Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

« Une liste “noire” contre les paradis fiscaux et Valls achète les jeunes… » L’édito de Charles SANNAT

Audience de l'article : 1243 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Le monde continue à marcher sur la tête et ce n’est pas prêt de finir, hélas ! D’un côté, un scandale d’évasion fiscale d’ampleur internationale où l’on mélange tout, à savoir l’évasion fiscale, la fraude fiscale, et la mondialisation qui entraîne une logique et parfaitement compréhensible “optimisation” fiscale (compréhensible techniquement ne voulant pas dire moralement). De l’autre, un gouvernement de gauche qui tente de faire rentrer chez eux les militants “d’estrêêêême” gauche qui passent leur nuit debout, et des gamins qui n’ont encore jamais travaillé et qui sont encadrés dans les manifs par les syndicats de gauche aussi.

Dans ce monde qui va très bien, et qui raisonne de façon totalement hallucinante pour ne pas dire que tout le monde ou presque marche à côté de ses pompes, nous avons décidé la mondialisation. Enfin, pas nous, les grands psychopathes qui nous dirigent. Et la mondialisation c’est l’ouverture des frontières (c’est un fait, que l’on soit pour ou contre). Et l’ouverture des frontières, c’est le dogme (que l’on soit pour ou contre) de la libre circulation des hommes, des biens et… des capitaux !

Certains pensent que du coup, c’est la libre circulation du “bordel”… Ce n’est pas tout à fait faux, et nous nous retrouvons tous dans des situations totalement abracadabrantesques !

Ainsi, vous avez un type qui dirige l’Europe et qui avant dirigeait l’un des plus gros paradis fiscaux intra-européen… le Luxembourg ! Et cette même Europe, comme à chaque scandale de ce type, nous explique que l’on va faire des plans, prendre des mesures pour lutter contre un phénomène qui est la conséquence même des décisions que tous ces grands malades prennent… Et c’est à chaque fois le même coup de… communication pour “calmer” l’émoi (légitime) des populations.

La proposition “innovante” des Allemands qui prennent 500 millions d’Européens pour des abrutis !

Alors maintenant, il est grand temps de réagir n’est-ce pas ? Et c’est là que le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble avance une proposition d’une originalité digne à bouleverser le monde entier par son originalité et son efficacité !

Oui, mes chers amis, (roulements de tambours, suspens insoutenable), Wolfgang Schaüble propose que l’on instaure une “liste noire” des paradis fiscaux…

Je ne vous dirai pas qu’à chaque scandale, on propose des listes “noires”. La liste noire des compagnies aériennes moisies à chaque fois qu’il y a des crashs d’avion mais sur laquelle à la fin il n’y a plus aucune compagnie inscrite ou presque.

La liste “noire” des paradis fiscaux n’est pas nouvelle non plus. Sarkozy, quand il était président, avait aussi la liste noire du G20… Bon, tout cela a terminé en liste grise, puis tous les pays ont été blanchis et l’évasion “fraudesque” de l’optimisation fiscale se poursuit allègrement et tout le monde s’en fiche éperdument puisque l’idée même du système est de permettre aux grosses entreprises d’échapper aux impôts et aux réglementations nationales.

Tout cela relève donc d’une grande “comédie humaine” pathétique dont le citoyen ne doit plus se rendre complice en faisant semblant d’y croire.

Plus proche de nous, en France même, le gouvernement Valls, qui a peur de valser, danse sur le volcan social dont il a lui même allumé la mèche avec une proposition de loi absolument stupide, faite sans concertation et qui ne pouvait conduire, à 1 an des futures échéances présidentielles, qu’à cet embrouillamini… À se demander si ce n’est pas un acte manqué !

Enfin, si le petit Manu est en marche, le grand Manu, lui, est toujours ensuqué dans son palais de Matignon qu’il ferait mieux de quitter fissa s’il ne veut pas se “filloniser” à grande vitesse…

Enfin moi je dis ça uniquement parce que le PS a décidé de primaires alors que l’autre mamamouchi élyséen est bien le seul à croire encore qu’il a ne serait-ce qu’une chance de faire un deuxième mandat en se retrouvant au second tour contre Sarkozy qui lui aussi croit qu’il a encore une chance…

Tout cela est tellement ridicule qu’il vaut mieux s’en bidonner en attendant de pouvoir, comme électeur, renvoyer ces deux malotrus dans leurs foyers.

Donc Valls, du coup, pour se sortir d’un mauvais coup que l’on pensait un bon coup et que l’on faisait pour faire un coup politique et un coup de communication et qui se transforme en gigantesque coup de pied au cul, tente d’amadouer le jeune pour ne pas dire de l’acheter avec des mesures qui n’ont rien à voir avec les raisons initiales de la contestation.

Acheter les jeunes et augmenter encore les dépenses…

Pour faire rentrer les gamins chez eux, il faut donc surtaxer les CDD – du coup, au lieu d’alléger les charges on termine par les augmenter. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, chacun son avis, en revanche nous pourrons tous nous accorder sur le fait qu’au départ, la loi El Khomri c’était pour réduire le coût du travail et faciliter les embauches… Là, le résultat c’est qu’on augmente le coût du travail et qu’il y a de fortes chances que du coup, ça marche encore un poil moins bien si c’est un poil plus cher !

À ce niveau-là, ce n’est plus de l’incompétence, c’est de la connerie en or massif.

Mais ce n’est pas tout. Comme notre pays croule sous le pognon en trop, ils proposent de filer 4 mois de bourse après obtention du diplôme. Je précise, à toutes fins utiles, que le principe de la bourse c’est de financer les études… Une fois qu’on a fini les études, il n’y a plus de bourse par définition, mais maintenant il y aura la bourse après études pour financer la rentrée dans la vie active…

On va aussi augmenter la rémunération des apprentis… C’est bien ça… Mais à ce rythme, l’apprenti qui ne sait rien faire coûtera plus cher que le gus qui, lui, a déjà appris… Là encore, nous confondons tout et nous nous trompons sur l’essentiel.

Tout ne se vaut pas ! Et c’est ainsi…

Tout ne se vaut pas et vouloir le faire croire est une ineptie. L’égalitarisme à la française est une catastrophe pour notre pays.

Rien ne se vaut et tout est différent, dire l’inverse c’est vouloir faire croire que l’eau est violette, que la terre est plate et le ciel rempli d’éther…

Un apprenti n’est pas un salarié expérimenté ! C’est différent ! Tout comme sont différents un sénior qui n’est pas un junior, une femme qui n’est pas un homme, un blanc qui n’est pas noir et inversement, tout est différent et rien n’est équivalent, et la force de la nature et de la vie c’est justement les différences.

En revanche, là encore, ce qui est indispensable c’est l’égalité des droits !!

Le noir et le blanc, le grand et le petit, le laid et le moche, l’intelligent et l’abruti, le riche et le pauvre, nous devons être égaux en droits ! Et c’est cette égalité de droit qui différencie une société développée d’une société qui ne l’est pas.

Mais nous confondons l’égalité des droits avec l’égalitarisme en tout, ce qui débouche sur des solutions totalement erronées.

On va donc augmenter le salaire de celui qui ne sait par définition rien faire, l’apprenti, dont le rôle est d’apprendre… Voilà une excellente mesure pour développer l’apprentissage vu qu’à l’arrivée, c’est tout de même l’employeur qui paiera “l’augmentation” décidée…

Dans le même temps, le Medef, qui n’a rien dit contre la réforme du prélèvement à la source qui sera opéré par les entreprises (pour qui ce sera un sac de nœuds) en espérant les avantages de la loi El Khomri, se retrouvera sans aucun avantage, avec des coûts à assumer en plus, des tâches administratives supplémentaires et … des apprentis à augmenter. Autant dire que Sapin devra ravaler sa réforme du prélèvement à la source.

À l’arrivée, de tout ce qui a été annoncé rien ne se produira… Mais pour retourner au point mort, nous aurons encore augmenté le montant des dépenses…

Quel bilan superbe…

En attendant, mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT

“Insolentiae” signifie “impertinence” en latin
Pour m’écrire Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Pour écrire à ma femme Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL, “patrimoine, emploi, localisation”. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.


Source Boursorama ici sur le plan allemand hilarant pour lutter contre les paradis fiscaux 

Source Boursorama sur les mesures totalement stupides pour les jeunes
Poster un commentaire