Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Acrithène

Acrithène

Acrithène est doctorant en finance, auteur d'un blog où il tente de combler le fossé séparant la science économique du grand public.

Le Blog d'Acrithène

promospeciale

L’Allemagne, ses vieux sages et sa balance commerciale

Audience de l'article : 1503 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
La Commission Européenne s’inquiète des excédents commerciaux allemands. Et elle a tort pour deux raisons. D’abord, cela ne la regarde pas. Et par ailleurs, elle a tort sur le fond.

Un bref rappel de ce qu’est la balance commerciale et de ce que signifie un excédent ou un déficit est sur ce sujet toujours important. L’essentiel du débat tourne toujours sur cette idée de compétitivité qui plaît tant aux hommes politiques et qui séduit l’esprit de l’honnête homme lecteur des journaux. Mais les balances commerciales répondent à des réalités beaucoup plus simples qui relèvent de contraintes physiques élémentaires.

Une nation a une balance commerciale positive quand elle envoie davantage de richesses à l’étranger qu’elle n’en fait venir. La contrepartie comptable, et physique, est qu’elle utilise moins de ressources qu’elle n’en produit. Cette production qu’elle n’utilise pas elle-même… passe la frontière, et est prêtée au voisin. En bref, cette nation épargne, prête de la richesse. Le cas inverse est celui d’une nation qui utilise davantage de ressources qu’elle n’en produit. Pour ce faire, elle est contrainte physiquement de faire venir ses ressources d’ailleurs : elle les emprunte.

Dans tout ceci, il n’y a pas vraiment de théorie économique, juste des implications physiques élémentaires qui s’observent dans la comptabilité nationale. Ce qui est important de comprendre, c’est qu’une balance commerciale positive est signe d’une économie qui prête à l’étranger. Une balance commerciale négative, c’est l’inverse. D’ailleurs, il n’y a en soi aucun mal à avoir une balance commerciale positive ou négative, de même qu’il n’y a aucun mal en soi à prêter de l’argent ou à en emprunter. Cela dépend respectivement d’à qui on prête l’argent ou de comment on utilise l’argent emprunté.

Il se trouve que les allemands sont prêteurs. Ce n’est pas une décision de l’Allemagne, mais plutôt l’agrégation du comportement des ménages allemands qui épargnent. Chercher à corriger ce phénomène est une prétention totalitaire. D’ailleurs, d’un autre côté, si l’allemand est prêteur, c’est bien qu’ailleurs, quelqu’un est emprunteur. Voilà pour ma rapide opinion sur le vœu d’un organisme politique de s’immiscer dans les décisions financières des citoyens.

D’un point de vue économique, il faudrait s’interroger sur la raison fondamentale qui pousse un pays à être un prêteur net ou au contraire un emprunteur net. La théorie du cycle de vie est ici utile.

Au début des années 1950, Franco Modigliani avait décrit simplement le comportement financier d’un individu au cours de sa vie.

  1. Jeune actif, il emprunte car il a des besoins de financement importants (maison, éducation…) mais n’a pas encore pu accumuler l’épargne nécessaire. Cet emprunt est possible dans la mesure où ses revenus salariaux futurs permettront de le rembourser.
  2. Dans la seconde partie de sa vie active, notre individu devient prêteur net. Il rembourse ses dettes et constitue le capital qui lui permettra de maintenir son niveau de vie lorsqu’il s’arrêtera de travailler.
  3. Enfin, à la retraite, notre individu recommence à consommer davantage qu’il ne gagne : il consomme son capital.
Autrement dit, il est normal qu’un pays dont une proportion énorme de la population prépare sa retraite se retrouve avec une balance commerciale positive. Les allemands produisent pour le monde entier, car ils espèrent que le monde entier produira pour eux quand une grande partie d’entre eux deviendra dépendante. Cette épargne sert à préparer le financement d’une balance commerciale qui deviendra négative. Le Japon a suivi exactement la même trajectoire. Des excédents colossaux, et aujourd’hui un déficit.

Cette attitude prévoyante est extrêmement saine. Et dans la mesure où une énorme proportion des européens s’apprête à prendre leur retraite, l’Europe entière devrait avoir une balance commerciale positive. C’est d’ailleurs le cas si on considère l’Union Européenne dans son ensemble.

Ce dont la Commission devrait s’inquiéter, c’est des peuples qui vivent à crédit vis-à-vis de l’extérieur alors même qu’une grande partie de leur population va devenir improductive. Le reste du monde ne devra rien aux retraités français, et c’est donc les jeunes qu’il faudra ponctionner pour les entretenir ! Je sais, je radote…
Poster un commentaire