Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Thibault Doidy de Kerguelen

Thibault Doidy de Kerguelen

Je suis président de la Compagnie Financière et Patrimoniale de Normandie. Vous pouvez me suivre sur mon site http://maviemonargent.info/

promospeciale

Il n’y a plus de limites à la négation de la propriété privée!

Audience de l'article : 1651 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
drapeaux-chypre-et-europe-300x169 

La  date d’hier est à inscrire d’une pierre noire. Vous ne vous en êtes peut être pas rendu compte, mais nous avons changé de paradigme dans la journée du samedi 16 mars 2013.

Hier a été signé un « plan de sauvetage » des banques chypriotes. Entre qui et qui? Comme toujours, entre l’Eurogroupe et le FMI

Chypre avait demandé en juin une aide financière pour notamment renflouer ses deux principales banques, plombées par la crise grecque.

Sans entrer dans le détail des évènements qui ont amené Chypre à intégrer l’Europe, puis la zone Euro, avec une économie plus que précaire, vivant difficilement avec un territoire amputé et occupé par la Turquie, il nous faut tout de même rappeler que les banques chypriotes, outre qu’elles ont subi de plein fouet larestructuration des créances de la Grèce imposée par Bruxelles, « cut off » dans lequel leurs deux plus grands établissements ont subi une perte cumulée de 4,5 milliards d’euros, ont largement triché depuis des années et que cela était su de tous (lisez l’excellente analyse de Jean Pierre Chevalier, certes à la fois un petit peu technique et un tantinet agressive, mais comme toujours fort bien documentée). Il y a longtemps que nous avions prévu que Chypre serait le domino suivant de l’édifice Euro à flancher. En fait, personne ne s’en inquiétait  car les sommes en jeu au regard des risques que représentent des pays comme l’Espagne, l’Italie ou la France sont dérisoires. Pour remettre définitivement Chypre sur les rails, il suffirait de 17Md€, soit le quart du déficit prévu de la France, rien que pour 2013….  

Entre 6.75 et 9.9% de tous les avoirs bancaires saisis!!!!

Ainsi donc, les « ministres » des finances de l’Eurogroupe, Madame Lagarde et quelques grands technocrates, ont trouvé tôt samedi matin ce qu’ils osent appeler un « accord » sur un plan d’aide de 10 milliards d’euro. En contrepartie de leur aide, les bailleurs de fonds ont exigé de Nicosie un compromis inédit: instaurer une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires!!!!

Cette taxe, une fois entérinée par le parlement, sera de 6,75% sur les dépôts bancaires en-deçà de 100.000 euros et de 9,9% au-delà. C’est ni plus ni moins que de la spoliation. Imaginez que demain, on vous annonce que parce que des banques françaises ont triché, vous perdez 10% de tout ce que vous possédez en banque…., comme ça, sur décision de quelques politiques et de quelques technocrates. Il n’y a plus de propriété individuelle, de propriété privée. Rien de vous appartient et à tout moment ce que vous possédez peut être réquisitionné, nationalisé parce que l’Etat en a besoin. Ceux qui dénoncent depuis déjà un certain temps la dérive soviétique des instances européennes vont encore trouver là une preuve supplémentaire de leur thèse. Oui, il faut bien avoir conscience que ce qui est exigé aujourd’hui aux Chypriotes peut l’être demain aux habitants de n’importe quel pays faisant appel à l’aide de l’Europe ou du FMI, la France y compris.

Retirer le maximum, voire tout, avant le vote de la loi…

Ce qui devait arriver arriva et c’est désormais à Chypre une vraie course contre la montre. Des dizaines d’épargnants se sont précipités pour retirer de l’argent aux distributeurs automatiques de leurs banques, des sociétés mutualistes de crédit ont dû fermer leurs portes pour éviter une ruée aux guichets. Les réactions des Chypriotes sont unanimes, voir amputer leurs économies de toute une vie de 10% sur décision d’instances étrangères et non démocratiques les révolte.

Plus aucune confiance dans les organismes bancaires, ni à Chypre ni ailleurs…

Précisons que cette taxe concerne tous les dépôts dans les banques de Chypre, qu’ils soient propriété des citoyens chypriotes ou on, de résidents chypriotes ou non. Chypre était une place bancaire reconnue et appréciée. Sur les 69 milliards d’euros qu’abritent les banques du pays, 37% sont détenus par des non-résidents. Les conséquence de cette spoliation peuvent se faire sentir bien au delà de l’île. Imaginez un instant ce qui risque de se passer si les investisseurs dans les autres pays européens bénéficiant d’un plan de sauvetage décidaient à leur tour de retirer leurs fonds, par crainte d’une ponction identique….

Le Président chypriote vient d’annoncer dans une allocution assez falote ne pas avoir eu le choix et accepter cette mesure qu’il qualifie de « la moins douloureuse au regard des circonstances« .  Je ne sais pas si renoncer au principe de la propriété privée, si établir un précédent selon lequel les avoirs bancaires ne sont pas inaliénables n’est pas la mesure la plus douloureuse qui soit. Comment un citoyen européen peut il avoir désormais la moindre confiance en sa banque? Cette mesure va fragiliser tout le système bancaire de la zone Euro.
 
Poster un commentaire