Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

L'inattendu et la Bourse

Audience de l'article : 1781 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

La journée Financière du 19 Mai 2010 s’est soldée, la nuit venue, par l’apparition d’une étrange lumière qui pulsait d’un halo sans pareils, ainsi que par la montée  d’une étrange mélopée d’excitation dont il émanait, lorsqu’on tendait l’oreille, un allègre concentré d’expressions bigarrées :

 

« Incroyable ! » ; « Je le savais ! » ; « Je suis trop bon ! » ; « Sensationnel ! » ; « Génial ! » ; « Magique ! » ; « Formidable ! » ; « Quand je vais dire ça … » ; « Exceptionnel ! » ; « Champagne ! » …

 

Quelle conjonction des astres pouvait donc enflammer le ciel ainsi, et d’où venaient cette légion de satisfecit ?

Quelques joyeux travaux d’acoustique et d’optique me permirent rapidement de définir l’origine de ce signal extraordinaire.

Et, c’est ainsi que je vis, au sein de l’infini de bitume de l’espace Finance, juste à coté du « W » de Cassiopée, se tracer de manière éclatante le « S » de la constellation Sperian !

Pour les Béotiens, rappelons simplement que Sperian Protection est une discrète société Française qui se trouve être le n° 1 mondial de la conception, de la production et de la commercialisation d’équipements de protection individuelle (Masques, bouchons anti-bruit, solutions de lavage, chaussures de sécurité, etc …).

J’entrepris avec entrain de retracer les positions successives de la dynamique astrale de Sperian pour être rapidement frappé par l’évidence  … Œufs carrés … pardon … Eureka !

Résumons à la grosse la trajectoire récente de Sperian :

Fin Mars 2010, l’action Sperian valait environ 46 euros.

L’annonce d’une OPA amicale sur le titre fit bondir allégrement la valeur de 50%.

Rapidement, une grenade lâchée par la rumeur d’une « contre OPA » fit jaillir le cours de 30% supplémentaires.

Enfin, le 19 Mai 2010, la société Honeywell annonça, en accord avec le management en place, qu’elle rachetait la totalité du capital de la société pour une valeur de 117 euros par action ; ce qui s’exprima comme un baril de poudre … faisant sourdre le cours de 30% supplémentaires !

Bref, en un mois et demi le crédit de l’action fut multiplié par 2,5.

Pour certains actionnaires, ce fut un coup inespéré au sein d’un environnement spéculatif particulièrement atone depuis Janvier 2010… et, c’est la liesse de leurs murmures, de leurs feux de joies qui m’avaient sorti de ma torpeur.

Bien entendu, il y a dans cette réussite insolente plus de chance que de talent

Cependant, cet événement me permit de mettre en exergue deux phénomènes dont je voulais vous entretenir ici.

 

Le premier point est aussi désopilant qu’annexe, mais fort révélateur du manque de fond et de rigueur de la plupart des intervenants actuels.

            Il réside en l’analyse du contenu de « News » qui tombèrent comme la petite vérole sur le bas clergé …  plusieurs dizaines de « news » en un mois et demi que dura l’affaire Sperian !

Je copie à l’identique, ci-dessous un exemple du charabia que l’on trouvait sur tous les prompteurs :

 

 

SPERIAN PROTECTION : Attendre une correction pour se positionner

 

 

SYNTHESE
Le MACD est positif mais inférieur à sa ligne de signal. La dynamique en cours est interrompue. Dans le cas où le MACD deviendrait négatif, le repli des cours pourrait se poursuivre. En outre, le RSI montre des signes de fragilité car il est particulièrement suracheté. Les indicateurs stochastiques ne donnent pas de signaux clairs pour les jours à venir. Les volumes échangés sont inférieurs à la moyenne des volumes sur les 10 derniers jours.

MOUVEMENTS ET NIVEAUX
Le titre est orienté à la hausse. Il est au-dessus de sa moyenne mobile 50 jours. La moyenne mobile à 20 jours est supérieure à la moyenne mobile à 50 jours. Le support est à 113,77 EUR, puis à 113,21 EUR et la résistance est à 116,01 EUR, puis à 116,57 EUR.

 

Jadis, jeune pousse naïve du trading, j’ai tenté d’exploiter ce genre de message … jusqu’au moment crucial où je compris l’indicible

Ces « news » étaient l’œuvre de robots … elles étaient produites en série par des automates … puis vendues par des petits malins à des pigeons … qui se chargeraient de les refourguer à des blaireaux !

Pas d’intervention humaine dans le cycle, pas de vérification de l’information, pas d’adaptation au contexte.  

Hormis, en ce qui concerne le titre de l’article « Attendre une correction pour se positionner »… ben voyons … rien de se qui est écrit n’est faux sur le plan logico-mathématique, mais tout sonne faux à la lumière de l’actualité de l’entreprise !

Il manque simplement dans la boucle … un homme qui travaille un peu du chapeau … vous savez … un homme … cet équipement qui passe à la trappe dès que l’on veut améliorer le « bottom line » d’un compte résultat.

Le second point concerne la bourse et votre cerveau; je vais donc focaliser mon regard sur la bourse et vos comportements.

Je souhaite simplement vous entretenir du thème : l’inattendu en bourse.

Et, vous découvrirez combien est vraie l’expression favorite d’un auteur qui m’est cher; une pensée qui figure en ouverture  d’un livre qu’il a publié aux Editions Edouard Valys : « Le trader et l’investisseur sont sous le contrôle d’émotions inconscientes, et leurs actes sont dénués de la logique dont ils se prévalent ».

Contre toute attente, il existe au sein du cerveau, une zone spécialisée dans le traitement de l’inattendu, c'est-à-dire un volume de matière grise que les spécialistes des neurosciences nomment le « centre du Oups !».

L’homme partage avec les grands singes le privilège d’être le seul genre connu à posséder cet appareillage. Nous  disposons néanmoins d’un doublement de capacité vis-à-vis de nos cousins.

Ces cellules spécialisées dans le phénomène de surprise se nomment « cellules fusiformes ».

Elles se situent au cœur de ce que l’on nomme le « cortex cingulaire antérieur », une structure qui fait donc office de tour de contrôle … quelques autres zones subalternes et éloignées étant aussi impliquées à plusieurs degrés.

Pourquoi diable, la nature nous a-t-elle affublée de cette spécificité qui est de réagir avec vigueur aux évènements inattendus ?

Parmi les premiers hominidés devant survivre dans des conditions particulièrement inhospitalières ne résistèrent à l’extinction que ceux qui réagissaient à la plus petite différence dans l’environnement, par la plus grande « surprise ».

En effet, une baie légèrement différente de la normale pouvait se transformer en poison léthal décimant à la vitesse de la lumière toute une collectivité.

Au fil des générations, et dés lors que l’on devenait très mobile, l’évolution fut contrainte de sélectionner puis d’amplifier ce trait qui devenait un véritable « avantage stratégique gagnant ».

Le circuit du « Oh zut ! », est un système intuitif de survie, donc inconscient dans la majeure partie de ses manifestations. Il est conçu pour travailler à grande vitesse … la survie n’offrant pas le luxe de la solution logique idéale ! Ce circuit est animé de la bestialité la plus grégaire. Il est d’ailleurs assez profondément enfoui dans le cerveau … juste au dessus de la partie « reptilienne » … la plus rustre, la plus ancestrale des stratifications neuronales.

Si vous vous laissiez constamment surprendre par toutes les nouveautés, vous passeriez votre vie durant, surpris par l’inattendu, prostrés dans un état d’excitation maximum et vous trépasseriez sous le joug de l’épuisement … rappelez-vous vos débuts en bourse, et songez à l’épuisement intellectuel dont vous étiez affectés !

En fait, plus on pratique une nouveauté, plus on se familiarise, et plus l’activation du cerveau diminue … en pratique de bourse, il m’a fallut 5 ans pour détricoter (imparfaitement) cette programmation de mère Nature.

Pour vous rendre compte de la manière dont « l’inattendu » titille les neurones et ronge les esprits tant que l’on n’a pas reconfiguré les circuits … allez simplement jeter un coup d’œil sur le contenu des  forums boursiers d’Alcatel, Nicox, Théolia, … ou plus prosaïquement, le forum  CAC 40 !

L’inattendu, la surprise … forment l’essentiel des témoignages, et des questionnements.

J’écrivais, quelques lignes plus haut, … « détricoter imparfaitement », car il est des sillons gravés si généreusement, que l’on en garde, quoiqu’il advienne, toujours une trace rémanente, qui s’exprime au moins à la marge, et de temps à autre.

D’ailleurs, un des aspects les plus fascinants de la finance est l’attitude des investisseurs qui continuent à se laisser surprendre par des informations, des contenus de rapports approximatifs, à peine différents de ce qu’ils attendaient … provoquant des décalages de cours très violents, le plus souvent à la baisse …

Lorsque l’on regarde les étoiles, on y voit le passé. En effet, la lumière que l’on perçoit s’est échappée de l’astre, il y a des temps immémoriaux.

Alors, afin d’imager les conséquences paroxystiques de l’inattendu, tournons nos regards vers l’étoile « Apple », souvenez-vous, c’était en fin 2000, et que se passa-t-il ?

On vit un cours de bourse qui dévissa de 50 %, faisant s’évaporer  instantanément plusieurs milliards de dollars … à cause de bénéfices trimestriels copieux mais inférieurs aux attentes.

Une décennie plus tard … I-mac, I-pod, I-phone et I-pad désormais; le cours fut multiplié par environ 30 à ses plus hauts historiques qui ne sont pas loin … que nous réserve la suite : I-maginez !

En matière économique et boursière, je suis désormais convaincu, à l’instar de Nassim Nicholas Thaleb, le pape des « cygnes noirs », qui s’est considérablement exprimé sur sa vision des choses au début de la crise des subprimes, que les idées que l’on se fait de l’avenir sont presque invariablement fausses, et que, de surcroît, elles vous emporteront toujours par le fond. Ce n’est qu’une question de temps !

Le seul fait tangible semble être que Monsieur le Marché nous surprendra toujours dans l’avenir, et que, la finance finira toujours humilier ceux qui pensent la dompter.

Autre fait saillant, et à mon sens, éperdument définitif; avec la finance, quel que soit le pari projeté, vous aurez toujours trois surprises inattendues: le sens du décalage de cours, son intensité, et surtout … pauvre de nous, la cause réelle !

Alors, habituez vous à partager votre couche avec cette drôle de Nana : l’inattendu !

 

 

Christophe GAUTHERON

 

Auteur du livre COMPRENDRE LES EMOTIONS QUI INTERVIENNENT DANS LE TRADING

 

Retrouvez 50 éditos de Christophe Gautheron ici

Poster un commentaire