Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Chroniques d'un entrepreneur expatrié.

Audience de l'article : 1364 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Je souhaite à tous les entrepreneurs du monde de vivre ce que je vis en ce moment. C'est du délire ici. L'activité est très soutenue pour un mois de septembre! Je bosse comme un fou, je ne savais même pas que j'étais capable de bosser autant. Tout va donc bien pour moi.

Mieux encore, la torpeur du mois d'août, permise par les congés des deux tiers de mes effectifs, aura été propice à la réflexion et à l'étude de mes différents projets. Je sais bien que je soutenais il y a deux mois que je ne voulais faire qu'une chose à la fois, mais c'est plus fort que moi. Impossible de m'en empêcher quand je vois les opportunités offertes par les pays émergents.

Des projets, des projets, encore des projets!

C'est juste hallucinant. Plus j'avance dans mes projets, moins j'en vois le fond... Je pense lancer deux nouvelles sociétés d'ici la fin de l'année. J'ai pratiquement terminé l'étude du modèle économique pour la première, dans le domaine de l'achat-vente et je peux vous dire que ça sent la win cette affaire. Pour la seconde, j'ai quelques tracasseries administratives à évaluer avant de pouvoir monter un business plan. Mais j'y crois beaucoup, s'il est bien un domaine où les entrepreneurs sont meilleurs que les autres, c'est dans la résistance face aux affres de la bureaucratie... Hahahahaha!

Je pense également augmenter mes moyens de production pour l'an prochain, ainsi qu'acheter un terrain pour y implanter durablement ma société.

Evidemment, même si la concrétisation de ces projets est pour le moment encore incertaine, il est agréable d'étudier de nouvelles opportunités plutôt que de retenir son souffle tous les mois, en espérant que les chiffres ne soient pas mauvais!

J'ai une sensation bizarre depuis que je suis ici. Le temps passe ici trois fois plus vite qu'en France. La seule conclusion logique, c'est que je me trouve au milieu d'une faille temporelle. J'ai toujours la sensation que les journées font quatres heures, ici. A peine vous avez commencé à bosser, qu'il est déjà temps d'aller au lit. Il est certain qu'à l'heure actuelle, mon taux horaire, n'est pas terrible. Pour le moment, j'espère! Mais je compte bien remédier à la situation dans les prochains temps!

Bon, à l'heure actuelle, la faille temporelle roumaine ne pose pas de problème particuliers vu ma situation de célibataire sans enfant. L'expatriation permet de faire le ménage par le vide! Du coup, j'ai le temps de faire du sport à raison de 4 à 5 heures par semaine, de commencer de nouvelles activités, comme des cours de langues, ou encore la lecture de plein de trucs pour lesquels je n'avais jamais pris de temps. Merci Internet! J'ai aussi pu me débarasser de la plupart des tâches rébarbatives que tout célbataire doit assumer (vu qu'il n'a pas de femme pour le faire... Je vous donne plus bas mon adresse e-mail si vous souhaitez péter un câble par écrit suite à ce propos misogyne).

Je me sens plus libre que jamais. Personne n'est là pour me dire ce qui est socialement acceptable ou non. Les enfants ne dorment pas mieux que moi en ce moment.

Mine de rien, la Roumanie est un terre d'accueil des plus attirantes pour les entrepreneurs. Elle a beaucoup d'arguments en sa faveur:
  • Une main d'oeuvre qualifiée et un coût entrepreunarial faible,
  • Une fiscalité lisible et douce, que ce soit sur le capital ou sur le travail,
  • Un coût de l'immobilier encore faible si on se trouve pas dans les centres villes des grands centres urbains,
  • Une excellente qualité de vie,
  • Une excellente sécurité,
  • Une bonne stabilité juridique,
  • L'une des meilleures connexions Internet au monde.
  • Une situation géographique idéale, aux portes de l'Europe et du Moyen-Orient.
  • Tout le monde parle anglais, voire français.
Il me parait de plus en plus surprenant qu'on ne s'intéresse pas à l'Europe de l'Est en parlant d'expatriation.

Si certains d'entre vous souhaitent des informations sur comment investir ou s'expatrier en Roumanie, voilà mon adresse email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

N'hésitez pas à me poser vos questions, j'y répondrai avec plaisir.


Toujours est-il qu'une chose m'apparait de plus en plus évidente. Je suis toujours encore un peu l'actualité française (oui, je sais, faut que j'arrête, cela peut nuire à ma santé!), et une seule conclusion s'impose. Les Français sont des truffes. Ils ont plein de compétences qu'ils pourraient exploiter en sortant le nez de leur pays. Mais non. Ils sont trop occupés à savoir ce qu'on a le droit de porter comme vêtements sur les plages.

Cela ne fera que moins de concurrence...

Jean-Noël, le réfugié économique, qui vous salue bien.
Poster un commentaire