Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Déviation standard ou comment bien investir son argent en Bourse

Audience de l'article : 2581 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Beaucoup de personnes n’aiment pas la bourse à cause des fortes variations et de la volatilité qu’elle génère. Pourtant la bourse est un placement qui rapporte beaucoup plus que les livrets d'épargne classiques. Mais encore faut-il savoir choisir le produit financier adéquat pour y investir son argent.

 

Il faut reconnaitre que lorsque l'on ne connait rien à la bourse il est "facile" de faire le mauvais choix en choisissant, par exemple, un fonds commun de placement (FCP) uniquement parce le gérant fait la promotion des performances de l’année précédente. Hélas, cela fonctionne rarement et si c’était aussi facile, honnêtement il y a longtemps que je le ferai et il y aurait beaucoup plus d’investisseurs sur les marchés financiers.

 

Je vais vous donner un outil pour vous aider à faire le bon choix. Il s’appelle : la déviation standard.

 

Qu’est-ce que la déviation standard ?

 

Même si le nom vous semble un peu barbare, ne vous arrêtez pas et concentrez vous sur l’exemple donné plus bas.

 

Quel que soit l’investissement, immobilier ou financier, un investissement est valorisé par l’évolution du prix qui matérialise un gain ou une perte. Ces prix fluctuent, ou plus exactement dévient, chaque année à partir d’une performance moyenne observée sur les années précedentes. Par exemple, si vous investissez sur la bourse de Paris (CAC40) vous constaterez que sa performance moyenne sur les 20 dernières années est d'environ 9%.

 

Comme vous le savez, le CAC40 ne gagne pas obligatoirement 9% systématiquement chaque année. Il peut parfaitement perdre 20% cette année et gagner 40% l’année qui suit. Revenant ainsi vers la moyenne de ses gains précédemment observée. Ce qui veut aussi dire que si le CAC40 a gagné 45% sur les 3 dernières années, soit 15% par année, il est probable que sa performance tende à revenir vers sa moyenne, soit 9%. Ce qui veut aussi dire que plus la performance est éloignée positivement de son gain moyen plus vous avez de probabilités de subir des pertes et d’accroitre votre niveau de risque.

 

Le contraire est également vrai. Plus vous observerez de baisses, plus vous avez de chances que la performance redevienne positive. C'est exactement la même chose pour l'immobilier : plus les prix montent fortement plusieurs années de suite, plus vous avez de chances que les prix à venir viendront corriger cet excès.

 

Si vous avez du mal à assimilier ce concept, laissez-moi prendre un exemple : dison que vous avez un choix à faire entre deux FCP (fonds communs de placement) dont les performances passées sont affichées ci-dessous. Lequel choisirez-vous ?

 

Année FCP1 FCP2
2003 +11% +13%
2004 +9% +12%
2005 +9,5% +15%
2006 +9% -15%
2007 +11,5% +20%

 

 

Réponse : Bien que le premier FCP affiche des performances inférieures au 2em FCP, sauf pour 1 seule année, c’est celui qui affiche la meilleure performance sur la durée avec un niveau de risque moins élevé et un gain moyen de l'ordre de 10%. En ce qui concerne le FCP2 la performance moyenne finale est de 9% alors qu'il a évolué 4 fois sur au dessus de 12%.

 

Mais au delà des mathématiques vous avez gagné beaucoup plus que vous ne le pensez. Imaginez que vous avez investi sur le 2em FCP fin 2004, attiré par trois années de performances intéressantes (voir graphique), l’année suivante vous vous seriez retrouvé avec une perte de -15%. Répondez honnêtement : à ce moment seriez-vous prêt à réinvestir sur ce fonds ? Ne serez-vous pas tenté de tout vendre pour vous débrasser de l’angoisse qui se développe en voyant votre capital fondre, ce qui vous fera manquer le plus gros gain du FCP, +20% ?

 

Bien entendu cet exemple est volontairement adapté à la démonstration, mais à chaque fois que j’ai fait ce test la plupart des gens choississaient le FCP 2. Deux raisons à cela :

 

1/ Beaucoup d’investisseurs jouent en bourse comme s’ils jouaient à la roulette. Ils sont souvent tentés de miser sur des valeurs ont beaucoup progressé auparavant, parce qu’ils sont menés par un sentiment qui est bien plus fort que tout en matière d’argent : la cupidité.

 

2/ La plupart ne savent pas pourquoi ils achètent ! Par manque de connaissances, ils ne se rendent pas compte que plus le gain est éloigné de sa moyenne standard, c'est à dire souvant de la réalité, plus ils augmentent leur risque. C’est exactement la même chose avec l’immobilier. Les ont augmenté de +120% en France entre 1998 et 2007. Il est évident que les choses ne pouvaient plus durer, car les salaires n’avaient pas suivi le même rythme. Inévitablement les prix sont redescendus pour revenir vers leur niveau de progression et compenser les années "trop" positives.

 

Conclusion : lorsque vous chercherez à investir votre argent, ne vous faites pas influencer par les performances antérieures. Investissez plûtot sur des produits qui ont affichés une progression stable dans le temps sur une durée suffisamment significative d'années important.

 

Olivier Seban

Poster un commentaire