Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Guillaume.

Guillaume.

Qui suis-je ?

Année de naissance : 1974



Passions :

  • Autrefois pratiquées : pêche à la mouche, arts martiaux
  • Pratiquées occasionnellement : golf, VTT, lecture, séjour sur l'île de la Réunion
  • Pratiquées régulièrement : trading, voyages en Italie

Ma présence sur Objectif Eco :

Faire profiter de mon expérience de changement de vie professionnelle tout en restant en France (nous sommes nombreux à vouloir le faire, mais le grand saut dans l'inconnu fera peur à beaucoup de monde). Je vous en dirai plus sur l'inconnu.

Comment je suis passé du statut de salarié à chef d'entreprise et de chef d'entreprise à salarié avec compléments de revenus significatifs. (c'est possible et je le prouve).

Vous parler de chef d'entreprise qui ont réussi (oui il y en a), ce que ça rapporte et ce que ça coûte (pas que sur le plan financier. Pourquoi ils réussissent, et pourquoi certains ont échoué (et comment ils ont rebondi). 

Mon regard sur la vie des Français  et l'immobilier(tous les jours je rencontre des acheteurs ou des vendeurs qui ont un projet immobilier ou une galère à gérer) .
En effet l'immo occupe une place centrale dans la vie des Français, et ce dernier conditionnera en grande partie leur bonheur futur ou une galère qu'il vont payer une grande partie de leur vie. De l'extérieur ça a l'air évident, mais pourtant...

DU TRADING comment sur plus de 200 tansactions annuelles, plus de 70 % de mes trades sont gagnants et que mon portefeuille progresse de minimum 20% par an depuis 3 ans.

Vous faire partager certaines expériences de vie, et comment je fais progresser mon patrimoine tous les mois. Objectif multiplier par 5 mon patrimoine en France en 12 ans. (eh oui ça prend plus de temps au pays de la fiscalité, mais tout quitter n'est pas toujours possible avec une famille).

DES IDEES DE TRADING 
avec une philosophie originale mais très pragmatique. Vous verrez que plus de 70 % des ces idées de trades seront gagnantes maximum dans les 6 mois. Et une bonne majorité en 1 mois







 

 

promospeciale

BITCOIN, MONEY MANAGEMENT, MENTAL, PENNY STOCK, GOOGLE TREND, ET PYSCHOLOGIE, RETOURNEMENT DE MARCHE, BULLE

Audience de l'article : 1454 lectures

Bonjour à tous chers amis et traders non conventionnels,





Quand j’étais étudiant dans ma petite école de commerce de province d’Orléans, mon prof de Marketing (lui par contre avait fait Harvard, et je n’ai jamais su pourquoi ni comment il avait atterri là), prenait plaisir à nous malmener avec des cas Marketing bien corsés.

On avait en général 5 heures pour résoudre le cas.  (pas passionnant la majorité du temps), je me souviens par exemple de comment dynamiser une marque de champignons aux USA, pour la fête de Thank’s Giving (Passionnant).

Le principe était assez simple.

1 heure pour prendre connaissance des infos générale (marché, produit, comportement du consommateur, etc…)

1 heure pour classer les infos par thème (trouver des dénominateurs communs)

1 heure pour faire un SWOT

1 heure pour définir la stratégie

1 heure pour rédiger la synthèse managériale.

Même si les sujets étaient tout sauf sexy, et qu’à la fin des 5 heures j’étais intellectuellement cuit, j’aimais faire cet exercice.

Je considérais cela comme un job d’investigation, corroborer les éléments, relier des choses qui à première lecture n’avait rien à voir les unes des autres et pourtant …
A la fin tout devenait évident. (à la fin bien sûr).


Pour ceux qui me suivent depuis plusieurs années vous avez pu remarquer que la stratégie qui consiste à shorter des penny stocks (vendre à découvert), et d’une grande robustesse.

Je le rappelle, on identifie une société qui fait la une, sur un secteur très à la mode, on la met dans les radars, on jette un coup d’œil aux comptes (en général pas ou très peu de CA), idéalement de la perte.
On attend juste que la société pour lever des fonds fasse appel aux loups de wall street (que l’on appelle des promoteurs), pour trouver du cash.






et si tout se passe bien avec les fonds levés, la boîte peut tenir encore quelques années. (par contre le capital et totalement dilué, donc baisse rapide du cours en général 6 mois) puis rebond, puis rebaisse.







E
t pourtant depuis quelques mois, la performance est bien en dessous de ce que l’on obtient


20 % en moyenne dès le premier mois.


Et 30 à 40 % au bout de 6 mois.


Pourquoi 6 mois ? Simplement parce qu’il est difficile

1-     De payer (assez cher) des promoteurs pendant 6 mois (donc dès que la pub s’arrête les achats aussi)

2-     Les gérants disposent souvent d'options d’achat ou de vente et larguent leurs titres dès que le promoteur a réussi à faire monter le prix de l’action au niveau souhaité (donc baisse rapide juste après) 

3-     Les sociétés sont tenues de publier des résultats trimestriels, donc on voit assez rapidement que malgré tous les louanges diffusés par les loups de wall street, ce ne sont finalement que des belles paroles, et que la société est vérolée.

4-     Et si en plus au milieu de tout ça il y a une correction de marché (en 6 mois on est presque sûr d’en avoir au moins une, la tendance baissière de la penny stock s’accélérera et s’amplifiera avec la tendance générale).





Maintenant que nous avons fait un rappel d’en quoi consiste la vente à découvert de penny stock, faisons le point sur la situation et
voyons comment l’aborder sur le plan du  Money Management, et la psychologie.



     Avant de réagir, réunissons les données.


     Einstein disait : " qu’un problème bien posé est à 50 % résolu".




Qu’avons nous à disposition :

Des datas sur environ 6 ans qui représentent plus de 500 transactions (chaque barre représente la performance d'un mois de trading d'un ensemble de positions)
Par exemple la perte de presque 300 % ne représentait heureusement qu'une seule position)





Une stratégie de sélection de titres qui a fait ses preuves (avec des hauts et des bas), mais sur la durée elle est profitable.







Un money management défini à l’avance


(taille de position, pondération…)






Un historique de marché composé de multiples évènements depuis 2014 (hausses, baisses, crises, etc… bref un peu de tout)






Que constatons nous ?


Depuis avril 2020, la performance est en baisse (mais toujours profitable)


PERFORMANCE REALISEE DE JANVIER A AOUT 2020 18 % avec 33 positions

PERFORMANCE LATENTE DE SEPTEMBRE 2020 A DECEMBRE 2020 – 8 % avec 20 positions

D
epuis le début de l’année 2021  notre stratégie réalise sa pire performance depuis plus de 6 ans.



De janvier 2021 A FEVRIER 2021  la performance latente  est de – 27 % avec 12 positions



Les questions légitimes (et rationnelles)



 

Est-ce que la stratégie est toujours valable ?


Est-ce que la méthode de sélection de titres à varié ?


              Est-ce que nous sommes entrés dans une nouvelle ère et/ou un nouveau marché où ce qui ne produit aucune richesse, voir en détruit,  sera valorisé sur de                      nouveaux critères ?
              Et donc le cours de l’action augmentera et se maintiendra ?


              Est-ce juste un passage ? Nous vivons des temps exceptionnels et c’est donc normal qu’il se passe des choses exceptionnelles sur l’évolution du cours des titres ?

              Donc nous devons nous poser ensuite la question est-ce que cela est déjà arrivé par le passé (même dans des proportions moindre ?)

              Si c’est un passage, de quoi parle t-on ? comment l’identifier ?




Les questions psychologiques et irrationnelles




               Est-ce que j’ai eu de la chance, et la chance ça finit par tourner

               J’ai eu tort de croire en cela, après tout, si il y avait une méthode miracle ça se saurait

               Mince j’ai l’air idiot maintenant, je voulais montrer que j’étais bon (pour flatter mon égo) et c’est l’inverse.

               J’abandonne la finance, ça coûte trop cher, j’ai trop perdu, je vais me mettre long, ou faire de l’immobilier il y a moins de risque.

               C’est peut-être le money management, alors changeons le, doublons ou triplons la mise, je suis plus fort que le marché.et je pourrai montrer à tout le monde                   que j’ai des grosses corones



Comme il est difficile voire impossible de contrôler ses pensées elles ont donc toutes traversées mon esprit, la journée, la nuit, bref c'était un peu le chaos dans mon crâne.







Jusque là normal, et j’ai traversé la vallée du changement (dès qu’un choc se produit, c’est ce qui se passe pour tout le monde. Ce qui peut changer d’un individu à l’autre, c’est la vitesse de sa traversée).









Mais l’idée générale, reste gagner de l’argent en tradant sur les 20 prochaines années (il faut donc accepter de marquer des temps morts où reculer d'un pas pour ravancer de 3 pas).









On le voit bien ici, le cours de sa société a bien entendu vécu des années négatives, il fallait donc avoir une solide confiance dans sa stratégie.






Donc doit-on renoncer à cette idée quand une difficulté se présente ?

              Si l’idée est profondément ancrée en moi comme c’est le cas (plus de 6 ans), absolument pas.

              Il faut passer par l’acceptation. (mais peut-on accepter l’inacceptable ?)

Une Grosse série de pertes tous les 6 ans et demi c’est acceptable, même normal.

Qu’est ce que l’on appelle grosse séries de pertes (c’est un portefeuille global qui baisse d’environ 15 % après avoir progressé de plus de 50 % ), donc oui il n’y a pas de débat, c’est acceptable et même sain. Sans cela le succès et la réussite pourrait même monter à la tête et amener n’importe qui à sortir de son money management et prendre des risques inconsidérés.


Il faut donc accueillir cette mauvaise série, avec bienveillance. Il y a un sens, celui de la réalité.



Maintenant que l’on est émotionnellement plus neutre, on peut commencer à investiguer pour identifier les raisons, les comprendre les analyser et donc estimer la durée et l’importance de cet évènement, et adapter (le cas échéant) la stratégie ou (toujours le cas échéant, considérer qu’elle n’est plus à l’ordre du jour).


Alors listons les évènements de manière factuelle



A quand remonte le dernier draw down ?


Combien de temps à t- il duré ?

Quel en était le catalyseur ?

Etais-je sorti de mon money management ?

Comment les choses sont revenues à la normale ?

Voici les réponses que j’ai trouvées

           De fin septembre 2017 à début janvier 2018

               Environ seulement 5 titres ont détruit de la performance (avec des – 250 % et – 300% )

               Environ 10 titres largement gagnants sont passés légèrement perdant

               RAS dans la sélection

Le catalyseur était la folie Blockchain j’en avais d’ailleurs fait un article notamment sur le gars qui avait rajouté blockchain sur son action (ltea qui a changé de nom pour la troisième fois en lbcc) ou sa société de boisson à base de thé et le titre avait pris presque 900 % en une semaine.





Tiens d’ailleurs c’est amusant, ça vient récemment de remonter (si ça aussi c'est pas un signe de bulle ...)





Si quelqu’un parvient à en trouver la raison (économique, ou financière), je lui offre un resto à Menton.





Le reste avait suivi.

         J’avais un troupeau de taureaux face à mois en train de charger. (un peu comme maintenant).


         Le bitcoin était en train de littéralement flamber, et même Nabilla en parlait, le record des 20 000 dollars venait d’être atteint.


Et puis en janvier 2018, tout a commencé à redevenir normal jusqu’à maintenant.

Donc ok situation déjà vécue mais avec moins d’intensité que maintenant.


CONCLUSION / on était en plan FOMO (fear of missing out)



Le hasard de la vie faisait que quelques bouleversements dans ma vie personnelle (décès de ma mère + décision de changer de région avec achat significatif d’un nouveau bien immobilier), m’ont amené à me retirer du trading quelques mois, histoire d’y voir plus clair.

Une fois la poussière retombée, j’ai repris la stratégie et les gains étaient à nouveau au RDV jusqu’en …

AVRIL 2021.

Les marchés venaient de dévisser violemment avec la crise du Covid et surtout le confinement qui mettait à l’arrêt l’économie

Mon portefeuille prend en quelques semaines + 20 000 dollars, que je réinvestis immédiatement sur pea en valeur type king artisto, et même (bref à fort dividende), un peu de bitcoin et d’éthereum



Mais d’avril à maintenant, plus moyen de dégager les mêmes performances,


l’impossible devient possible je prends quelques – 500 % et même sur une ou deux journées des – 700 %, avec des volumes x 3, x5 x 10 par rapport à la moyenne.
Pour finir par clôturer des positions avec des pertes d’environ 300 % (pour 2 positions) et des pertes latentes non négligeables




Impossible de savoir où l’ennemi va frapper.



Et pas sur une ou deux valeurs mais sur 4 ou 5 dans la même semaine (du jamais vu genre black swan).


Un véritable pearl Harbor. Et bien sûr  cela arrive une veille de WE de 14 juillet (histoire de bien te pourrir ton we avec ta femme)
.





Quand on est sous le feu, les idées ne sont plus très claires.

Même si mentalement j’avais déjà expérimenté ce genre de situation que ce soit quand j’étais chef d’entreprise, dans le sport (en combat de boxe thai avec un adversaire plus fort que soit) ou dans le trading, on est psychologiquement déstabilisé.


Ensuite les choses se calment on compte ses morts et on pense à la riposte.


Avant de passer  à l’offensive, on attend, on observe, on cherche à comprendre,  ou on continue comme si de rien n’était, toutes  les options sont sur la table.


J’ai considéré que ce serait comme la dernière fois en 2017, toutes les cartouches seraient tirées, et le cours de ces titres (pourris), baisserait tranquillement il ne me resterait plus qu’à attendre l’échéance des 6 mois.


C’était le rebond exagéré des banques centrales pour éviter un effondrement avec le covid.

Mais voilà que fin d’année ça recommence, incompréhensible

Les cryptos s’envolent

Le nasdaq pulvérise des records

Tesla fait le buzz

Game stop, reddit et robbin hood

Et cette fois c’est plus de la moitié de mes positions qui sont en négatifs dès le premier mois.

C’est la deuxième attaque pire que la première.


Le mot est lâché on est en bulle, et une bulle peut rester en lévitation longtemps même plusieurs années ? Impossible de savoir quand elle va se dégonfler.


Ok, un ours face à un troupeau de taureaux qui chargent c’est perdu d’avance. C'est ma conclusion.


Il vaut mieux se mettre un peu en retrait, et essayer d’apercevoir la fin du troupeau au beau milieu de la poussière avant de se repositionner et de toute façon il faudra se repositionner progressivement.




Nous en sommes là. Raison pour laquelle, je n’ai presque pas identifié de titre à shorter en février.


Mais alors comment savoir si nous apercevons actuellement le début du troupeau, le milieu ou la fin.


Il existe un indicateur très connu mais que je ne vois pas souvent sur Objectif ECO, c’est Google Trend (jumelles, tendance)








A priori on vient de voir passer une bonne moitié du troupeau mais ils en restent encore








En fait les mêmes causes produisent les mêmes effets



Voyons ce qui c’était passé en 2017






Un peu la même chose mais dans des proportions moindre




Bon tant qu’à faire faisons le même exercice sur le Bitcoin








Il n’y a pas si longtemps on parlait aussi du silver (avec reddit et toute la bande)






Nous pourrions bien sur chercher à corréler tout cela ensemble, mais je pense que si nous devons retenir un dénominateur commun, c’est la folie acheteuse d’une manière générale.


C’est un troupeau de taureaux, bisons, buffles ou ce que vous voulez, avec des meutes de loups derrière et sur les côtés essayant de temps en temps d’en orienter quelques-uns dans la direction voulue. (comme on le voit sur cette gravure, cette technique n’est pas d’aujourd’hui)





Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je me range aussi du côté de ceux qui pensent que nous sommes en bulle, sur toute une majorité d’actifs.


Moi qui travaille dans l’immobilier, je peux vous dire que l’on revit un peu la même chose qu’en 2007-2008. Je suis manager d’une agence immobilière à Menton, et la performance obtenue par certaines agences ou certains conseillers n’est pas en adéquation avec leurs compétences réelles. Quand le marché va se tendre, certains ne vont pas comprendre ce qui se passe, comme en 2008 et 2009. (cela fera l’objet d’un futur edito).

Que retenir de tout cela, les fondamentaux d’une stratégie fonctionnement en général 8 fois sur 10.

Nous sommes dans 2 fois sur 10 où ça fonctionne pas ou moins bien.



D’ailleurs j’ai lu que quelques gérants de hedges funds avaient pour la première fois généré une performance négative.



J’imagine que vous vous demandez maintenant ce qu’il faut faire …


Je dirai que savoir trader c’est parfois ne rien faire. Oui je le reconnais c’est psychologiquement difficile.

On s’habitue très vite à encaisser des gains régulièrement (c’est comme une drogue). Je conseille de ne pas se rendre dépendant à ça.

Il faut estimer ses limites émotionnelles, pour rester de marbre.


Comment ?



Lorsque l’espoir et l’attente d’un trader ne sont pas satisfaits, il souffre émotionnellement. Cela active la face cachée de sa personnalité et s’il insiste, ses réactions dans un tel contexte peuvent le pousser à l’autodestruction.

Quand on rencontre une perte sèche importante (aussi importante fût-elle), ce n’est qu’une perte que l’on doit vivre comme potentiellement passagère et en tirer toutes les conséquences et les enseignements pratiques.

Il ne faut pas penser argent, mais pensez processus d’intervention.

Trader c’est introduire de l’ordre dans le désordre apparent. Comme dans tous les domaines de la vie, sans plan d’actions, nous sommes comme le navire sans gouvernail, allant où le vent l’emporte.

Je pense qu’il ne faut pas avoir à l’esprit les gains où les résultats lorsque l’on entre en position. La seule chose qui compte c’est d’avoir un plan et de le suivre. En le modulant si besoin (ce que nous faisons en ce moment). Seul le processus d’application du plan doit être gardé à l’esprit.

Je pense vous communiquer sur la période de mars de nouvelles alertes, nous évoluerons progressivement.

Je vous ferai aussi quelques analyses avec des cas concrets qui démontrent que ces valeurs ne peuvent pas perdurer à ces niveaux de capitalisation.



Je vous dit donc à très bientôt 


Guillaume 





















































Poster un commentaire