Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
mikaflex

mikaflex

Tous les commentaires de ce membre (23 publications)
Et pourquoi pas un confinement sur la base du volontariat?
Finalement c'est surtout aux personnes à risque qui se connaissent à risque de se protéger.
Va la faible surmortalité en-dessous de 75 ans et la baisse de la mortalité vs. 2019 en-dessous de 65 ans, ces mesures sont d'un autre temps et probablement contre productives vu la somme des effets secondaires de ces mesures: économiquement, psychologiquement, socialement, etc... voire même sur la santé de la population.
Personne n'en parle, mais je m'inquiète du dérèglement des chaînes de production alimentaire, certaines matières premières agricoles font déjà du +50%. C'est marrant sur GameStop, un peu moins quand ça touche l'assiette.   
Bonjour Karl,
Les faits contredisent les arguments.
Tout comme pour les chiffres du chômage US ou de l'inflation, il faut choisir méticuleusement ses sources.
Quand on ne teste pas, quand on compte tous les morts en COVID19, quand la grippe tue étrangement trop peu en 2020..., bref, il faut se passer des mesures fausses et se rabattre sur la mesure de la surmortalité.
https://github.com/Financial-Times/coronavirus-excess-mortality-data
https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps

Parlons maintenant du virus, les dernières mesures indiquent qu'il a perdu de sa virulence chez nous (Google sera votre ami), comprendre qu'il faut plus de charge virale pour que cela tourne mal. Au début de l'épidémie, la moindre contagion et c'était parti pour quelques jours au lit.
Donc, la température n'est pas un facteur décisif, mais le virus mute dans le temps après être passé par ses hôtes successifs, heureusement pour nous.
Le bon sens et l'histoire nous ont appris qu'il faut isoler les malades et non confiner. Je ne comprends pas pourquoi il faut réinventer la roue en mode panique. Il y a des plans épidémies documentés, financés par les contribuables, qui n'ont pas été appliqués (le conseil scientifique baigne dans les conflits d'intérêts...).

Les enfants chopent tellement de corona virus, qu'ils sont finalement immunisés contre COVID19 (IHU Marseille), et vraisemblablement leurs jeunes parents aussi.

Une lecture saine :
Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ? : Covid-19 : l union sacrée de l incompétence et l'arrogance de Christian Perronne

En france, il y a un débat qui m'échappe sur un traitement qui fonctionne dans de nombreux pays qui l'appliquent, en général plus organisés et où la santé passe au-dessus de l'agenda électoral/économique. Je ne comprends pas le besoin de comparer à un placebo quand les résultats ôtent tout doute sur l’efficacité. Les études en double aveugle randomisées sont faites pour comparer des traitements peu efficaces (20 à 30%, égal au placebo) ou prouver la supériorité d'un traitement sur un autre.
De toutes façons, ce débat stérile ne tiendra pas face à l'histoire vu que le COVID19 se soigne très bien à l'étranger, pas que à Marseille, des dizaines de pays le montre par leur faible surmortalité (les grincheux diront que c'est de la chance).

Une seconde vague semble être de la pure fiction à ce stade.
Des nouveaux cas isolés, importés, bien sûr, mais pas de "vague".
On sera fixé dans 10 jours avec les rassemblements qui s'enchaînent.

Ceci dit, parlons finance, il y a des profits à faire en misant sur les grands gagnants de la politique sanitaire, à savoir ceux qui fourniront des vaccins.
Voilà qui présage des articles d'une belle maturité et ouverture d'esprit ! (sans grossièretés en plus :-p) 
Bien d'accord Charles!
Revoir le conjugaison du verbe réparer tout de même, c'est limite choquant pour un verbe du premier groupe :-)
Je suis abonné à la lettre de Loïc et je confirme que cette séance pédagogique a permis de clarifier l'échelle de temps qui est abordée dans la lettre.
Même si j'avais déjà constaté que les mouvements court termes sont potentiellement à 12 mois :-)
Merci à vous deux pour cet interview, utile !

Bonjour Charles,

Ah belle France... bah, comme beaucoup d'autres pays, mieux vaut ne pas regarder de trop près la situation, c'est un coup à en perdre le sommeil!

J'avais envie de réagir sur le problème de fond sur lequel vous terminez: "Tout ceci pose la question de savoir quel outil on emploie pour conserver ses avoirs...".

C'est effectivement là le problème, une fois qu'on a exclu les avoirs, les actions, les obligations, la monnaie, l'or, l'immobilier et les matières premières... si on considère aussi que les revenus passifs vont être impactés par le reflux démographique (moins de demande engendre moins de rendement), quels sont donc les outils?!?

J'ai bien peur que personne n'en sache rien et que seule la diversification soit la clé.

A moins que... acheter une maison, un terrain, se faire un jardin, élever des volailles et mettre en place un système d'échange non monétaire avec les voisins... tiens, tiens, comme un vague rappel de tentatives passées qui ont échouées ou bien menées à la création de monnaie papier, on tourne en rond !

Bien amicalement,

Armand

Bonjour Charles, merci pour cet article !
Puisqu'on parle de psychologie du trader, je pense comprendre ce qui peut pousser un trader à écrire un livre sur le trading, par contre je suis curieux de connaître ton point de vue sur ce qui pousse un "bon", voire "très bon" trader à vendre ses conseils pour 100 euros par an?
Ok, j'ai bien compris que le volume va assurer un revenu fixe. 
Si ce trader est très bon, j'aurais tendance à penser qu'il n'a pas besoin de cet argent, et encore moins de devoir gérer les clients mécontents qui ont suivi les conseils avec un mauvais timing.