Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Guillaume de Rouville

Guillaume de Rouville

Embaucher, virer, gérer les stocks et les clients, tout cela je l'ai vécu en gérant une entreprise d'un secteur traditionnel à 18 ans.

Cela m'a permis de confirmer l'objectif de ma prochaine décennie : créer une entreprise bénéficiant d'une croissance exponnentielle où 7% de croissance par semaine serait la norme.

Le monde des startups étant devenu tellement médiatique, il faut remettre à plat tous les postulats et utiliser les vrais outils des temps modernes, ceux dont personne ne parle. 

Je souhaiterais partager avec vous sur Objectif Eco tout ce que j'ai appris jusqu'à ce jour et tout ce que je vais apprendre sur le magnifique chemin qu'est la confrontation d'une idée au marché.

Dans le même temps, la vie heureuse peut se résumer au travers des 3F, qui sont : freedom, family/friends and fitness.

Comprendre les implications de chacun des ces pans de notre vie est indispensable afin de vivre une vie bien vécue. J'ai toujours voulu les optimiser, et cette quête d'optimisation n'est pas prête de s'arrêter.

Cheers,

guillaume.derouville {} gmail.com

Conquérir la bourse

Amazon monte son salaire minimum à 15$/heure, acte de charité ou partie d’échec ? Analyse stratégique

Audience de l'article : 1126 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais rebondir sur l’actualité et plus précisément sur la décision d’Amazon de monter le salaire minimum dans ses entrepôts à 15$/heure. Cette annonce a fait l’effet d’une bombe dans les médias, et le plan génialissime d’Amazon prend position. Je vous l’assure, la partie d’échec ne fait que commencer.

Pour résumer la situation en une seule ligne : cette décision va impacter positivement la croissance de l’entreprise. Pourquoi ? Car les médias ont oublié les milliards d’euros investis par Amazon ces dernières années dans l’automatisation des entrepôts (Rachat de la startup Kiva systems pour 775 millions de $ en 2012 environ). Ils peuvent gérer des centaines de millions de dollars de marchandises avec beaucoup moins d'employés aujourd'hui qu'il y a quelques années, et ils continuent de s'améliorer dans ce domaine.

De plus, Amazon veut maintenant se débarrasser des transporteurs et ouvre la porte à des indépendants afin de construire une alternative à UPS, La poste et autres concurrents … Ils promettent une aide à l’investissement pour le capital initial, des facilités de leasing pour les camions et jusqu’à 5M de CA annuel récurrent pour 200.000€ de bénéfice par an pour le gérant. Ils inondent les US de ce nouveau type de business en franchise/sous-traitance. Bref, une opportunité de se créer un job confortable :-)

La hausse à 15 $ ne signifie pas qu'ils paieront plus d'argent au total à la fin de l’année, mais qu'ils embaucheront moins de gens. Le salaire moyen des employés des centres de traitement des commandes était déjà de 13,68 $ au niveau des US en 2017 - et maintenant qu'Amazon réalise un profit, ces coûts salariaux supplémentaires découlant de la hausse des salaires réduiront le montant des impôts à payer, ainsi, le passage de 13,68 à 15$ n'est pas une augmentation des coûts de structure aussi importante qu’elle n’y paraît.

Mais il y a plus que ça.

Avez-vous remarqué à quel point Amazon appuie depuis 1 an ou 2 un salaire minimum fédéral à 15$/h ? Pourquoi pensez-vous qu’ils maintiennent cette position ? Parce que leurs progrès en matière d'automatisation les ont mis en mesure d’absorber ce surcoût, et qu'ils savent pertinemment que leurs concurrents sont à des années lumières de pouvoir rivaliser.

Ils savent que les petits commerces en ligne n'ont pas les moyens de payer 15$ de l'heure leurs salariés pour emballer des colis, ce qui les obligerait à se tourner vers Amazon pour optimiser leurs coûts logistiques. Ils savent par ailleurs que les grandes surfaces physiques n'ont pas les moyens de payer 15$/h les caissiers/ères, qui se verront contraintes d’augmenter leurs prix, envoyant de plus en plus de clients en recherche du meilleur rapport qualité-prix sur internet.

Mais, même ça, ce n'est pas le plus grand enjeu :

Son vrai ennemi, c'est Walmart. Et Walmart ne peut littéralement pas se permettre de payer 15 $ l'heure ses salariés. Walmart emploie environ 2 millions de travailleurs aux États-Unis et, à tout moment, travaillent un peu moins de 600 000 personnes, 24 heures sur 24, 7/7j. Walmart verrait ses coûts salariaux augmenter de près de 20 milliards de dollars/an si le salaire minimum était porté à 15$, soit environ 11 milliards de plus que leur bénéfice annuel total. Et ne vous méprenez pas, ces emplois de la grande distribution physique restent difficilement automatisables.

Ainsi, Amazon ne fait absolument pas de geste philanthropique. Il s'agit d'une démarche visant à gagner des parts de marché en paralysant/ mettant à défaut la concurrence tout en gagnant du capital sympathie auprès de la population.

Cheers,
Poster un commentaire