Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tanguy CARADEC

Tanguy CARADEC

Je suis investisseur et blogueur, à la fois passionné de l’investissement et curieux du fonctionnement de notre monde moderne.  A l’age de 16 ans, j’ouvre mon premier PEA au Credit Mutuel, placé sur un fonds indiciel CAC 40. Coup de chance, en 1 an le gain est de près de 50%. Depuis, je sais que l’on peut gagner en bourse… j’apprendrai plus tard que l’on peut aussi perdre.

4 ans plus tard, je commence des études en école de commerce, à l’ESSEC et je cherche un investissement pour financer en partie mes études (qui coutent cher à mes parents). Le rendement des actions est depuis plusieurs années supérieur à 10% par an (nous sommes en 1999) et je réfléchis à faire un prêt étudiant à 4% pour le placer sur les marchés actions. Au même moment, je tombe sur une offre de la Société Générale proposant un produit garantissant (croyais je à l’époque, en fait un produit structuré), sauf accident exceptionnel, un rendement de 40% sur 3 ans. Ni une, ni deux, je vais ouvrir un compte à la Société Générale, emprunte le maximum possible et soucrit au placement en récupérant au passage la différence sur mon compte. Le placement devant à échéance rembourser 100% de mon prêt et de ses intérêts. Mais je comprends plus tard que je parie au pire moment, nous sommes en pleine bulle internet et le placement soi-disant garanti sera en fait une grosse perte étant investi entièrement en actions.

A la sortie de l’école, mes premiers salaires contribuent à rembourser mon prêt étudiant et je fais une pause dans mes investissements. Puis le prêt soldé, je m’intéresse de nouveau à la bourse en particulier à l’analyse technique, mais aussi aux turbos, sans grand succès. je dois remettre en question l’enseignement que j’ai reçu et décide d’apprendre à investir. A force de lire et d’apprendre auprès de mes mentors, je finis par comprendre plusieurs lecons essentielles pour réussir ses investissements. J’ ai diversifié mes investissements avec l’ immobilier et l’ or, et je peux envisager à présent de devenir libre financièrement sans travailler jusqu’à 65 ans.

Mon objectif est de continuer à développer mon patrimoine ainsi que de partager mon expérience pour vous aidez à vous aussi investir et devenir libre.

Tanguy Caradec

promospeciale

Est-ce que la bourse va continuer de monter ?

Audience de l'article : 1514 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Le rebond récent des bourses aura été rapide, le CAC 40 a retrouvé son niveau du début d’année et s’adjuge 50% de hausse depuis 2012. L’indice américain SP 500 est lui en hausse de près de 100% sur la même période. Après cette hausse, est-ce que la bourse va continuer de monter ?
Un élément de réponse se trouve dans la dernière lettre aux actionnaires de Warren Buffett

- Pour retrouver mon article sur la lettre de Warren Buffett de 2014 cliquez ici -

A court terme la bourse me semble relativement chère

Le Warren Buffett ratio (voir la définition dans cet article) est de 116,8% comme le montre ce graphique

chart






























Il serait idéal d’investir avec un ratio le plus faible possible !
 Et nous sommes au-dessus de la moyenne historique. Mais il est impossible de prévoir l’évolution des cours de bourse à 1 mois ou 1 an. Les marchés peuvent en effet devenir d’un coup plus déprimés ce qui ferait baisser les cours. Et il est toujours risqué de reporter sa décision d’investissement. Car le temps est en effet votre meilleur allié grâce à la magie des intérêts composés.


A long terme, il faut remettre en perspective la hausse des indices avec la croissance de l’économie. Sur ce graphique nous voyons que les marchés US (courbe bleue) ont monté de manière erratique sur le court terme mais que sur le long terme, les marchés suivent la croissance de l’économie US (courbe verte)

chart (1)

A long terme, la bourse devrait continuer à monter

Dans sa dernière lettre aux actionnairesWarren Buffett réitère son optimisme dans l’économie américaine. Selon lui, il est faux de prédire que nos enfants vivrons moins bien que nous. Le PNB américain par habitant est ainsi 6 fois plus élevé qu’en 1930 (net d’inflation). Cette tendance à la hausse se poursuit car la croissance américain du PNB (+2%) est supérieure à la croissance de sa population (+0,8%) soit une croissance du PNB par habitant (+1,2%). Ce chiffre parait faible mais sur une génération de 25 ans, cela représente tout de même +34,4% (25*1,2%) !

Cette hausse du niveau de vie portée par le développement de l’économie et de l’innovation. Le système capitaliste permet en effet de produire toujours plus de biens et de services dont les gens ont envie, avec des coûts toujours plus bas. L’économie américaine va continuer à produire ainsi toujours plus de richesses.

C’est principalement la hausse de la productivité qui a permis ce développement extraordinaire depuis plus de 2 siècles. Prenons par exemple l’agriculture. En 1900, ce secteur employait 11 millions de personnes soit 40% de la population active contre 3 millions aujourd’hui soit 2% de la population active. La production a elle été sur-multiplié malgré la baisse des effectifs - la production de mais par hectare a ainsi été multiplié par 5 aux USA ! Cette hausse de la productivité est aussi à l’oeuvre dans l’industrie et les services. L’expansion du e-commerce est ainsi un autre exemple. A niveau de ventes égales, une société e-commerce emploie moins de personnel qu’une chaine de magasins. Internet permet ainsi des gains de productivité. Et la liste continue. D’autant que chaque jour de nouvelles innovations permettent d’augmenter cette productivitéWarren Buffett donne l’exemple de GEICO, une société d’assurances de son conglomérat. Employant plus de 30,000 personnes, il estime qu’il en faudrait au moins 60,000 si cette société opérait sous le modèle d’agences des années 1970.

Les actions restent donc incontournable sur le long terme

Ce placement n’est pas le préféré des Français, c’est un euphémisme. Ce que je dis souvent c’est que pourtant il est simple d’investir en bourse en suivant quelques conseilsPour 90% d’entre vous, une approche passive est la plus adaptée. Vous investissez ainsi régulièrement dans un fonds indiciel comme je l’explique ici ou dans mon webinaire.

Si vous voulez être plus entreprenant, il vous faudra sélectionner (avec soin) des entreprises individuelles. C’est le choix que j’ai fait avec les analyses de l’Investisseur Français.

Bons investissements
Poster un commentaire