Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Cédric Froment

Cédric Froment

Sur ce blog je fais le suivi des actions sur le point d'exploser en bourse. Je vous apprends à les repérer et à les trader.

Les petites et moyennes capitalisations sont mon terrain de jeu favoris.

Grâce à mes stratégies, je passe moins de 30 minutes chaque soir pour gérer mon portefeuille de trading.

Si vous pensez devenir millionnaire en 3 clics, ce blog n'est pas fait pour vous.

Si vous souhaitez acquérir les outils pour devenir un spéculateur efficace, ce blog est une mine d'or pour vous.



  QUI SUIS JE ?

Je m’appelle Cédric Froment et cela fait plus de 10 ans que je spécule sur les actions.

Ma passion pour le surf et mon statut de trader m'ont amené à m'expatrier sur l'Ile Maurice en famille!

froment-cédricM2

Quand je ne suis pas à l'eau ou avec ma fille, je partage avec vous mes meilleures stratégies pour investir en bourse.

promospeciale

Le pétrole devrait s'apprécier de 50% dans les 12 prochains mois

Audience de l'article : 2313 lectures

Si vous avez lu mon précédent édito sur l'or, vous savez désormais comment reconnaitre une potentielle bulle sur un actif.


Le pétrole nous fait un remake de septembre 2007!

Voyez par vous même ce qu'il s'est passé en 2007:

 

 

Les cours clôturent en dehors de la bande de Bollinger supérieure et un entonnoir se forme sur celles-ci. La suite fut 10 mois de hausse et une progression de 60% des cours.


Et ce qu'il se passe en mars 2011:

Jeudi dernier s'est achevé le mois de mars avec un signal haussier annonciateur d'un mouvement parabolique:

 

Mon objectif à 10-12 mois est 160$.

Cette prévision d'une remontée du baril n'a rien d'exceptionnelle, par contre l'impact que cette hausse aura sur les ménages français sera rude.

Je ne suis pas un économiste mais je vois bien où cela nous mène : le baril cote environ 108$ et le prix à la pompe a déjà battu les records de juillet 2008 lorsqu'il cotait plus de 170$.

Qu'en sera-t-il avec un pétrole qui s'est apprécié de 50%?


Mes yeux se tourne vers les responsabilités étatiques

- Renault a du lutter avec l'état pour faire approuver ses projets de développement de voiture fonctionnant aux batteries lithium...parce que l'état a pris le temps d'étudier la question du comment  taxer les flux économiques de ces batteries. D'accord mais le moteur à eau fonctionne (réacteur pantone), il pollue très peu et c'est une solution opérationnelle dès aujourd'hui. En terme de gain de C02 : on passe 8.6% d'émission à 0.1%. Le bricoleur dans cette vidéo gagne 20% sur sa consommation avec son moteur maison:

 

 

J'imagine qu'en proposant un tel projet, Renault s'est pris un refus catégorique.

- Les boitiers additionnels qui permettent d'ajuster en permanence les temps et les débits d'injection d'origine pour faire fonctionner correctement le moteur à l'Ethanol sur un simple moteur essence...Ils se montent en quelques heures chez votre garagiste. Les constructeurs sont toujours dans l'attente d'une homologation de ces boitiers mais l'état traine la patte. Je parie que cette solution sera validée sous les 12 prochains mois mais sous certaines conditions.

- A moins d'une baisse de la taxation du litre d'essence ? Rappelons que la taxe à la pompe s'élève à 60%. L'état répond qu'il préfère favoriser les gens à consommer moins...je prends un raccourci mais c'est tout simplement un discours anti- croissance. Consommer moins d'essence c'est favoriser l'inactivité d'une grande majorité de français.


Quoi qu'il en soit, des mouvements auront bientôt lieu dans le secteur. Certains trafiqueront leur propre mélange pour rouler avec l'huile de la friteuse, d'autres opteront pour l'achat d'une citerne collective... les spéculateurs préféreront profiter directement d'une hausse du pétrole en direct sur les marchés (voir la méthode ATP : +14500% en 15 ans).

 

 TurtlesV1 Une turtle au coté de Georges Soros

http://www.e-devenirtrader.com/project/la-strategie-des-turtles/



Cédric Froment

www.cedricfroment.com

www.e-devenirtrader.com

Poster un commentaire

6 commentaires

  • Lien vers le commentaire Cedric Froment lundi, 04 avril 2011 11:33 Posté par cedric froment

    Bonjour PmaTrading,

    il y a les warrants ou turbo à long terme et les trackers x1 ou x2 qui permettent ce type d’investissement.

    Les actions peuvent être envisagées mais avec une stratégie de stock picking aboutie...sinon je resterais à l’écart.

  • Lien vers le commentaire Eric David lundi, 04 avril 2011 11:31 Posté par Eric David

    Bonjour PmaTrading,

    il y a les warrants ou turbo à long terme et les trackers x1 ou x2 qui permettent ce type d'investissement.

    Les actions peuvent être envisagées mais avec une stratégie de stock picking aboutie...sinon je resterais à l'écart.

  • Lien vers le commentaire Cedric Froment dimanche, 03 avril 2011 19:20 Posté par cedric froment

    Merci pour toutes précisions d'ordre macro économique qui viennent complémenter l'analyse technique.

  • Lien vers le commentaire patlr dimanche, 03 avril 2011 18:56 Posté par patlr

    Dans une toute récente analyse, Barclays estime que les prix du pétrole pourraient atteindre 185 dollars le baril d’ici la fin de cette décennie. En fait, le niveau des 130-140 est probable dans les 12 à 24 mois et ce dans la meilleure des hypothèses, c’est-à-dire en l’absence d’un choc majeur impliquant l’Arabie Séoudite ou l’Iran… Le facteur géopolitique est de nos jours bien-sûr inclus dans les tarifs pétroliers, encore qu’il soit d’une part très difficile d’en quantifier la prime et que d’autre part les aléas et chocs émanant de la région moyen-orientale aient jusque là été assez limités, en tout cas du point de vue de l’impact sur les sources d’approvisionnement.

    Quoiqu’il en soit, c’est les marchés qui définissent ces tarifs et ce dans un contexte où la consommation pétrolière devrait avoisiner 88 millions de barils par jour en 2011. En dépit de la récente appréciation des coûts énergétiques, ce secteur ne compte que pour 13.5% dans l’indice S&P alors que sa quotité avait grimpé jusqu’à 25% au pic de la Révolution Iranienne au début des années 80 quand le baril avait flambé pour atteindre … 30 dollars le baril. Pour mémoire, la part de l’énergie dans l’indice S&P s’était dégradée à 7% il y a quelques années avec un baril à 10 dollars. Toujours est-il que la tendance haussière est aujourd’hui appelée à se perpétuer et – incertitudes voire incidents géopolitiques ou pas – l’objectif prédit par Barclays sera atteint tôt ou tard.
    source : Michel Santi