Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

Madrid révise à la hausse son déficit public… Comme prévu !

Audience de l'article : 1162 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
C’est un article du Monde qui nous explique, je cite, que “le gouvernement conservateur espagnol a entériné, mardi 19 avril, son incapacité à respecter les objectifs de déficit public fixés par Bruxelles pour 2016 et 2017. Présenté au Parlement par le ministre de l’Économie, Luis de Guindos, le nouveau programme de stabilité espagnol, qui doit être envoyé dans les prochains jours à la Commission européenne, table sur un déficit de 3,6 % du produit intérieur brut (PIB) cette année, loin des 2,8 % exigés initialement par Bruxelles. En 2017, le dérapage devrait être plus accusé, avec un déficit de 2,9 % au lieu des 1,7 % ciblés par la Commission”.

Alors on fait quoi maintenant ?

On vous explique que les 2 % de croissance en Espagne sont liés à un déficit de 3,6 % ?

On vous explique que tout va bien se passer et que c’est la reprise en Espagne et que cette reprise va pouvoir continuer avec des déficits ou qu’il va falloir faire des plans d’austérité pour rentrer dans les clous ?

Encore une fois, que ce soit pour la Grèce, l’Espagne ou l’Italie, le Portugal ou encore la France, il n’y a plus de solution.

Soit vous maintenez un semblant d’activité et cela ne repose que sur des déficits supplémentaires qui mènent à l’insolvabilité, soit vous faites de l’austérité et vous allez aussi vers l’insolvabilité par la déflation.

La situation est irrémédiablement compromise et nous sommes en faillite. La seule solution c’est que la BCE monétise la dette de tous les États, ou que chaque pays retrouve sa souveraineté monétaire.

Charles SANNAT

Source Le Monde ici 
Poster un commentaire