Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

Le spectre de 2008 de retour dans quelques mois ?

Audience de l'article : 1455 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Est-ce que « tout va bien se passer »? Rien n’est moins sur.
La seule véritable bonne nouvelle pour nos porteurs de lunettes roses à commencer par le grand manitou du palais c’est évidemment comme nous l’a rappelé Mario Draghi, que les Banques centrales feront tout ce qu’il faut pour éviter l’effondrement.
Le problème c’est qu’en faisant « tout » ce qu’il faut, on fait aussi ce qu’il ne faut pas et qu’en faisant ce qu’il ne faut pas on crée les conditions d’un autre type d’effondrement causé par les remèdes utilisés pour éviter l’effondrement précédent.L’économie c’est un peu comme un corps malade. On peut donner des médicaments.
Mais les médicaments ont des effets secondaires. C’est pour cela qu’il y a des études médicales avant la mise sur le marché.Et bien là nous donnons des cocktails de médicaments de plus en plus nombreux et dont les effets n’ont jamais été étudiés.Il y a donc peu de chance qu’à l’arrivée tout se passe bien… mais profitons-en tant que tout cela marche!!

Charles SANNAT


La monnaie ne circule pas. Or, un dollar injecté dans l’économie n’a d’intérêt que s’il passe d’un portefeuille à l’autre, prévient David Baverez. Ce financier-voyageur voit deux signes annonciateurs d’une année 2016 qui, potentiellement, serait à l’image de 2008. Nous l’avons rencontré.
David Baverez est un financier-voyageur. Depuis Hong Kong, où il vit depuis quatre ans, il plaide pour une réforme en profondeur des structures de coûts des économies occidentales, trop lourdes et trop dépensières. Dans son livre Génération tonique(éditions Plon), le financier français explique comment la « démocrature » chinoise négocie les révolutions énergétiques et technologiques à son avantage. Et comment l’Europe pourrait s’en inspirer. Trends-Tendances l’a rencontré lors de son récent passage à Bruxelles, au B19 Country Club.

Les banques centrales ont créé de la liquidité monétaire mais elles n’ont pas réussi à créer de la vélocité monétaire.

Faut-il craindre le retour du spectre de 2008 dans quelques mois ? C’est en tout cas ce que présume David Baverez : « Malgré les mesures des banques centrales, la croissance économique mondiale s’essouffle. Ces banques ont fait leur travail pour nous éviter la déflation des années 1930. Elles ont créé de la liquidité monétaire mais elles n’ont pas réussi à créer de la vélocité monétaire. La monnaie ne circule pas. Or, un dollar injecté dans l’économie n’a d’intérêt que s’il passe d’un portefeuille à l’autre. Faute d’exiger des réformes structurelles, les banques centrales n’ont pas atteint cet objectif. On constate que le manque de confiance des consommateurs encourage les comportements d’épargne, qui engourdissent l’économie en immobilisant la monnaie sur des comptes. »

David Baverez voit deux signes annonciateurs d’une année 2016 qui, potentiellement, serait à l’image de 2008 : « La dette corporate dans les pays asiatiques émergents, ainsi que la dette du pétrole et du gaz de schiste aux États-Unis. À 40 dollars le baril de pétrole, l’économie américaine perd des milliards chaque trimestre. »

Source ici



Poster un commentaire