Poster un commentaire

4 commentaires

  • Lien vers le commentaire yves jeudi, 01 septembre 2011 22:02 Posté par yves

    alors pour 100ke d'oblig-merde acheté, on donne un portable Nokia ;-) ...
    en attendant, je vais reprendre une bière, ça permet d'oublier les problèmes à venir.

    PS : j'ai allégé mon portefeuille hier et aujourd'hui avec CAC>3260