Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
imhotep

imhotep

Tous les commentaires de ce membre (248 publications)
Guillaume,

Ce que je voulais dire, c'est rp69 qui l'a exprimé avec les mots que je n'ai pas écrits.
"il suffit de ....",
"il faut faire çi et ça ...",
"commencez avec 1 million ..."
etc ...
Dommage de faire un portefeuille VIRTUEL. En virtuel, les facteurs psychologiques sont totalement différents du réel et par conséquent les résultats virtuels sont totalement non-extrapolables au réel.
En plus, une éventuelle sortie forçée par la broker pour "margin violation" ou un "buy-in" là aussi forçé par le broker ne sera jamais pris en compte dans un portefeuille virtuel.
Mais bon, au moins la banqueroute sera seulement virtuelle ...
Exactement PCL,

Et pour en revenir au buy-in, qui est le principal maillon faible de la stratégie que nous présente depuis quelques temps Guillaume, il est extrêmement difficile mentalement de supporter un buy-in à +100% ou +150% (ça veut dire une perte SUPERIEURE au montant du trade) et de voir ensuite le titre s'effondrer alors comme on l'avait "prédit" ... mais sans nous ! C'est limite j'ai envie de me pendre ! Surtout quand on sait que l'essentiel de la perf d'un portefeuille de trading se fait sur les 2, 3 ou 4 trades exceptionnels d'une année (justement celui qu'on vient de rater ...)

Et non, un bon risk management ne peut pas prévenir ce genre de situation. Un titre shorté qui décale fortement dans la nuit sur une annonce par exemple, ça existe, et un stop loss n'y peut rien.
Ce ne sont pas les risques "normaux", les risques "probables" qui tuent un trader, ce sont les risques extrêmes. Et dans le cas d'une stratégie de vente à découvert structurelle, les risques extrêmes sont ... extrêmement (!) dévastateurs. Bien plus que sur une stratégie structurellement haussière.
Oui, raisonnement intéressant. Malheureusement vous allez vous heurter à la dure réalité par rapport à la vision sur le papier.

Etre short sur des titres dont on est convaincu qu'ils ne valent rien, ok. on aura raison 80% ou 90% du temps. Le problème c'est les 10%. Sans stop de protection, on est à la merci du seul titre qui une fois de temps à autre va être l'heureux gagnant de la loterie du business et qui va monter de 100% 200% ou 500% et donc anéantir en une seule fois tous les gains accumulés apres de longs mois de bon trading et d'efforts. Un seul evenement rare et tout est à refaire, en repartant d'encore plus bas bien souvent, quand on a eu la chance de ne pas faire faillite sur ce coup-là.
Et même avec des stops, on est bien entendu pas à la merci d'une annonce overnight qui va faire "gaper" le titre à la hausse à la prochaine ouverture et nous faire perdre un gros pourcentage du capital ... quand c'est pas PLUS que le capital. Votre broker va pas vous attendre pour racheter tous vos titres au plus mauvais moment pour se couvrir, croyez-moi. Il n'aura pas de pitié.

Alors ok, on peut diversifier sur plein de titres, mais ça n'empêchera pas le cygne noir de tout dévaster quand même. On peut aussi rester sur des titres où il existe des options long terme où l'on peut se couvrir, en espérant que cela ne soit pas trop cher. Mais là, on tombe tout de suite sur des "big caps", autant vous dire que dans un marché haussier de plusieurs années comme ça peut exister, aucune big cap ne va baisser : quand la mer monte, toutes les coquilles de noix montent avec.

Bref, faites attention Guillaume, et faites attention aussi les lecteurs d'OE, sur le papier c'est séduisant mais en pratique il n'y a qu'un seul point d'arrivée : la banqueroute tôt ou tard. Et n'espérez pas vous dire "oui mais moi je sortirai avant que ça m'arrive ..." ou "oui un cygne noir ç'est super rare, il y a peu de chance que ça arrive ..."
Ca arrive. Et bien plus souvent que ça ne devrait. Ca c'est la réalité.

A Wall Street, il n'y a pas de repas gratuit. Ca se saurait, et ça disparaitrait vite s'il y en avait. Et ni vous ni moi ne le saurions jamais.
Article riche de contenu et passionnant; cependant, Sapir ne peut décidément plus se passer de mentir et maintenant, ça se voit comme le nez au milieu de la figure et ça discrédite une analyse par ailleurs très pertinente; je m'explique:

1° il feint de croire (et, dès lors, il pérennise et propage cette illusion) que Merluchon, Gnangnan et Lepen seraient favorables à une sortie de l'Euro, ce qui est non seulement une erreur, mais, pire, un mensonge éhonté comme en attestent leurs dénégations explicites que Sapir feint d'ignorer.

2° Il s'obstine à ne JAMAIS mentionner le SEUL candidat dont le programme est conforme à ce qu'il prétend appeler de ses vœux ( l'UPR de François Asselineau) dont il est IMPOSSIBLE qu'il puisse encore ignorer l'existence.

Ces deux "omissions" /"confusions" /" mensonges" ne peuvent en aucun cas être fortuites; elles sont donc délibérées...se pose alors la question incontournable : A qui profite le crime, Monsieur Sapir ?
Nous nous dirigeons vers un monde où l’unique salut sera « le marche ou crève ». L’égalité est une utopie. Le 21e siècle va mettre une claque sévère à tous les français qui ne se préparent pas dès maintenant. Nous sommes en compétition mondiale, il y a plein de joueurs sur le marché international… Chinois, américains, ils ont tous faim et nous ne ferons pas de cadeau !

La loi du plus fort, la loi de la jungle, c'est ce que semble vouloir de tout leur coeur l'ensemble des intervenants sur objectif éco.
Mais quand vous aurez basculé dans le camp des faibles (patience, le temps va vous y aider), on verra si vous aurez le même discours.

Vous confondez égalité et justice. La justice, à l'échelle d'une communauté d'êtres humains (quartier, cité, pays, continent) c'est quand les forts aident les faibles, et qu'en retour toute la communauté y trouve son compte. Et un jour le fort deviendra faible et sera bien heureux que le fort du moment lui vienne en aide.
Ca s'appelle la civilisation.
Entreprendre, s’enrichir, nous partageons tous cet idéal
Comme le dit bien Alex6, en êtes-vous bien sûr ?