Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

L'or baisse. Pourquoi ?

Audience de l'article : 5218 lectures

 

Le vendredi 23 septembre l'once d'or cotée a perdu 5,80% en une seule journée. La bulle explose, c'est la fin de l'or, après tous ces excès il était temps!! En réalité les choses encore une fois sont beaucoup plus simples.

 

Le COMEX a décidé pour une deuxième fois en moins de 2 mois d'augmenter les "Margin Call" c'est-à-dire les appels de marge. En gros à chaque fois que quelqu'un négocie de l'or via des contrats à terme ou des contrats futurs, il doit verser un minimum pour garantir la solvabilité de sa position. Lorsque les règles changent les spéculateurs doivent apporter dans de très brefs délais (moins de 24H) la somme manquante. Ceux qui ne le peuvent ou ne le souhaitent pas (problèmes de procédure, de montant d'engagements ou de fonds propres) sont tout simplement obligés de couper leur position dans l'urgence. Ce phénomène a pour conséquence mécanique une forte chute des cours puisque les ordres de vente affluent.

 

La dernière fois que cela s'était produit, il y a quelques semaines, les cours de l'or coté en Dollars n'ont quasiment pas baissé en euros puisque cela a été concomitant à une chute importante de l'euro en raison de la crise de la dette européenne. La baisse de l'or, compensée par la baisse spectaculaire de l'euro a permis au prix de l'or en euro de rester à peu près stable.

 

L'euro ayant atteint un cours d'équilibre "relatif" ces derniers jours, les augmentations d'appel de marge ont fait subir de plein fouet à l'or en euro la baisse de vendredi.

 

Néanmoins il convient de rappeler que cette correction, encore plus technique que technique puisqu'elle correspond à un changement des règles du jeux en cours de partie, est paradoxalement une excellente nouvelle pour ceux qui sont positionnés en long terme sur cet actif.

 

Il est essentiel de remarquer que l'or malgré une hausse fulgurante cet été, période traditionnellement de faiblesse, n'a corrigé que contraint et forcé par deux changements de règles du jeux. L'or ne baisse plus tout seul. Il faut l'aider par des contraintes règlementaires. Cela prouve la force de la tendance haussière.

 

Ensuite aucune dette d'état n'est en "l'état" remboursable, les inquiétudes demeurent et se renforcent chaque jour. Le retour à la croissance est illusoire, tout autant que l'efficacité de plans de rigueur qui n'ont pour effet que de créer de nouvelles récessions qui entrainent une telle baisse des rentrées fiscales que le remède est bien pire que le mal qu'il est censé combattre.

 

La demande d'or physique est toujours soutenue et on va voir les primes sans doute augmenter fortement car l'appétence des investisseurs avisés ne semble pas faiblir. Beaucoup étaient dans l'attente d'un tel repli pour rentrer sur le l'or. Le grand public lui, ne s'intéresse toujours pas à ce placement et reste plutôt vendeur du peu d'or détenu, encouragé par de très nombreuses publicités leur proposant de transformer leur or.... en argent !

 

Après la chute massive des indices européens de ces dernières semaines (les Etats-unis n'ont que peu perdu) et les erreurs de trading des banques désormais traditionnelles lors de chaque Krach (UBS 2 milliards d'€), certaines d'entre elles ont besoin de cash. Le marché interbancaire est sinistré et c'est la BCE qui assure à nouveau son rôle de préteur en dernier ressort.

Les banques US et asiatiques ne prêtent plus aux banques européennes depuis 10 jours, leur coupant net leur source de refinancement en dollars. Quelques banques n'ont pas eu d'autres choix que de "vendre" leurs réserves d'or (dont peut-être le votre au passage si votre or est dématérialisé sur un compte titres) accentuant la baisse "technique" en cours.

 

Il ne faut pas non plus oublier que la crise des dettes souveraines est déflationniste.

C'est ce que l'on vit. Lorsque tout baisse tout baisse. Les pertes sur actions sont en partie compensées par les gains sur d'autres marchés comme celui des matières premières. Ces prises massives de bénéfices entrainent à leur tour ces marchés dans la baisse.

Cet aspect est déflationniste à très court terme. A moyen terme une baisse de tous les actifs par la déflation conduit à la faillite totale ce qui est bon pour l'or. Pour lutter contre la déflation et le risque systémique la seule réponse crédible est rapide reste la monétisation des dettes (planche à billets) et cela aussi est bon pour l'or.

Cela n'empêche pas que les moments de correction sont toujours pénibles pour celui qui est rentré sur un point haut sur une valeur.

 

La Direction des Etudes Economiques d'Aucoffre.com maintient donc son objectif de 1800 points sur le CAC40 et d'une once d'or à 2500$ en première étape. Aucun des facteurs qui sous-tendent la hausse de l'or n'ont disparu. Cette correction purement technique dans un marché long terme haussier devra être mise à profit pour rentrer sur l'or et protéger son patrimoine exposé aux dettes souveraines (comme les fonds euros des contrats d'assurance vie). Pour ceux qui sont déjà détenteurs, cette pause est un excellent moment pour renforcer ses positions et continuer à réallouer son patrimoine.

 

Charles SANNAT

Directeur des Etudes Economiques AuCoffre.com

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.         

www.aucoffre.com

 

 

Poster un commentaire

3 Commentaires