Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

« Ils tournent en rond comme des hamsters dans une cage ! »

Audience de l'article : 3245 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

« Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être adapté à une société malade ». Cette phrase aurait été prononcé par un certain J.Krishnamurti bien que je n’en sois pas sûr, cela n’est pas l’important. L’important, vous l’aurez compris, c’est que des « biens adaptés » à notre société malade nous en avons un paquet, je dirais même que c’est la majorité de ceux qui nous entourent.

Pourquoi ces considérations ? Parce qu’aujourd’hui, Mario Draghi le gouverneur qui tient la barre de la Banque Centrale, la BCE, a encore parlé et l’AFP nous a gratifié d’une dépêche pour résumer son intervention dont seule « feu la Pravda » avait le secret.

Et il me semble et je pense que vous sentez la même chose, que cela montre à quel point nos sociétés totalement malades, sans repère, sans vision, sans projet, déclinantes et sans idée, tournent en rond et recommencent à l’infini les mêmes cycles, de plus en plus courts, comme des disques rayés ou des hamsters tournant sans jamais s’arrêter ni se poser de questions dans leur cage.

« Inquiète pour l’inflation et la croissance, la BCE prête à en faire plus »

C’est le titre de cette dépêche pathétique sur l’intervention également pathétique d’une des plus éminentes autorités économiques de la planète Mario Draghi.

Bon cela n’a échappé personne mais ces derniers temps les marchés « tremblotent » du genou et le trouillomètre des investisseurs à tendance à s’affoler. Il faut dire que la banque centrale américaine n’a pas de meilleure idée depuis quelques mois de répéter à l’envie qu’ils vont monter les taux à cause de la forte croissance et du chômage qui n’a jamais été aussi bas, plus personne ne veut croire ou n’arrive à croire que l’économie mondiale a connu une reprise significative.

Alors finalement nous en revenons au point que nous pensions naïvement avoir quitté et nous achevons un petit tour pour en reprendre aussitôt un autre.
Si ça ne va pas, on va créer encore plus d’argent gratuit…

Et voilà le message, le seul, l’unique que tout le monde veut entendre. Les banques centrales imprimeront autant de billets qu’il en faudra. Dormez tranquille brave gens, nous calmerons la douleur de la crise par l’injection de monnaie.

L’économie européenne en particulier et mondiale en générale est en soins palliatifs, pourtant les petits hamsters tournent et tournent encore.

Grande découverte du gouverneur finalement il y aurait des problèmes… ha bon ?

Il ne faut pas lui en vouloir, Mario n’est pas un lecteur d’insolentiae.com ni de Charles Sannat, pensez donc, avec nos analyses économiques de comptoir… bref, Mario donc a déclaré d’après l’AFP (une source crédible pas comme mes articles) que « Tout récemment, de nouveaux risques sont apparus pour les perspectives de croissance et d’inflation en zone euro »…. Il est quand même super Mario, il faut dire qu’il fait partie de ces experts capables de vous dire « demain pourquoi ce qu’il a prédit hier n’est pas arrivé aujourd’hui ».

Sinon c’est l’anniv de Mario, il a 68 ans !

Happy birthday mister gouverneur… bon on ne va pas lui gâcher ses 68 printemps à Mario, c’est l’AFP qui le rajoute dans sa dépêche en disant je cite avec exactitude : « a déclaré lors de sa conférence de presse régulière le président de l’institution Mario Draghi, qui fêtait ce même jour son soixante-huitième anniversaire »…

Je ne sais pas pourquoi pour l’AFP c’est important que Mario fête ses 68 ans, franchement on s’en fiche, surtout qu’il semble que la crise qui était finie et derrière nous revienne sur le devant de la scène.

On s’inquiète toujours trop tard et c’est toujours à cause des autres…

« L’Italien s’est inquiété d’un essoufflement des économies émergentes, et notamment de la Chine où les signes de ralentissement ont provoqué ces dernières semaines de vives turbulences sur les marchés financiers mondiaux. Il a par ailleurs pointé du doigt la baisse des cours du pétrole, qui pourrait tirer les prix en territoire négatif ces prochains mois »….

Comme quoi tout va bien en Europe et aux USA, non c’est la « faute aux chinois » et d’ailleurs dans quelques mois on vous expliquera que l’on ne pouvait pas prévoir, que votre portefeuille action a baissé de 60% mais que l’on ne pouvait pas savoir, accessoirement que la bourse c’est « le meilleur placement sur le long terme », ou encore que tant que « vous n’avez pas vendu, vous n’avez pas perdu ».

Il s’agit là de raisonnement de « vainqueurs » et les cimetières de boursicoteurs en sont pleins !

Mario n’est pas sûr…(je ne vous dis pas combien il est payé pour ne pas être sûr, vous seriez fâchés tout rouge)

Question : « Ces développements peuvent-ils avoir des conséquences négatives sur le long terme pour l’économie européenne ou ne sont-ils que des remous transitoires » ?

Réponse : « Il est encore trop tôt »

Mais attention, Mario fera tout ce qu’il faut et croyez-le ce sera suffisant (c’est ce qu’il avait dit en 2011 alors que tout le monde pensait que l’euro allait exploser.

Aujourd’hui il déclare que «la BCE a la volonté et la capacité à agir, si nécessaire, en utilisant tous les instruments disponibles dans le cadre de son mandat, et notamment en accélérant le rythme de son vaste programme de rachat de titres lancé début mars »….

Houaaaa, Mario il est trop fort, même qu’il a le « doigt sur la gâchette » si la situation venait à empirer d’après un autre expert (Johannes Gareis, de Natixis) exégète des paroles de saint mario.
Ne soyez pas dupe, tout est pire qu’avant la crise et une autre crise arrive alors que celle-ci n’est pas finie !
Tous les indicateurs économiques sont pires en 2015 qu’en 2007… le chômage est plus haut, la croissance toujours aussi faiblarde, les investissements anémiques, les dettes stratosphériques, et les taux proches de 0 ce qui veut dire qu’il n’y a plus aucune marge de manœuvre si ce n’est l’impression de monnaie, la spoliation de l’épargne via la fiscalité ou une faillite généralisée.

Alors qu’ils continuent tous à tourner dans leurs cages comme des hamsters mais ce sera sans moi !

En attendant, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT


Sources:

Pour lire la dépêche entière de l’AFP c’est ici
Poster un commentaire

1 Commentaire