Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Une journée complète de trading, le fixing d’ouverture 

Audience de l'article : 2214 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Concentration sur le fixing d’ouverture et les premiers échanges

 

- Trouver la (ou les) valeur(s) qui va (vont) le plus décaler à l’ouverture ?

Mon problème est le même tous les matins : parmi toutes les valeurs du SRD, quelle(s) sera (seront) celle(s) qui décalera (décaleront) le plus à l’ouverture et au-delà, pendant la séance ? Trouver LA valeur qui va bouger à l’ouverture en intraday ! Toute la difficulté est là, car il y a plus de 160 valeurs au SRD, sans compter celles du marché au comptant, et seule une minorité sera intéressante dans le cadre de mon trading !

Donc, contrairement au trader court et moyen termes qui va rester en position sur une valeur en attente de la réalisation de son anticipation, je recherche tous les matins de nouvelles opportunités, ce qui peut paraître assez usant au bout du compte ; cette technique semble lourde sur le long terme, mais c’est le prix à payer pour mettre son capital à l’abri tous les soirs.

 

- Etre dans les premiers à se positionner au tout début du mouvement, s’il  y a une opportunité ?

Je prends position au fixing d’ouverture si la tendance au carnet est très forte et lisible en préouv’, sinon je prends position un peu après, vers 9h01/9h05 quand ça part quand même, mais avec un peu de décalage ; j’essaye de rester en alerte pour choper l’opportunité qui apparaîtrait en séance, surtout en début de matinée ; il faut bien reconnaître que l’ouverture est pour moi cruciale, car sur des séances normalement volatiles il s’agit souvent du pic de volatilité intraday, bien plus encore qu’au moment du fixing de clôture.

 

Il faut prendre un mouvement à la source, au tout début de l’accélération et être dans les premiers en position quand ça booste ; j’abandonne le trade si je ne suis pas dans les premiers intervenants ; lors d’une prise de position précoce, la gestion du risque est plus facile car on est en avance sur le reste du marché.

 Par contre, dans un marché  calme, il faut être assez fort pour ne rien faire et attendre d’autres opportunités qui ne manqueront pas de se présenter, ou pas, d’ailleurs ?... La psychologie est fondamentale entre la perte et le gain : arriver un peu en retard, forcer un trade, chercher à rentrer coûte que coûte, sont souvent des comportements funestes en trading ! Il faut se persuader que si l’on n’est pas le premier à rentrer et qu’on rentre en retard, au lieu de se faire sa plus-value, on fait la plus-value de l’autre et on prépare sa propre moins-value qui va suivre sur la prise de bénéfices ; si l’on n’a pas su prendre position de façon opportuniste et précoce, on risque d’assister à la fin du mouvement et par contre, de se prendre le retro du retracement ; à arriver trop tard sur un trade on a laissé passer sa chance, et le niveau de risque s’accroît alors dangereusement.


- L’importance du fixing d’ouverture

Importance du fixing de l’ouverture - surtout dans les marchés flat - car après il risque de ne plus se passer grand chose intraday ; les signaux précurseurs à jouer : les volumes exceptionnels par rapport aux dernières séances, la volatilité en pourcentage ou en valeur absolue (euros ou centièmes d’euro), le rebond ou rupture sur les cours de clôture de la veille et/ou de fixing d’ouverture,  etc. ; prise de position immédiate dans les premiers pour jouer la poursuite de l’accélération du mouvement ; la nécessité d’être très tôt en position pour diminuer le risque et ne pas entrer dans la seconde phase avec le reste du troupeau.

 

Depuis quelques années - environ autour de 2003 - compte tenu de la relative platitude des marchés avec une plus faible volatilité qu’entre 2000/2003, le plus souvent, et sauf événement exceptionnel, à 10h00 c’est plié, ce qui signifie que les opportunités de décalage ont déjà été jouées par les intervenants de la première heure, voire des premières minutes de cotation et qu’il ne reste au mieux que des miettes de vol’ et le plus souvent dans de mauvaises conditions de revente ou de rachat.

 

Dans les marchés baissiers comme entre 2000 et 2003, j’ai remarqué que lorsqu’une valeur casse à la hausse ou à la baisse un chiffre rond (dix euros, cinq euros, un euro), le titre accélère son mouvement, comme si la dimension symbolique du seuil jouait sur la psychologie des intervenants, mais surtout parce que les stop loss positionnés juste en-dessous de ce chiffre rond, se déclenchent les uns après les autres, ce qui crée une avalanche de vente.

 

Quand j’achète (ou je shorte) le plus souvent en ouverture, c’est déjà sur un plus haut (ou un plus bas), pour viser encore plus haut (ou encore plus bas) ; je rentre au carnet à la meilleure limite si possible, sinon en ATP/au marché, pour jouer à fond la poursuite du mouvement, parfois seulement quelques secondes ou quelques minutes ; cela ne me gène pas de prendre position sur un extréma (plus haut ou plus bas) si le mouvement est impulsif et très suivi, car alors je vise un nouveau plus haut ou un nouveau plus bas, dans une logique de trend following !

 

En day trading au carnet, le plus souvent et habituellement, je ne raisonne pas en pourcentage, mais en valeur absolue, c’est à dire en centimes d’euro : j’ai pris un euro par titre, 10 cents, 50 cents, etc.                

- Les types d’ordre les plus utilisés : à cours limité et au marché (ATP)

Le carnet d’ordres est un système d’enchères qui pousse les prix à la hausse ou à la baisse, en fonction du rapport de force à un moment donné, entre acheteurs et vendeurs ; il faut donc aller cogner la contrepartie vendeuse si on se positionne long (et si on rachète une position short) ou acheteuse si on est vendeur (et pour entrer sur une position short) pour être sûr d’être exécuté ; il faut aller chercher les titres, sinon on risque d’attendre longtemps l’exécution d’un ordre posté à cours limité ; c’est pourquoi le type d’ordre à la meilleure limite du spread et au marché/ATP - c’est à dire exécutable instantanément – est celui que j’utilise le plus car ce type d’ordre permet, lorsqu’on a repéré une accélération puissante, d’être servi à un bon prix d’entrée mais sans certitude, à cours limité ou immédiatement, et pour la totalité des titres demandés au marché/ATP.

 

Pour autant, comme les marchés sont moins volatils depuis plusieurs années, je préfère, quand c’est possible, être exécuté à cours limité car je maîtrise ainsi bien mieux le money management et je ne prends pas le risque de payer trop cher mon entrée au carnet ; le système de l’ordre à seuil ou plage de déclenchement est pratique ; il permet de fixer un niveau de prix seuil (limite 1) à partir duquel on sera exécuté en ATP/au marché ou d’établir une zone de prix à l’intérieur de laquelle on sera exécuté au marché dans des limites fixées (limite 1 à limite 2).

 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/vincent-baron-temoignage-d-un-trader-9782915401219

Poster un commentaire