Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Claude Mathy

Claude Mathy

Si je dois résumer en quelques mots mon état d'esprit... je dirais que mon ambition première est de croire à la possibilité de vivre de ses opérations boursières et de son trading. La Bourse est une passion qui permet de s'ouvrir sur le monde, de devenir meilleur. Les indices boursiers représentent l'objectif à battre, ce que 95% des fonds ne parviennent pas à faire à long terme. Enfin, éduquer les autres et transmettre grâce à internet ses connaissances durement acquises, est une belle satisfaction !

Plus d'infos sur moi en visitant mon profil en bas de la page : Le Blog de Claude Mathy 

REUNION DE TOUS LES AUTEURS OBJECTIFECO A BUDAPEST EN MARS 2012

Cédric Froment m'a pris en photo à mon insu en train de réfléchir...

claude2

promospeciale

Le Nikkei part à l’assaut du mont Fuji en ce début d’année 2012

Audience de l'article : 3507 lectures
Nombre de commentaires : 7 réactions

 

Déjà fin 2010, je vous invitais à étudier les turpitudes du pays du soleil levant, en effet, après plus de 22 ans de marché baissier, le Japon est devenu l’un des marchés les moins chers du monde. L’idée était bonne, l’indice japonais s’envolait, malheureusement, un cygne noir est venu troubler les cartes, la centrale nucléaire de Fukushima...

 

Je viens d’observer et comparer sur une longue période l’indice US SP500 et le Nikkei (bourse japonaise). Vous ne m’enlèverez pas facilement de la tête que nous sommes en présence d’une réelle opportunité historique dans une optique d’investissement long terme. 1130 % pour le marché US contre 49 % pour le Japon, il ne peut qu’y avoir à un moment au minimum un rattrapage technique.

 

Vue mensuelle

 

 

Plusieurs banques d’affaires commencent de nouveau à s’intéresser au pays y détectant une prochaine aubaine, des investisseurs et non des moindres comme Marc Faber conseille de revenir sur le Japon mais aussi plus récemment, Warren Buffett, le milliardaire et président de Berkshire Hathaway a en effet indiqué, lors d'une visite en Corée du Sud, que le séisme intervenu est typique de l'événement exceptionnel créant une opportunité d'achat des actions des entreprises nippones. « Si j'avais des actions japonaises, il est certain que je ne les vendrais pas », indique-t-il. Et de continuer « il est fréquent que quelque chose de subit comme ceci, un événement exceptionnel, crée réellement une opportunité d'achat. J'ai vu ça se produire aux États-Unis et partout dans le monde et je ne pense pas que le Japon fera exception ».

 

Avec une perte depuis ses sommets de plus de 80 % le Nikkei est survendu, on découvre par la même occasion qu’il n’a rien à envier au Dow Jones (krach de 1929) et juste pour info, sachez que beaucoup d’économistes prédisent le même sort que le Japon pour le marché US, en bleu vous retrouverez notre indice SP500 depuis 2000.

Des rebonds violents mêmes en bear Market

 

Même si le rebond actuel n’était qu’un simple rebond de bear une fois de plus nous devons admettre qu’il y a moyen d’en profiter, par exemple celui de 2007 a réussi à monter de 135 %.

 

 

 

 

Vue en semaines, un nouveau marché haussier séculier ?

 

Le Nikkei vient probablement de débuter une vague 3 selon les principes Elliottiste.

 

Pour rappel c’est la plus longue de toutes les vagues.

Souvent, afin d’identifier si une hausse est séculière et non cyclique on utilise la MM 200 semaines, si on brise par le haut celle-ci la théorie dit que cela sera haussier au moins pendant 200 semaines comme cela fut le cas en 2004. Actuellement, les cours viennent de passer cette MM une nouvelle fois comme à l’époque.

 

Performance 2012 bien encourageante

 

L’indice nippon fait preuve d’une force inouïe depuis 3 mois laissant loin derrière le SP500 + 19.9 % contre + 11.7 % voila sans nul doute un début bien prometteur.

 

 

C’est pour moi une occasion à ne pas rater, je vous rappelle que Le Japon est la troisième plus grande puissance économique du monde par PIB nominal et la troisième par PIB à parité de pouvoir d'achat. Il est aussi le quatrième plus gros exportateur et le sixième plus gros importateur.

 

 

Le pays a du faire face en son temps à une énorme crise bancaire, comme celle que nous venons de traverser en Europe et aux state, l’avantage  est que le pays a transformé en profondeur son système bancaire,  point négatif cependant, l’archipel souffre d'un des taux de natalité les plus bas du monde, d’où un fort vieillissement de sa population. Le pays est actuellement en déclin démographique.

 

Conclusion

 

Troisième puissance économique derrière les États-Unis et la Chine, le Japon est une puissance qui compte. Sa bourse, surnommée Kabuto-Cho, est la deuxième plus grande du monde derrière celles de New York, et son principal indice boursier est le Nikkei, composé de 225 sociétés. Nikkei est l’abréviation de « Nihon Keizai Shimbun », le quotidien économique qui publie cet indice.

 

La BOJ (banque centrale japonaise) vient enfin de décider de s’attaquer à la déflation et à sa monnaie le yen qu’elle ne laissera plus monter inopinément et en agissant de la sorte les actions du marché japonais devraient en profiter à leur tour

Comment miser sur le Japon via des trackers ?

 

Si vous désirez miser sur un retour au premier plan du Japon, vous pouvez utiliser différents trackers. Trois possibilités s'offrent à vous sur la place de Paris.

 

Les trackers Casam ETF MSCI Japan (code mnémonique CJ1 / code ISIN FR0010688242) et Lyxor ETF Japan (JPN / FR0010245514) répliquent respectivement les indices MSCI Japan et Topix Japan, qui comprennent les sociétés les plus liquides du marché (Toyota, Mitsubishi, Sony…), tout en assurant une représentativité sectorielle variée.

 

En Dollar

 

EWJ, DFJ (Small Caps)

 

 

 

 

 

Découvrez ma lettre Trackers et Actions en cliquant ici

 

J'ai écrit aussi un livre — 10 ans, 2 krachs : les indicateurs qui continuent à gagner — En savoir plus

Poster un commentaire

7 commentaires

  • Lien vers le commentaire pylu vendredi, 23 mars 2012 14:26 Posté par pylu

    Bonjour,

    je partage à 100% cette analyse à 1, maximum 2 ans.

    Certe le japon est endetté à hauteur de 240% de son PIB mais la dette appartient aux japonais, vieux et sans enfants...la fiscalité japonaise à dors et déja été addaptée pour renflouer l'Etat.
    La recontruction sera source d'activité et génératrice d'inovation.
    La stabilité de la monaie en ferra en refuge lors du crack Européen, lorsque les investisseurs réaliseront que la "bonne santé apparente" des states provient uniquement de la rareté du pétrôle.
    Inversement, à long terme, l'incapacité de restructuration de la dette japonaise est une bombe a retardement car en effet, une fois que la depression aura envahie Etat-Unis et Europe, Japon et Chine perdront leur principaux clients en volume... et ce n'est leur marché interrieur qui va les sauver!

    Encore une analyse très très pertinente, merci Claude.

  • Lien vers le commentaire yves jeudi, 22 mars 2012 07:52 Posté par yves

    déficit public de 240% et dépendance énergétique (importation)