Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

Finalement, en Espagne, rien ne va plus non plus… Et zut !!

Audience de l'article : 1502 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
C’est un article de La Tribune qui nous explique que malgré la formidable reprise qui a secoué l’Espagne ces dernières années, malgré la baisse monumentale du chômage, ou encore la croissance géniale de ce pays qui nous a été tant vantée par les médias, sans oublier le redressement spectaculaire de la péninsule ibérique, finalement, “Madrid va demander un délai d’un an pour atteindre ses objectifs de réduction des déficits publics”.

Je ne vous dirai pas qu’il y a deux jours je vous ai écrit un article concernant le Portugal et qui était exactement sur le même sujet avec Lisbonne qui ne pourrait pas respecter ses objectifs de déficits… Et pour cause, encore une fois, ce que l’on vous raconte sur les miracles économiques chez les autres est tout simplement totalement mensonger !!

Un déficit à 5 % !

“Le gouvernement espagnol a l’intention de demander à la Commission européenne un délai supplémentaire d’un an pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des déficits publics, a rapporté dimanche le quotidien El Pais. Le déficit espagnol a représenté 5 % du produit intérieur brut (PIB) en 2015, un chiffre nettement supérieur à celui de 4,2 % convenu entre Madrid et l’Union européenne, ce qui fait de l’Espagne l’un des plus mauvais élèves d’Europe en la matière.

Pour ramener le déficit 2016 à 2,8 % du PIB, comme prévu initialement, le gouvernement devrait trouver environ 23 milliards d’euros par le biais de coupes dans les dépenses et de nouveaux prélèvements.”

Bref, autant dire que tout cela n’est pas gagné… Non seulement ce n’est pas gagné mais en plus, une crise européenne phénoménale se précise.

Charles SANNAT

Source La Tribune ici  
Poster un commentaire