Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Chroniques d’un entrepreneur expatrié, chapitre 1 : un nouveau départ.

Audience de l'article : 1993 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Cher lecteur,

J'écris cet article depuis mon nouveau bureau en Roumanie. Pendant que j'écris cet édito, deux ouvriers sont derrière moi, de l'autre côté de la fenêtre sur un échafaudage, pour refaire la façade du bâtiment. Et l'un deux chante à tue-tête... Voilà pour le côté pittoresque!

Je suis arrivé en Roumanie il y a deux semaines. J'ai passé la première semaine à régler des détails. Certains étant un peu plus importants que d'autres, puisque le premier "détail" à régler aura été mon emménagement! J'ai également eu la bonne idée de demander à un membre de mon entourage de m'accompagner durant mon déménagement. Si vous envisagez vous aussi de vous expatrier seul, un conseil, prenez quelqu'un avec vous pour les premiers jours, cela évite de se retrouver tout seul et de prendre la grande claque!

Après une rapide installation professionnelle, il était déjà temps de reprendre le travail. Je devrais plutôt dire commencer mon nouveau job au vu du changement que je me suis imposé.

La première semaine de travail aura été riche en émotions! Il m'aura fallu plus de temps que prévu pour prendre mes marques, laissant une certaine place  au désordre (bordel organisé est plus juste, en fait). Heureusement, toute mon équipe m'a soutenu et la production n'a pas eu à patir de ces changements. Toute l'équipe commence à prendre la mesure du changement et de ses conséquences. Certains salariés sont plutôt surpris et je vis déjà un certain choc des cultures. En tout cas au niveau professionnel!

Je ne peux qu'être d'accord avec Charles Dereeper lorsqu'il soutient que les français sont stressés. Le côté positif de la chose, c'est que le français est très productif. Mon équipe roumaine m'a déjà fait sentir que j'étais un peu stressant et exigeant sur le niveau de productivité...

Je sens que des coups de pieds aux fesses risquent de se perdre dans les prochains temps! D'un autre côté, la concurrence n'en sera que moins rude! Encore un point positif!

Toujours au chapitre professionnel, le niveau d'activité est bon. Même si pour l'instant, je n'ai pas encore attaqué le marché roumain, il est rassurant pour moi de pouvoir profiter d'une conjoncture bien orientée!

Coté personnel, mes amis roumains m'ont bien accueilli et m'ont déjà souhaité la bienvenue! Nous avons passé deux belles soirées! Je peux en tout cas vous dire qu'il est pour le moins sportif de suivre les Roumains pour faire la fête! Il me semblait pourtant avoir un certain entrainement, pour ne pas dire un entrainement certain...

Je n'ai malheureusement pas encore eu trop de temps pour me consacrer à deux de mes activités préférées, que sont le sport (à part un footing de temps en temps) et de découvrir le nouveau marché féminin s'offrant à moi. Je compte bien rattraper le temps perdu mais pour l'instant, la priorité des priorités, c'est de pérenniser mon projet en rendant mon équipe autonome.

Une petite anecdote me fait sourire en ce moment. Je devrais bientôt rencontrer un entrepreneur français, venu s'expatrier comme moi en Roumanie. Je l'ai contacté après avoir lu un de ses articles sur pourquoi et comment il a décidé de s'installer dans la même ville que moi. Nous avons convenu d'aller boire une bière pour faire connaissance (oui, j'aime bien lever le coude!) ! Je pourrais donc finalement ne pas être aussi bizarre que je ne l'ai pensé à un moment. A moins que nous soyons simplement deux...


Je termine donc cet édito comme d'habitude, par trois mots: VIVEMENT LA SUITE!

Jean-Noël




Poster un commentaire