Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

« Il y a encore des raisons d’espérer !… ou pas »

Audience de l'article : 1404 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Aujourd’hui, je vais vous parler de plusieurs choses, comme le terrorisme fiscal, ou encore les taux qui augmentent, et ça ce n’est pas bon du tout.

C’est bien connu, en France, nous n’avons pas de pétrole (bien que nos réserves de gaz de schiste aiguisent quelques appétits malsains), mais nous avons des idées. Plein d’idées géniales et un peuple parmi les plus créatifs quoi qu’en dise l’étude PISA, le machin disant que nos enfants sont des cancres à l’école… enfin pas tous, mais ils seraient de plus en plus nombreux. Cela est inutile de faire une étude PISA pour savoir ça. Il suffit de regarder n’importe quelle (ou presque) émission de télé réalité pour être effrayé, ou encore écouter les « jeunes » (et moins jeunes) discuter dans le métro pour comprendre que bien souvent, hélas, la kulture pour tous… ce n’est pas gagné. Cela dit, les zélites ne veulent pas forcément un peuple cultivé et qui réfléchirait. D’une part, c’est mauvais pour le business, parce que de vous à moi, un type qui a deux neurones dans son cerveau comprend vite que acheter des trucs inutiles et dont il n’a pas besoin payés à crédit avec de l’argent qu’il n’a pas encore c’est assez débile…
D’autre part, un peuple qui pense c’est insupportable et ingérable. Essayez de tondre un mouton, c’est facile, pourquoi ? Parce que c’est un mouton sans culture.

Bref, revenons à nos créateurs. Les 3 fondateurs du site travailleraublack.com ont eu une idée absolument géniale. Pas facile en effet de mettre en relation ceux qui cherchent du travail au noir et ceux qui ont du travail à confier en dehors des griffes acérées de Bercy (portique multitaxes à lui tout seul).

Eh bien c’est ce que propose cette start-up qui prévoit une montée en puissance très rapide. Dans leur business model, tout sera fait au noir. Pour valider votre annonce, un billet de 10 euros devra être versé au site. Afin de faire un rapprochement ne laissant aucune trace en cas d’enquête entre l’annonce et le paiement, lors de l’enregistrement, on vous communiquera un numéro d’annonce qui devra être inscrit sur le billet envoyé (on peut écrire sur un billet et ce dernier conserve toute sa valeur). À réception du billet, votre annonce est validée.

L’accès à ce site est préconisé avec des logiciels comme Thor qui permettent de surfer totalement anonymement et d’échapper ainsi aux grandes oreilles de la DCRI et de Bercy !

Bref, les fondateurs ont pensé vraiment à tout pour sécuriser au maximum votre recours au black et faciliter au maximum l’évasion fiscale hors du pays stalinien et étouffant qu’est devenue la France de normal Premier.

Pardon… heiiiiin ? Quoi ? Tu ne veux pas que je dépose le site travaillezaublack.com ? Tu penses qu’on va avoir des problèmes (c’est ma femme, elle déteste les problèmes) avec un concept comme celui-là ? Oui chérie, tu as sans doute raison… mais que veux-tu, cela fait du bien de rigoler et de rêver un peu !

La loi sur la fraude fiscale, vous vous en souvenez ?

Oui, cette loi voté il n’y a pas très longtemps dans le plus grand silence, permettant de saisir tous vos biens si vous avez omis de déclarer 1,5 euro dans vos revenus, celle qui permet de vous mettre 96 heures en garde à vue, sans avocat… comme un terroriste. Oui c’est ça, cette loi qui permet de vous mettre sur écoute pour un oui ou pour un non, enfin remarquez cet article-là, on n’en a plus besoin dans la mesure où maintenant l’État (c’est une toute nouvelle loi) peut vous écouter en temps réel, vous géolocaliser à n’importe quel instant… sans aucun contrôle du pouvoir judiciaire… (c’est juste un peu la définition d’une dictature).

Bref, finalement, le Conseil constitutionnel vient de rappeler qu’il existe encore un petit peu. Pas totalement, mais son corps bouge encore. Vu l’apathie du corps électoral, l’agonie démocratique ne devrait plus durer trop longtemps. La télé réalité a fait son œuvre et il serait passionnant de corroborer l’étude PISA avec les évolutions de la démocratie dans chaque pays concerné. Non, stop ! N’étudiez pas ce sujet, vous seriez capable de vous rendre compte qu’en Chine, grande dictature, on supprime des motifs de peine de mort alors qu’au même moment aux USA… on fait l’inverse. Mais cela ne se dit pas. Bref,

Le Conseil constitutionnel censure des mesures de la loi antifraude fiscale

Une dépêche AFP nous apprend que le Conseil constitutionnel (qui ne va pas tarder, hiver oblige, à rentrer dans une longue période d’hibernation dont on ne sait pas s’il aura la force de sortir au printemps) a annoncé ce mercredi matin avoir censuré la garde à vue jusqu’à 96 heures dans des affaires de fraude fiscale !

Finalement, dans un dernier souffle, le Conseil constitutionnel admet que la fraude fiscale, même si ce n’est pô bien du tout, ce n’est tout de même pas une atteinte aux personnes et encore moins un acte terroriste… Pourtant, les députés voulaient appliquer exactement le même traitement et les mêmes méthodes aux deux.

Voilà qui me semble une censure de bon sens. Vous avez bien compris que le sitetravaillezaublack.com était une blague potache pour dénoncer la dérive du tout taxe et de la répression fiscale menée par nos mamamouchis (ceux de drôates comme ceux de gôches votant les mêmes textes liberticides) et évidemment une telle initiative devrait être poursuivie par la justice (d’où l’intérêt de domicilier un tel site à l’étranger mais c’est un autre débat).

Mais le Conseil constitutionnel ne s’en est pas arrêté là !

« Saisis par des sénateurs UMP sur les deux textes (lois organique et ordinaire) adoptés le 5 novembre, les juges constitutionnels ont validé la création d’un procureur financier spécialisé, mais censuré plusieurs mesures relatives à la fraude fiscale nées d’amendements parlementaires ainsi que la possibilité d’une garde à vue prolongeable jusqu’à 96 heures. »

Donc censurée « la possibilité de recourir à une garde à vue de 96 heures avec report de la présence de l’avocat à la 48e heure , s’agissant d’infractions qui ne sont ni des crimes ni des infractions d’atteinte aux personnes ».

Censuré l’article 3 qui instaurait une amende calculée sur le chiffre d’affaires de la personne morale en cause. La peine, a-t-il rappelé, doit être proportionnelle à l’infraction.

Censurée la possibilité de visites domiciliaires ouverte aux administrations fiscale et douanière, sur le fondement de documents obtenus illégalement (par exemple lors d’une perquisition ensuite annulée par la justice).

Censuré l’article 57 qui ajoutait à la liste internationalement admise de dix « paradis fiscaux » tous les territoires avec lesquels la France n’a pas signé une convention d’assistance en matière de documents fiscaux.

C’est donc déjà ça. Cela prouve bien que même le Conseil constitutionnel était obligé d’agir sur certains articles de cette loi hallucinante sous peine de perdre définitivement toute utilité démocratique. Cela montre bien également à quel point, nos mamamouchis, nos zélites et nos dirigeants méprisent deux documents fondamentaux sur lesquels reposent l’organisation de nos rapports, à savoir la déclaration des droits de l’homme et du citoyen et bien sûr la Constitution.

Il y a eu donc finalement aujourd’hui une raison d’espérer, car sur le front des nouvelles économiques, ce n’est vraiment pas bon.

Attention, les taux se tendent !

Rien à voir avec ce que je vous racontais avant, mais il fallait que je vous le dise car c’est un sujet important. Il y a à nouveau une forte poussée sur les taux d’emprunt d’États. Aux USA, ils se rapprochent dangereusement des 3 % (2,8 %), et en France, ils ont pris presque 10 % en 3 jours… Mais pour le moment, tout cela tient encore.

Il faut garder à l’esprit que la France, fragilisée et surendettée, pourrait bien être l’objet d’une attaque féroce sur sa dette et également une victime collatérale de l’augmentation des taux aux USA car finalement, pourquoi les marchés devraient-ils prêter plus cher aux États-Unis (disposant de sa planche à billets donc, par définition, ne pouvant pas faire faillite) qu’à la France surendettée et ne disposant pas de sa planche à billets… donc pouvant faire faillite !!

À 20h00, le 10 ans US s’établi à 2,84 % et à 2,41 % pour la France. Rien ne justifie cet écart si ce n’est le « bouclier » financier allemand.

Les marchés pourraient profiter d’un moment d’incertitude concernant l’éventuelle réduction des injections monétaires aux USA pour attaquer notre dette, ce qui forcerait le gouvernement à tailler dans le vif des dépenses, certains pensent même que ce serait la seule façon de forcer la main du gouvernement.

Alors qu’il paraît que notre Pierrot Moscovenivedivessi pour des lanternes est en pleine dépression, je ne saurais que trop lui conseiller (de façon purement sympathique) de reprendre des forces car je pense que la France va subir une attaque et que le locataire de Bercy risque de passer quelques nuits blanches sans Marie-Charline et son chat.

Alors s’il y a encore quelques raisons d’espérer politiquement, car la solution à nos problèmes sera politique, il y a les plus grandes inquiétudes à avoir sur le front économique. Cela sent l’attaque sur les dettes souveraines à plein nez, le tout dans un climat nerveux sur les marchés, tout en sachant que là encore, c’est la Bourse de Paris qui a été largement plus vendue que les autres. Un autre signe vraisemblablement précurseur.

Restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez-bien !!

Charles SANNAT

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.
Les Echos, censure du Conseil Constitutionnel

Taux 10 ans USA

Taux 10 ans France
Poster un commentaire