Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Acrithène

Acrithène

Acrithène est doctorant en finance, auteur d'un blog où il tente de combler le fossé séparant la science économique du grand public.

Le Blog d'Acrithène

promospeciale

Argent = effort, asocialité, égoïsme dans l'inconscient humain ?

Audience de l'article : 1650 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Cet article m’est inspiré d’une excellente lecture, Thinking Fast and Slow de Daniel Kahneman. Kahneman est un psychologue israélo-américain en grande partie à l’origine, avec Amos Tversky, de l’intérêt actuel des économistes pour la psychologie et du développement l’économie et de la finance comportementales. A ce titre, il a reçu le prix Nobel d’économie en 2002. Son livre vient de sortir en version française :Système 1/Système 2, les deux vitesses de la pensée.

Le livre n’est pas consacré à l’économie à proprement parler, mais parce qu’il s’intéresse à la formation des idées, il touche en fait à toutes les sciences humaines. La lecture en est rendue passionnante par les nombreuses expériences – certaines immédiatement réplicables – illustrant le propos de l’auteur. Celles qui m’inspirent ce billet sont des expériences dîtes de priming(« amorçage ») concernant l’argent.



Le priming consiste à exposer des individus à un stimulus – des mots, une histoire, une image, … – puis à analyser comment ce stimulus affecte inconsciemment leur réflexion ou leur comportement.

Par exemple, Kahneman évoque une expérience du psychologue John Bargh qui avait demandé à des étudiants de construire des phrases de 4 mots, à partir d’échantillons de 5 mots. Pour un des groupes, l’échantillon était composé pour moitié de mots évoquant, par associativité, la vieillesse, tels que Floridaforgetfulbaldgraywrinkle (Floride, oublieux, chauve, gris, ride). Une fois qu’ils pensaient l’expérience terminée, les étudiants devaient traverser un hall pour quitter les lieux. Le chronométrage du temps de traversée montrait que les étudiants exposés à des mots associés à la vieillesse marchaient significativement plus lentement.

Il y a quelques années, alors que je venais d’intégrer HEC, je fis partie de l’échantillon d’une étude de priming conduite sur le campus. Il s’agissait, pendant une heure, de répondre à des questions sur la manière dont nous percevions des marques. Au milieu de ce qui ressemblait à une enquête de sondeur, étaient éparpillées des questions sur l’argent, qui paraissaient n’être que des variables de contrôle. Avec un curseur, nous devions indiquer si nous nous sentions plutôt riche ou non, quel niveau de revenu nous espérions obtenir à l’issue de nos études etc… Deux groupes avaient été soumis à ce questionnaire. La différence entre ces deux groupes était que pour le premier, les écrans de veille des ordinateurs montraient des poissons nageant dans l’eau, tandis que le second groupe voyait des dollars flotter. L’écran de veille n’était visible que quelques secondes avant que nous saisissions la souris. L’objet de l’expérience était de montrer que les gens « money-primed » par les dollars mettaient le curseur significativement plus à droite sur les questions relatives à la monnaie que ceux exposés aux poissons.

Kahneman évoque toute une série d’expériences menées par Kathleen Vohs montrant comment notre esprit associe inconsciemment la notion de l’argent à des concepts ou des comportements :

  • Argent = effort/motivation : Un groupe « money-primed » passera deux fois plus de temps à tenter de résoudre un problème difficile avant d’abandonner.
  • Argent = égoïsme : Au milieu d’une expérience, une personne feint de faire tomber une trousse de stylos. Les individus « money-primed » tendent à ramasser moins de stylos pour l’aider. De même, si un autre étudiant prétend ne pas comprendre les consignes de l’expérience, son camarade « money-primed » aura moins tendance à l’aider qu’un camarade non « money-primed ».
  • Argent = asocialité : Après avoir été « money-primed » ou non, les individus sujets d’une expérience doivent placer deux chaises afin d’engager une conversation avec un individu extérieur. Les « money-primed » placent les deux chaises à une distance significativement plus grande : en moyenne 38cm de plus.
A mon humble avis, toutes ces expériences sont révélatrices de nos raccourcis de pensée, et de comment notre société implante en nous des relations d’associativité qui biaisent inconsciemment notre rapport à l’argent, sans que notre pensée consciente, la raison, ne s’en inquiète si nous n’y prenons pas garde. De nombreux articles de presse s’interrogent sur cette haine des riches qui semblent s’étendre sur la France. Il y a peut-être une enquête à faire du côté de la psychologie et de l’irraison…
Poster un commentaire