Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tanguy CARADEC

Tanguy CARADEC

Je suis investisseur et blogueur, à la fois passionné de l’investissement et curieux du fonctionnement de notre monde moderne.  A l’age de 16 ans, j’ouvre mon premier PEA au Credit Mutuel, placé sur un fonds indiciel CAC 40. Coup de chance, en 1 an le gain est de près de 50%. Depuis, je sais que l’on peut gagner en bourse… j’apprendrai plus tard que l’on peut aussi perdre.

4 ans plus tard, je commence des études en école de commerce, à l’ESSEC et je cherche un investissement pour financer en partie mes études (qui coutent cher à mes parents). Le rendement des actions est depuis plusieurs années supérieur à 10% par an (nous sommes en 1999) et je réfléchis à faire un prêt étudiant à 4% pour le placer sur les marchés actions. Au même moment, je tombe sur une offre de la Société Générale proposant un produit garantissant (croyais je à l’époque, en fait un produit structuré), sauf accident exceptionnel, un rendement de 40% sur 3 ans. Ni une, ni deux, je vais ouvrir un compte à la Société Générale, emprunte le maximum possible et soucrit au placement en récupérant au passage la différence sur mon compte. Le placement devant à échéance rembourser 100% de mon prêt et de ses intérêts. Mais je comprends plus tard que je parie au pire moment, nous sommes en pleine bulle internet et le placement soi-disant garanti sera en fait une grosse perte étant investi entièrement en actions.

A la sortie de l’école, mes premiers salaires contribuent à rembourser mon prêt étudiant et je fais une pause dans mes investissements. Puis le prêt soldé, je m’intéresse de nouveau à la bourse en particulier à l’analyse technique, mais aussi aux turbos, sans grand succès. je dois remettre en question l’enseignement que j’ai reçu et décide d’apprendre à investir. A force de lire et d’apprendre auprès de mes mentors, je finis par comprendre plusieurs lecons essentielles pour réussir ses investissements. J’ ai diversifié mes investissements avec l’ immobilier et l’ or, et je peux envisager à présent de devenir libre financièrement sans travailler jusqu’à 65 ans.

Mon objectif est de continuer à développer mon patrimoine ainsi que de partager mon expérience pour vous aidez à vous aussi investir et devenir libre.

Tanguy Caradec

promospeciale

Francis Chou, le Warren Buffet canadien

Audience de l'article : 1395 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Inconnu des médias, Francis Chou ne doit pas son manque de célébrité à ses performances. Sa réussite est même exceptionnelle car parti de rien, il gère aujourd’hui plusieurs centaines de millions de dollars.

Francis Chou, l’autodidacte parti de rien

C’est d’abord une success story incroyable ! En 1976, il quitte Allahabad en Inde et s’installe au Canada à l’age de 20 ans avec seulement 20 dollars en poche et sans diplôme. Il commence en bas de l’échelle chez Bell Canada comme réparateur de téléphone.

Ambitieux et aimant lire, il découvre alors L’investisseur intelligent de Benjamin Graham etdevient adepte du value investting. En 1981, avec 6 collègues, Francis Chou crée un club d’investissement avec 51,000 dollars. Au bout de 5 ans, la valeur était de 1,5 millions de dollars !

En 1984, il quitte Bell Canada et devient analyste financier chez GW Asset Management, où il rencontre un autre génial allocateur de capital, Prem Watsa, En 1986, son club d’investissement devient le Chou Associates Fund

Francis Chou, l’un des meilleurs investisseurs au monde

La performance de Francis Chou est exceptionnelle. Si vous aviez investi 10,000 dollars en 1986 à la création du Chou Associate Fund, vous auriez eu 212,895 dollars fin 2015. Soit x21 en l’espace de 3 décennies. Et un rendement annuel de 11% !

Pour arriver à cette performance, Francis Chou applique la philosophie de l’investissement dans la valeur. Selon lui le plus important dans l’investissement c’est « Achetez des bonnes affaires, enrichissez vous lentement. Soyez indépendant d’esprit. N’ayez pas peur de ce que disent les autres. »

Cela lui a permis de négocier habilement l’éclatement de la bulle internet. En 1999, il écrivait ainsi à ses actionnaires que le marché était surévalué et qu’il était dangereux d’acheter des entreprises à 100 fois les revenus dans l’espoir de pouvoir les revendre à 200 fois les revenus la semaine suivante. La performance de son fonds a été négative en 1999 mais pour mieux rebondir ensuite. Entre 2000 et 2002, le Chou Associate Fund gagna 71%. Entre 2000 et 2006, son fonds gagna alors 160% alors que le marché peinait à recouvrer son niveau de 2000.

Ce que pense Francis Chou en 2016

La performance a été négative en 2015 et l’est pour l’instant aussi en 2016. La dernière fois que cela était arrivé, c’était en 2007 et en 2008. Avant de rebondir fortement. Francis Chou explique d’ailleurs sa contre-performance. Les marchés tendent actuellement à faire monter les valeurs déjà chères, notamment celles de la nouvelle économie. À contrario, les valeurs déjà peu chères sont en baisse.

Comme Warren Buffet, Francis Chou écrit chaque année une lettre à ses actionnaires.Dans sa dernière lettre, il revient sur 2 valeurs de son portefeuille qui ont sous-performées. La première est Resolute Forest. La deuxième valeur est Sears :-) A 15$, Francis Chou considère la valeur Sears comme largement sous-évaluée.

Pour aller plus loin, je vous incite à lire cette interview en anglais

Bons investissements
Poster un commentaire