Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

« Le Royaume de Dieu est dans l’être humain !… »

Audience de l'article : 1200 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Aujourd’hui, je voulais quitter le champ purement économique pour faire une incursion dans le domaine sociologique et des valeurs morales.

L’histoire humaine, notre histoire, est faite du meilleur et du pire, des plus belles créations aux plus terribles des massacres.

Au moment même où j’écris ces lignes, le monde est menacé par l’inhumanité de ses élites, l’avidité de ses banquiers ou de ses grandes multinationales. Le monde hésite entre la tentation des haines exacerbées entre Occidentaux et Russes, entre les islamistes du Califat et les judéo-chrétiens. L’Afrique s’enfonce dans la pire épidémie d’Ebola que le monde n’ait jamais connu et cette dernière finira tôt ou tard par tous nous menacer.

Notre pays lui-même est traversé, secoué par des forces terribles et des tentations épouvantables qui peuvent se matérialiser à tout instant, et pourtant, et pourtant, au-delà de nos différences, nous pouvons aussi partager de très nombreux rêves communs.

Cette histoire qui s’écrit sous vos yeux est avant tout celle d’une démission collective. La nôtre. Nous avons abdiqué notre pouvoir politique et nous l’avons confié entre de mauvaises mains.

Nous préférons le confort de la possession à l’inconfort de la vérité et du combat.

Nous préférons le mensonge qui rassure à la vérité qui dérange.

Nous préférons rêver endormis que l’effort de la construction réveillés.

Notre crise est économique certes, mais l’économie n’est jamais rien, comme les armes, qu’un outil à la disposition des hommes. C’est nous qui choisissons ce que nous en faisons.

Le progrès scientifique n’est pas l’absolu à suivre, il recèle même désormais de grands dangers car la science, la cupidité ne font pas forcément bon ménage. Certes l’humanité a accompli des avancées considérables dans sa capacité à s’entre-tuer et à s’autodétruire avec une efficacité jamais atteinte mais que dire de nos progrès moraux ?

Pensez-vous que nous avons tant changé que cela ? Que nous nous sommes « améliorés » ? Poser la question est déjà y répondre. Nous ne valons pas mieux que les générations qui nous ont précédés. Je pense même, si vous voulez tout savoir, que nous « valons » encore moins et pourtant le « Royaume de Dieu est dans l’être humain ». C’est simplement à chacun de nous de le trouver et de l’exprimer.

Je vous laisse donc lire et relire, pour certains découvrir ou redécouvrir, avec un regard neuf porté sur ces propos tenus par… Charlie Chaplin dans « Le Dictateur », un vieux film en noir et blanc (je dis cela pour nos moins de vingt ans) .

Ces propos n’ont pas pris une ride. Pire, comme l’ouvrage 1984, ils s’appliquent presque à merveille à l’époque que nous traversons.

« Je suis désolé mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir ni diriger personne, je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, blancs et noirs, nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur.

Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Dans ce monde, chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche. Elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre. Mais nous l’avons oublié.

L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction.

Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous pensons beaucoup trop et nous ne ressentons pas assez.

Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité.

Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse.

Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu. Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes.

En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes et d’enfants désespérés victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne les innocents.

Je dis à tous ceux qui m’entendent ne désespérez pas. Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’avidité de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplisse l’humanité.

Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples et tant que les hommes mourront la liberté ne pourra pas périr.

Soldats, ne vous donnez pas à ses brutes, à une minorité qui vous méprise et fait de vous ses esclaves, enrégimente toute votre vie et qui vous dit ce qu’il faut faire et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, et qui se sert de vous comme de chair à canon et qui vous traite comme du bétail.

Ne donnez pas votre vie à des êtres si inhumains. Ces hommes machines, avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur.

Vous n’êtes pas des machines !

Vous n’êtes pas des esclaves !

Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur.

Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n’est pas fait d’amour.

Soldats, ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté.

Il est écrit dans l’évangile selon Saint Luc « Le Royaume de Dieu est dans l’être humain », pas dans un seul humain ni dans un groupe humain, mais dans tous les humains, en vous, en vous le peuple qui avez le pouvoir : le pouvoir de créer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, vous avez le pouvoir : le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure.

Alors au nom même de la démocratie, utilisons ce pouvoir, il faut tous nous unir, il faut nous battre pour un monde nouveau, décent et humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse, la sécurité. Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir. Ils mentaient, ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses. Jamais ils ne le feront.

Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple alors il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses, il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité et avec la haine et l’intolérance.

Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur.

Soldats, au nom de la démocratie, unissons-nous tous ! »

C’est sur ces paroles intemporelles que je vous laisse. Je vous souhaite un excellent week-end.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitementwww.lecontrarien.com.

Charlie Chaplin – discours dans « Le Dictateur… par crazypelikaan
Poster un commentaire