Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Crise

Crise

La crise...

Un mot sur toutes les lèvres

La peur est dans la France qui prend doucement conscience qu'elle décline et que son avenir est plus proche de celui de la Grèce que celui de l'Inde...

Crise économique, financière, écologique, démographique, sociale...

Ce mot crise veut aussi dire ADAPTATION, SURVIE ou DISPARITION.

Beaucoup attendent un krach, une redistribution des cartes, la fin du capitalisme (version du peuple) la fin des oligarchies et du socialisme (version des entrepreneurs...)

Chacun voit le monde en fonction de sa situation.

Le système mondial est instable car hyper contrôlé et manipulé.

Avant, nous avions des cycles clairs de croissance et récession. Désormais, nous avons une stagnation avec des crises, des chocs de volatilité. Beaucoup sont perdus.

Cette thématique est majeure dans notre monde moderne. Nous allons produire toutes les infos, analyses et réflexions qu'on peut le faire afin de vous aider à réfléchir.

Nous voudrions juste vous rappeler une chose, une vérité trop souvent oubliée en France : crise ou pas, on peut gagner et réussir individuellement. Peu importe ce que font les autres. La crise ne doit pas devenir une excuse pour justifier un immobilisme destructeur !

Egon von Greyerz : Tout ce que vous devez savoir avant l'effondrement économique

Audience de l'article : 3891 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Aujourd'hui, l'homme qui est devenu légendaire pour ses prédictions sur le QE, les mouvements historiques sur les devises et d’autres grands événements mondiaux avertit que le choc et l’effroi sont à encore venir. Egon von Greyerz expose tout ce que vous devez savoir avant ce grand effondrement.

egon-von-greyerz


 « Nous y voila donc. Ce moment où le monde et tout particulièrement le monde occidental va connaitre un réveil des plus désagréables. Ce qui a commencé en 2008 n’était qu’un avertissement qui n’a été entendu que par très peu de personnes.

Cela est dû à l'impression massive d’argent papier et de crédit créés depuis 2008, d'environ 60 mille milliards de $. Ainsi, 2008 n’est simplement que le premier acte d'une tragédie beaucoup plus grande pour le monde.

Ce que le monde est sur le point d’endurer est la fin d'un siècle de fausse prospérité basée sur la planche à billets, qui n’a bénéficié qu’à une petite élite, mais a infligé un servage vis-à-vis de la dette pour le commun des mortels. C’est un fardeau si lourd que le monde va souffrir pendant plusieurs générations à venir.


On a donné vie à un monstre

Tout a commencé avec la création de la Réserve fédérale en 1913. Peu de gens savent ce que la création de la Fed signifiait réellement. Le républicain Charles Lindbergh [le père du célèbre aviateur] faisait figure d’exception. « Le système financier a été confié aux membres de la Réserve fédérale », expliquait Lindbergh à l’époque.
lindbergh


Lindbergh avait réalisé que la création d'une Fed, détenue par les banques privées et exploiter pour le bénéfice de banquiers privés, impliquerait que la banque centrale la plus puissante au monde serait gérée au bénéfice de ces banquiers. C’est exactement ce qui est arrivé.

Taux zéro et des millions de milliards de dollars de dérivés de crédit et d'argent papier ont conféré aux banquiers une richesse et une puissance incroyable. Plus les taux étaient bas, plus ils pouvaient emprunter de l’argent sans frais. Ils tirèrent donc parti de ce levier de 10 à 50 fois.


La stupeur et l’effroi sont au tournant

Le président de la Fed n'a pas de pouvoir du tout. Il ou elle est juste un homme de paille. Les entités qui tirent les ficelles sont Goldman Sachs et JP Morgan. Toute cette manipulation a partout créé des bulles massives et donné une fausse impression que le monde est construit sur les fondations d’une solide prospérité. Mais le vrai choc et l’effroi dans le monde sont sur le point d'émerger.

Puisque les marchés boursiers et le dollar commencent à s’effondrer, les investisseurs vont voir cela comme une opportunité pour acheter au creux de la vague. Je m’attends à voir de l'impression d’argent papier chez la la plupart des banques centrales et cela est susceptible de débuter cet automne. Mais le QE4 de la Fed ne sera probablement qu’une merveille d'un jour, sans aucun effet durable sur le marché boursier.

La prochaine cible à court terme pour le Dow est probablement le pallier des13 000, peut-être même des 11 000. Et avant que ce marché baissier séculaire touche le fond, je ne serais pas surpris de voir le Dow Jones s’écrouler de 90%. Je me rends compte que peu de gens croient que cela est possible et que les gouvernements et les banques centrales vont agir pour l'en empêcher. Mais ils sont à court de munitions.


L’effondrement de 1929

Les taux d'intérêt sont déjà à zéro et rajouter encore plus de dette à la bulle massive de la dette ne fera qu'empirer la situation. Rappelez-vous qu’avant le « Mardi noir », le 24 octobre 1929, personne ne s’attendaient à de mauvais jours ou à une chute de 90% du Dow. C’est ce qui s’est réellement passé.
1929 scary parallel


Le grand effondrement de l'économie mondiale a déjà commencé. Les marchés émergents sont désormais en réelles difficultés, avec la chute des prix des matières premières, des devises et des marchés. L'inflation est également en progression rapide dans les pays émergents. Nous allons bientôt voir le dollar baisser, provoquant un choc sur l'économie américaine. Aux États-Unis cela déclenchera une forte inflation, qui va se transformer en hyperinflation.

Ce que nous allons voir maintenant, c’est de savoir comment les entreprises, les banques et les gouvernements ont triché. Pendant les périodes de vaches grasses, cette corruption a été planquée sous le tapis. Volkswagen et les autres tricheurs n’en sont que les prémices. Les banques vont découvrir des trous noirs dans leurs bilans et les gouvernements auront dissimulé la vérité à leurs peuples à travers la propagande et des mensonges éhontés. 

S’il y a bien un moment où les investisseurs devraient s’inquiéter de la préservation du patrimoine, c’est maintenant. Les avoirs des banques vont disparaître à mesure que les bails-ins* deviennent monnaie courante et que les défauts de paiement de nombreuses banques deviennent banals.


Très peu d’or physique disponible à l'Ouest

Pendant ce temps, l'or s’est apprécié de près de 25 $ aujourd'hui et il reste toujours une aubaine absolue. Mais le prix n'a pas vraiment d'importance, parce que la détention d'or physique en dehors du système bancaire est de loin la meilleure assurance pour préserver la richesse. Il y a encore de l'or disponible proche du prix du marché aujourd'hui, mais un défaut du Comex va changer la donne. Les raffineurs suisses [cinq des plus grandes raffineries d’or au monde sont en Suisse] vendent la quasi-totalité de leur production à l'Est, principalement à la Chine et à l'Inde. Il doit par conséquent y avoir très peu d'or disponible restant à l'Ouest. »


* Pour Charles Sannat, l’invention du terme « bail-in » consiste à dire que les obligataires (ceux qui ont prêté aux banques en achetant des obligations), les actionnaires (les propriétaires des banques) et également les déposants (qui n’ont pas d’argent en banque puisque les dépôts à vue sont des créances sur la banque…) seront désormais mis à contribution pour régler la note en lieu et place des Etats qui ne le peuvent pas puisqu’ils sont également insolvables.

Retrouvez ici la dernière interview d’Egon von Greyerz 
Poster un commentaire