Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

promospeciale

Mon opinion sur le pouvoir

Audience de l'article : 2392 lectures
Nombre de commentaires : 10 réactions

Avec vous, lecteurs que je ne connais pas, un lien s'est toutefois créé. Nous conversons. Certains participent par leurs commentaires, d'autres sont plus réservés, d'autres encore sont en opposition frontale. Quoiqu'il en soit notre "degré d'intimité" me permet, je pense, d'aller, de temps en temps, un peu plus loin que la misère fiscale.

Dans ce billet, je vais vous donner mon opinion sur le pouvoir. Il s'agit de mes émotions personnelles, sans prétention.

Toute ma vie professionnelle j'ai du composer avec le pouvoir. J'ai eu l'opportunité de le posséder officiellement, mon réflexe a été de le refuser. Ce n'était pas un principe réfléchi, mais un simple réflexe dont je ne tire aucune vanité.

Au début, comme tout un chacun, j'ai trié les hommes en deux camps, ceux qui cherchent le pouvoir et les autres.

Jusqu'à ce que je m'aperçoive que nul n'échappe au pouvoir.

L'exemple en est la queue au guichet de la SNCF ou de la poste:

            - Il y a d'abord le guichetier, qui détient le pouvoir effectif sur tous, tout le temps de sa prestation. Mais il le perd, au moment où il quitte sa fonction.

            - Il y a celui qui arrive au guichet. Il a une part de pouvoir car, tout en restant l'obligé du guichetier, il a pris le pouvoir sur ses successeurs dans la queue, jusqu'au moment où il quitte le guichet.

            - Il y a enfin celui qui est dans la queue et qui subit le pouvoir du guichetier et de celui qui est au guichet, sans autre possibilité qu'attendre. Ce que les deux autres lui font bien sentir. Mais, il sait qu'il est sur le point d'avoir, lui aussi, le pouvoir.

Ainsi l'on constate deux choses : le pouvoir est éphémère, mais tous le possèdent à un moment donné et à un degré donné.

Or, le pouvoir est frustration et seulement frustration. En effet, l'avoir d'une part responsabilise et d'autre part laisse supposer que l'on va le perdre. Ne pas l'avoir affecte l'idée d'être. Dans tous les cas, c'est l'insatisfaction.

Il me semble que les hommes peuvent se définir par leur rapport au pouvoir, puisqu'ils ne peuvent l'éviter. Eviter le pouvoir n'est pas possible, le garder ne l'est pas non plus. Tout comme la vérité, le pouvoir n'existe que ponctuellement, à chaque situation.

Or, au fond d'eux, les hommes arrivent à se convaincre, soit qu'ils sont des hommes de pouvoir, soit qu'au contraire ils n'en sont pas. Les premiers chercheront la possession constante du pouvoir, les autres, avec la même constance, le fuiront. Les deux seront malheureux, puisque le pouvoir, éphémère et fugitif, s'emparera d'eux ou les quittera quoiqu'ils fassent.

Les sages seront ceux qui, ayant compris l'inconstance et l'omniprésence du pouvoir, ni ne le rechercheront, ni ne le fuiront. Ils l'assumeront s'il se présente, ils ne développeront aucune frustration s'il s'absente.

Ayant ainsi réfléchi, la plupart des situations qui me surprenaient ne me surprennent plus.

Si ce billet peut vous apporter la même sérénité, j'en serai heureux.

Bien cordialement. H. Dumas

Poster un commentaire

10 commentaires

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas dimanche, 26 février 2012 15:21 Posté par Henri Dumas

    Merci pour ce commentaire très pertinent. 10 à 20% de réelle fraude fiscale me paraît plausible. Le reste, disfonctionnement lié en partie à vos explications, est un pillage connu et accepté par le plus grand nombre. Il tue effectivement chaque année des milliers d'entrepreneurs et affaiblit le pays, au delà des drames personnels qu'il provoque. Bien cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas dimanche, 26 février 2012 12:56 Posté par Henri Dumas

    Ils ne veulent que la soumission. Il n'auront la guerre qu'en cas de refus, peu probable. Le contrôle fiscal devrait assurer l'exacte application de la loi fiscale. Ce serait alors légitime. Mais en réalité, très vite, il devient un sûr-impôt. Cela tient à la confusion de la loi fiscale et aux pouvoirs exorbitants accordés aux contrôleurs. Si c'est le type de contrôle que nous connaissons en France qui, en Grèce, est installé par un autre pays, nous pourrons parler de pillage. Mais l'info est à vérifier. Cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas samedi, 25 février 2012 10:32 Posté par Henri Dumas

    Entièrement d'accord. Cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas vendredi, 24 février 2012 15:30 Posté par Henri Dumas

    Bonjour,
    Je n'ai pas les compétences pour vous répondre. En immobiler ce serait redressement. Bonne chance. Cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire breizh29 vendredi, 24 février 2012 14:12 Posté par breizh29

    bonjour Henri
    Vous qui êtes au courant des opinions malicieuses du fisc , j'aurai une question à vous poser .Récent artisan ayant demandé sa radiation(trop de charges et trop d'heures pour s'en sortir financièrement) je pense vivre de la bourse grace aux revenus issus d'un pea et avoir une petite entreprise d'auto entrepreneur pour beneficier de prestations sociales.
    Pensez vous que le fisc puisse requalifier les revenus tirés du pea comme proffessionnels et les taxer à 35% comme un compte titre.
    Y a t'il une solution pour éviter cela?
    Ceci n'est que de l'optimisation fiscale. Le tricheur c'est l'état qui n'en fini pas de taxer et oblige à trouver des solutions , voir à s'expatrier.
    Félicitations à tous les intervenants de ce blog
    merci
    cordialement