Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Guy Wagner

Guy Wagner

Je suis chief economist à la Banque de Luxembourg.

Dans mon blog, je commente les derniers développements sur les marchés financiers ainsi que mes évaluations sur leur future évolution.
Ces pages s’adressent aux investisseurs dans des fonds et actions avec un certain intérêt pour les marchés boursiers.


Mon parcours

Licencié en Sciences Economiques de l'Université Libre de Bruxelles, je rejoins la Banque de Luxembourg en 1986, où je fus successivement responsable des départements analyse financière et Asset Management. Depuis 2005, je suis administrateur-directeur de BLI - Banque de Luxembourg Investments.

BL-Emerging Markets : situation à fin août 2013

Audience de l'article : 1647 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Actions

L’indice MSCI Emerging Markets a perdu quelque 11,1 % en USD et 13,6 % en EUR depuis le discours de Bernanke du 22 mai 2013 évoquant la possibilité pour la banque centrale américaine de ralentir son programme d’assouplissement monétaire quantitatif.

Suite à ces propos, les investisseurs ont fui les marchés émergents en général (qui étaient un des principaux bénéficiaires des taux bas sur les dernières années) et en particulier les pays présentant un déficit de la balance courante (voir graphique).

Evolution par rapport au MSCI Emerging Markets
BL-Emerging-Markets-FR-pays 
Pays excédentaires : Chine, Hongrie, Corée du Sud, Malaisie, Philippines, Russie, Taïwan et Thaïlande.
Pays déficitaires : Brésil, Chili, Colombie, République tchèque, Egypte, Inde, Indonésie, Mexique, Maroc, Pérou, Pologne, Afrique du Sud et Turquie

Source : HSBC

Dans le fonds BL-Emerging Markets, le gestionnaire raisonne « bottom-up » et les fortes corrections nous ont amenés à réduire les liquidités et à augmenter la pondération des actions de 61 % fin mai (le minimum autorisé étant de 60 %) à 73 % à la fin du mois d’août. Nous avons attendu ces corrections depuis un certain temps et nous en profitons pour augmenter graduellement la pondération en actions. Ceci étant dit, la pondération de 73 % signale encore un positionnement défensif étant donné que le fonds peut détenir jusqu’à 100 % de ses actifs en actions. De façon générale, les valorisations des sociétés de qualité dans les pays émergents sont revenues vers des niveaux plus « raisonnables », mais ne sont pas encore « bon marché ».

Obligations

La dette des pays émergents a également affiché une forte volatilité depuis le début de cette année. Là aussi, les anticipations de révision de la politique monétaire américaine ont contribué à accélérer la hausse des taux obligataires. Le rendement du Trésor américain à dix ans est passé de 1,75 % le 31 décembre dernier à près de 2,75 % à fin août. De fait l’indice JPMorgan relatif à la dette du Trésor américain cède 3,29 % depuis le début de l’année. Les signes de reprise de l’économie américaine modifient les anticipations inflationnistes mais entraînent surtout une normalisation des taux réels et un réajustement de la prime d’échéance.

Différentiel de taux offert par les obligations des pays émergents
Differentiel-de-taux-offert-obligations-pays-emergents 
Source : Bloomberg

Par ailleurs, une détérioration du contexte macroéconomique de certains pays a renforcé la réorientation géographique des flux financiers en défaveur des pays émergents. C’est le cas notamment du Brésil où la croissance n’était déjà plus que de 0,9 % sur l’année 2012 avec une inflation à plus de 6 %. La dépréciation du real a incité les autorités à relever fin août le taux directeur pour la 4ème fois consécutive en l’espace de 4 mois, de 7,25 % à 9%. Ces mesures risquent d’entretenir le phénomène de prophétie auto-réalisatrice de dégradation des conditions macroéconomiques de ces pays. D’autres pays, tels l’Inde et l’Indonésie sont confrontés à des échéances électorales qui n’encouragent pas l’adoption de mesures visant à régler le problème des déficits (subventions alimentaires en Inde et au carburant en Indonésie).

Evolution de certaines devises par rapport au dollar (base 100)
Performances-des-devises-contre-USD 
Source : Bloomberg

Notre gestion obligataire privilégie le positionnement dans les émissions présentant les caractéristiques suivantes :

  • devises d’émission : principalement EUR ou USD
  • échéance courte à moyenne. La duration modifiée est de 3,5
  • les émetteurs sont tous notés Investment Grade. 
Cette configuration nous permet de lisser la volatilité de nos portefeuilles et de pouvoir profiter au moment opportun des nouvelles conditions de marchés.


Allocation d’actifs à fin août
Actions (en devises locales, pas couvertes) : 73 %
Obligations (EUR et USD) : 23 %
Cash : 4 %


Conclusion
De façon générale, les récentes corrections sur les actions, les obligations ainsi que les devises des pays émergents offrent des opportunités et le gestionnaire en a profité pour augmenter l’allocation en actions. Les pays émergents sont et restent une classe d’actifs volatile. La gestion du fonds demeurera dynamique et continuera de saisir les opportunités qui se présenteront.

Marc Erpelding

Marc Erpelding

Fund Manager
Jean-Philippe Donge

Jean-Philippe Donge

Fund Manager


Guy Wagner
Source: http://www.guywagnerblog.com/fre/entry/bl-emerging-markets-situation-a
Poster un commentaire