Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

Téhéran dicte ses conditions et monnaiera son pétrole en euros!

Audience de l'article : 1375 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Si cette information se confirme, alors ce sera un véritable coup de poignard que recevra le roi dollar qui n’a de valeur que de part son indispensable utilisation pour le négoce des matières premières à commencer par la première d’entres elles: le pétrole.

Charles SANNAT

L’Iran souhaite que l’achat de son pétrole se fasse en euros et non en dollars, selon une source de Reuters proche de la Société nationale iranienne du pétrole (NIOC).

Téhéran présentera ainsi des factures en euros pour les contrats nouvellement signés avec l’entreprise pétrolière française Total, l’espagnole Cepsa et Litasco, filiale de courtage du géant russe Gazprom.

L’Iran demande également à ce que les paiements qui étaient jusque-là gelés du fait des sanctions internationales soient versés en euros. Aussi l’Inde devra-t-elle s’acquitter du règlement d’une facture s’élevant à six milliards de dollars en euros (soit 5,3 milliards d’euros), a-t-on appris de sources proches du gouvernement indien.


L’Iran milite depuis des années pour que l’euro remplace le dollar comme devise de référence dans le commerce du pétrole. Ce combat prend tout son sens depuis la levée des sanctions le mois dernier, qui a fait de l’Europe l’un des principaux partenaires commerciaux du régime de Téhéran.En janvier, l’Union européenne a adopté la levée des sanctions économiques et financières contre l’Iran, juste après le feu vert de l’AIEA à la mise en œuvre de l’accord nucléaire signé en juillet avec les grandes puissances.

L’accord garantit le caractère civil du nucléaire iranien et rend quasi impossible la construction d’une bombe atomique. Sa signature, en juillet 2015, a mis fin à plus d’une décennie d’isolement diplomatique de l’Iran, dont l’économie a été lourdement pénalisée par les sanctions occidentales.


Lire la suite: 
Poster un commentaire