Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Conquérir la bourse

Chroniques d'un entrepreneur expatrié: la stratégie, c'est bien, l'exécution, c'est mieux!

Audience de l'article : 835 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Cela fait très longtemps que je n'ai rien publié. Je me suis laissé entraîner, je suis happé par mon incroyable aventure entrepreunariale roumaine. Je me rends de plus en plus souvent compte de la chance que j'ai, d'avoir des compétences entrepreunariales et surtout de savoir executer correctement une stratégie.

Je lis plein de choses sur l"entrepreunariat, la gestion, le financement, enfin bref, sur la manière de gérer une société. Je lis souvent que la chose la plus importante est la stratégie, de savoir où on veut aller avec son entreprise. Je suis de moins en moins d'accord avec cette affirmation. Selon moi, l'execution de la stratégie est plus importante encore!

Que vaut une super stratégie si vous n'avez pas les compétences ou l'équipe adéquates pour l'executer? La meilleure des stratégies peut se révéler être la pire si elle est mal executée.

Si vous avez une stratégie floue, vous évoluez au gré des opprtunités qui se présentent à vous. Il n'y a qu'une bonne execution qui transformera une opportunité en activité, dans le monde réel. Une bonne execution maintiendra en vie une société, même si elle n'a pas de stratégie. Tandis qu'une mauvaise execution sera l'arrêt de mort de la société, même en ayant la meilleure des stratégies.

Dans une TPE comme la mienne, l'execution dépend énormément de la qualité et de la compétences du ou des dirigeants. Je ne parle pas de qualités humaines évidemment. On peut être le pire des salauds et savoir diriger une entreprise, si l'adhésion de l'équipe n'est pas une valeur importante.

Execution, execution, execution

Il y a trois mois environ, on m'a proposé de racheter ma société, de prendre une poste de direction (300 personnes) avec une paie de ministre. Tout cela parce que le dirigeant en question, ne trouve personne pour gérer sa filiale en Roumanie. En parlant avec lui de ma société, et de ma manière (je devrais dire notre manière, je ne suis pas seul sur le coup) de la gérer,  il a fini par me proposer un job. Il paraitrait que je gère ma boîte comme une grande société... Je n'en reviens pas!

Evidemment, vous vous doutez de ma réponse: merci, mais non merci!

En revanche, on me propose aussi de racheter une société, de la même taille que la mienne. Et là, ce n'est plus la même chose du tout! Je sens au fond de moi que je vais bientôt avoir besoin d'un nouveau défi. Il va évidemment me falloir encore un peu de temps pour stabiliser ce que j'ai déjà entrepris. Mais d'ici 12 à 18 mois, cela devrait rouler. Il va me falloir un nouveau challenge. Rendez-vous est donc pris, en attendant, je prépare le terrain.

Le changement, c'est maintenant!

Après avoir repris le sport et mis en place une première routine d'alimentation, je commence à avoir des résultats. Je ne perds pas beaucoup de poids, pour le moment j'espère! En revanche, mes performances physiques se sont considérablement améliorées. J'en suis à 100 kgs au développé couché et 120 kgs en squat. Je commence à travailler la capacité athlétique, toujours avec mon coach, en prévision de la saison rugbystique.

Evidemment, chercher la performance n'était pas le but de départ, en me reprenant en main. Mais c'est plus fort que moi, je ne peux pas m'en empêcher. Une semaine par mois, il me faut des séances de sport difficiles. Si on me demande 5 répétitions, j'essaie d'en faire 7 ou 8. Si on me demande 10, je vais chercher les 12 répétitions. Et j'aime ça...

Je me découvre moi-même! Je n'aurais pas cru pouvoir soulever 100 kgs en janvier dernier, je n'en soulevais pas 20!

Et tout ça, en un peu plus de deux ans... J'en suis encore surpris moi-même!

Jean-Noël
Poster un commentaire