Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

L'aveu brutal

Audience de l'article : 1359 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Les cinq consignes des hommes de l’Etat dévoilées le 7 Mai par le Ministre Véran, à observer à partir du 11 Mai en cas de symptôme grippal :

– Contacter un médecin

– Qui vous fera faire un test et vous isolera préventivement s’il le juge nécessaire.

– En cas de positivité du test au coronavirus vous devrez rester isolé.

– Toujours en cas de positivité, les personnes en contact avec vous pendant votre période contagieuse seront recherchées.

– Ces personnes, appelées “cas contacts”, seront à leur tour isolées.

Voilà donc mis en œuvre les moyens raisonnables pour combattre la pandémie du coronavirus.

Il y manque un détail : quid des soins ?

On peut supposer, pour l’instant, que le médecin contacté vous conseillera le protocole du professeur Raoult, si vous êtes positif au coronavirus.

Bien, parfait.

Ces consignes simples auraient parfaitement pu être mises en œuvre à partir du 24 Janvier, date de l’apparition connue du coronavirus en France. Maladie présente en Chine depuis fin 2019, dont les paramètres et la dangerosité étaient parfaitement connus.

Rappelons-nous. Au lieu de cela, à cette époque les hommes de l’Etat étaient absorbés par les élections municipales dont le premier tour avait été fixé au 15 Mars, qui ont eu lieu, précédées de nombreuses réunions publiques contraires à toutes les règles de protection face à une pandémie.

Bien plus, pendant cette période les hommes de l’Etat ont publiquement, avec les énormes moyens de communication en leur possession, menti sur la réalité de la maladie, qu’ils connaissaient. Puisque le 17 Mars ils ont déclaré le confinement.

A partir du 17 Mars et donc jusqu’au 7 Mai, ils ont imposé des moyens collectifs inadaptés en réponse à la pandémie.

Pour finir, le 7 Mai, par cette déclaration logique de mesures personnalisées pour faire face au coronavirus.

Ce délai a été tueur. Leur responsabilité est probablement de l’ordre de 10 à 15.000 morts évitables.

Cette responsabilité est le fait d’une organisation collectiviste, égalitariste, imposée par la force de la loi.

Elle est à rapprocher des 100 millions de mort du communisme.

Mais ce n’est pas tout.

Arrive la crise économique, ne venant pas de la nature mais de leur fait.

Pour laquelle, après avoir eux-mêmes inoculé le virus de la pauvreté en détruisant le capital, ils se proposent d’appliquer les mêmes méthodes collectivistes, égalitaristes, par la force de la loi, au lieu de laisser le marché réguler l’économie, ce qu’il fait parfaitement depuis des milliers d’années.

Ici nous sommes dans le mensonge, toujours plus séduisant que la vérité, ce qui est la plus intolérable des souffrances.

Le communisme, puisque c’est bien ainsi qu’il faut appeler le socialisme, l’écologie, l’égalitarisme, et tous les sous-groupes qui lui sont rattachés qui vont des républicains au front national, a envahi la pensée de la France, réduisant à néant le libéralisme qui n’a plus aucun représentant.

La liberté, si hypocritement défendue, présente uniquement sémantiquement sur les documents et bâtiments officiel en France, n’existe pas dans la réalité économique.

Pire, les français ne connaissent pas la liberté économique, ils n’en ont ni le souvenir, ni l’enseignement.

Depuis des siècles tous les systèmes politiques qui les ont dirigés ont flatté leur jalousie, leur haine de la réussite du voisin, ont attisé leurs peurs, ont annihilé leur personnalité au point que ce soient eux qui quémandent leur statut d’esclaves, qui admirent leurs maîtres.

Les français sont dans un rapport sado-maso avec leur organisation collective, qui les étouffe, qui les tue.

Bercy est le dominant incontesté, brutal, violent, qu’ils vénèrent, qui les avilit, qui les réduit à rien, qui leur prend tout pour ce rien, qui entretient sur leur dos une armée de parasites, qui fait du mensonge la norme, du crime la règle, de la connivence et de la corruption l’aspiration nationale.

Dénoncer cette situation, comme je le fais depuis quinze ans, ne rime à rien, est vain.

Alors que cinq consignes simples permettraient de vivre paisiblement dans ce pays aux avantages naturels multiples.

– Supprimer le statut des fonctionnaires.

– Supprimer l’impôt sur le capital. Capital qui est la base du progrès et de la sécurité en toute chose, y compris en économie. Qui doit donc être privilégié ici comme ailleurs.

– Rendre les hommes politiques responsables de leurs promesses et de leurs actes.

– Garantir la propriété privée et supprimer Bercy son principal parasite.

– Réduire l’Etat à ses deux prérogatives essentielles, l’armée — exclusivement pour la défense du territoire –, et l’aide aux plus faibles, aux accidentés de la vie, pas aux fainéants.

Peut-on espérer le même retour au réel de la part des hommes de l’Etat pour la crise de l’économie que pour celle du coronavirus ? NON.

C’est l’opinion publique qui a eu raison de la stupidité face à la pandémie, c’est l’opinion publique qui désire la mort du capital, donc de l’économie. Rien ne peut aller contre l’opinion publique.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Bruno Koegler dimanche, 10 mai 2020 03:43 Posté par Bruno K

    Il suffit de copier Taiwan. Excedents budgetaires, excedents balance commerciale autant que la France a de deficits soit 70 milliards, cas de covid moins de 500 dont 3/4 deja gueris, 6 deces et aucun confinement!!!!